Catégorie : Canada

Une visite du Vignoble de la Bauge dans les Cantons-de-l’Est. De belles découvertes !

J’ai eu l’occasion vers la fin de l’été, lors de la tournée des vignobles du Québec mise sur pied par Vins Québec, de rencontrer Simon Naud, propriétaire du vignoble La Bauge. Quelle belle rencontre !

D’emblée l’ensemble du vignoble, son concept d’oeno-tourisme ainsi que la philosophie de viticulture de M. Naud m’ont séduit. Ce dernier, suite à de nombreuses recherches particulièrement poussées, croit fermement au potentiel de développer d’excellents vins à partir de cultivars québécois (hybrides). De plus son côté un peu éclectique l’a amené à élever plusieurs races d’animaux assez exotiques un peu partout dans le vignoble ce qui fait une valeur ajoutée des plus intéressantes au point de vue oeno-tourisme. Sur un sentier d’environ ½ km bordé par de grandes clôtures ou dans de grands enclos se côtoient des sangliers, des cerfs rouges de Nouvelle-Zélande, des Yaks du Tibet, des Émeus d’Australie, des Lamas de la Cordillère des Andes et plusieurs espèces de partout dans le monde.

Plusieurs activités sont offertes aux visiteurs : on peut organiser une visite avec le Maître de Chai, participer à une dégustation polysensorielle, se payer une dégustation Prestige, partager un repas composé de produits du terroir qui abondent dans la région ou organiser diverses réceptions dont mariages et autres.

Un peu d’histoire

Originaire de Montréal, Alcide Naud déménage à Sweetsburg et achète une vaste ferme laitière de 142 hectares. Après 35 ans de travail assidu en 1986 il vend son troupeau et achète 6,000 plants de vigne. Son fils Robert a suivi la vague de l’essor des produits agro-alimentaires au Québec et a débuté un élevage de sangliers. Et Alcide se dit qu’avec les saucissons et les pâtés et terrines de sanglier, il ne manque qu’un bon vin ! Les premiers ceps seront plantés en 1987 et les premières bouteilles verront le jour en 1989. Et le nom de Bauge, le gîte du sanglier, est donné au vignoble ! On fera la chasse fine au sanglier jusqu’en 2002…

C’est en 1992 que Simon, le plus jeune des fils, termine ses études en Technique du Génie rural et se joint à l’entreprise familiale. Puis en 1996 il en prend officiellement la relève. La passion qui anime Simon est la recherche de nouveaux cultivars les mieux adaptés au climat québécois.

 

À la recherche des meilleurs cépages ou faire du vin au Québec

Au début des années 2000 un des amis d’enfance, Alain Brault qui a planté des vignes en même temps de Charles-Henri de Coussergues (l’Orpailleur) est devenu pépiniériste et vend maintenant à beaucoup de viticulteurs du Québec. Au début il cherchait des plants intéressants et s’est tourné vers l’Université du Minnesota et Aylmer Swanson qui lui ont conseillé divers plants à essayer au Québec. ‘’En 1994, Alain est venu me voir pour me demander si j’étais intéressé à essayer les recommandations de M. Swanson. On a déterminé une parcelle de vigne au bout de mon champ et on a planté une vingtaine de variétés qui venaient du Minnesota. On a essayé ça pendant 3 ans sans protection hivernale et puis on a décidé d’aller à l’étape subséquente qui était de faire du vin avec ça.

On a formé un petit comité de recherche informel en 1996 où on s’est partagé les premières récoltes et on a essayé tout ça. Les plants les plus intéressants ont été offerts aux viticulteurs québécois. Parmi tout ça il nous a semblé qu’un des cépages les plus prometteur était le Frontenac, un cépage qui produit beaucoup, une vigne qui est forte, qui est capable de charger du raisin année après année. ‘’

En 1999 il fonde en compagnie de trois autres vignerons et Alain Brault le ‘’Club de recherche et de développement en viticulture du Québec’’ devenant en 2001 le Comité de recherche de l’Association des Vignerons du Québec dont il sera président pendant 7 ans. Il y siège encore comme administrateur à titre de premier vice-président. Il a sillonné les différentes régions viticoles nordiques du monde afin de répertorier de nouveaux cépages qui pourraient être intéressants pour le Québec.

Écoutons-le raconter une tranche de l’histoire de l’évolution de la viticulture au Québec : ‘’Avec le temps sont arrivés le Frontenac blanc et Le Frontenac gris. À mon avis ce sont des cépages qui sont des polices d’assurances parce qu’ils sont productifs, ils sont qualitatifs, et font du bon vin. Puis le Seyval qui selon Simon Naud ‘’est un bon cheval de bataille. C’est un cépage qui est assez droit, qui est un très bon producteur.’’

 

Dans les premières années ça lui a pris un certain temps pour jauger de la productivité nécessaire pour avoir l’équilibre dans ses vins. Ses Seyval étaient, au départ, un peu trop acides, un peu verts et avec le temps les plants ont pris de la maturité. ‘’On a su quelle hauteur de palissage était nécessaire pour aller chercher la maturité du raisin, une belle expression et un bon taux de sucre et trouver la charge bien équilibrée et bien balancée pour avoir une belle récolte à chaque année.’’ Donc selon lui, avec le temps, le Seyval est devenu un plant important pour le développement de l’industrie viticole au Québec (surtout dans Brome-Missisquoi) et évidemment pour le Vignoble.

‘’Les premières années ce cépage a été mis sous terre durant la période hivernale et au début des années 2000 nous avons commencé à le protéger ainsi que notre Vidal avec des toiles géotextiles. Le taux de mortalité des bourgeons était meilleur. Avec la toile on allait chercher un 10 degrés de protection même sans neige. Dès qu’on a un couvert de neige soit 1 pouce ou un pied on ne descend jamais en bas de -6C. C’était donc stable et efficace. J’ai buté pendant 19 ans et par la suite on a vraiment fait un transfert aux toiles vu leur efficacité’’.

Il perçoit Le cépage Vidal qui est un hybride, comme un cépage des plus aromatique avec une très grande versatilité tout comme le Chenin blanc dans la Loire. Il peut être élaboré en vin blanc sec, on peut le faire surmûrir et en faire des vins doux et on peut produire de très beaux vins de glace’’.

Les Vinifera

‘’J’ai essayé les cépages Vinifera par curiosité, par plaisir personnel aussi pour voir ce que ça donnerait. Depuis tellement d’années on entendait parler que pour certains ça marchait et pour d’autres ça ne fonctionnait pas que je me suis dit que j’allais le faire. Finalement j’allais le savoir. Alors j’ai planté un rang dans lequel on essaye 10 cépages différents. Je les ai cultivés pendant 10 ans et je les ai étudiés sur plusieurs critères (charge, productivité, résistance au climat, maladies etc.).

Sur cette rangée j’ai pris les 5 plus intéressants qu’on a replanté 300 plants chacun pour passer à l’autre étape. Soit produire des cuvées qui soient plus ou moins importantes genre 300 litres mais qui ne soient pas des micro-cuvées. On avait par exemple du Savagnin blanc, du Muscat, du Gewurtztraminer, du Cabernet Franc et du Sauvignon blanc. De ces 5 cépages on voulait savoir qui va sortir du lot. J’y suis allé graduellement, lentement avec des résultats tangibles et toujours en validant l’expression de chaque cépage une fois en bouteille. La grande question est finalement est-ce que ça peut être rentable?’’

Finalement il aime bien les cépages vinifiera, cependant selon lui les cépages hybrides sont des valeurs sûres : ‘’Ça produit bien, Ça fait du bon vin et c’est rentable.’’

« Il faut arrêter de parler de cépages hybrides vs les cépages vinifiera. Il ne faut pas avoir honte de dire qu’un vin a été élaboré avec du Vidal, du Frontenac ou autre. On voit le marché québécois évoluer. Quand on était jeune en tant que vigneron on recherchait la rectitude mais l’évolution des bières artisanales nous ont fait évoluer. Les microbrasseries québécoises s’éclatent dans tout et notre jeune public est à la recherche de plein de nouveaux produits. On se fait demander ce qu’on a d’éclaté, de différent. Finalement on a pas besoin d’être dans une ligne formatée. On a des cépages différents, on a une identité différente, on a des façons de cultiver qui sont différentes alors découvrons toutes ces saveurs et ces aromes qui sont intéressants. On a maintenant une clientèle qui veut découvrir ce qu’on a à offrir en tant que nouveaux produits et nouvelles saveurs. Si les vins sont bons les gens vont les aimer. Les consommateurs ne se casseront pas la tête. Il faut que ça soit bon !. Avant Les gens goûtaient les vins québécois avec beaucoup d’appréhension. Maintenant quand on sert nos produits on sent un réel intérêt. On voit donc des années vraiment très stimulantes devant nous.’’

Les vins

Les descriptions sont celles du producteur :

Fraîche-Heure, vin blanc, Cépages principaux : Frontenac Gris, Vidal, Seyval Blanc Cépages secondaires : Saint Pépin, Crescent, Geisenheim. Disponible IGA et Metro.

Vin blanc fruité, léger et délicat. Présentant de rafraîchissants arômes de poires, d’agrumes, de miel et d’épices. Bouche fraîche avec une fine minéralité. Un goût franc, droit, avec une belle finale tout en finesse

Douce-Heure, vin rosé, cépages : Frontenac Gris, Frontenac Noir. Disponible IGA et Metro.

Rosé fruité couleur framboise aux arômes de fraises, de cerises, de groseille et d’épices. Bouche fraîche, équilibrée et savoureuse

Rassemble-Heure, vin rouge, cépages : Frontenac Noir, Marquette. Disponible IGA et Metro.

Vin rouge fruité, léger et savoureux aux arômes complexes de cerises, mûres et épices.

Solyter, vin blanc, cépages : Frontenac Gris, Frontenac Blanc, 2016, $17.50, code SAQ : 13107211.

Vin blanc sec présentant de rafraîchissants arômes de pommes, d’ananas et d’épices, se liant au parfum de pain grillé, de miel, de vanille et de noix de coco, issue de la fermentation en fût de chêne. Bouche fraîche et savoureuse où les saveurs de fruits à chair blanche s’expriment avec finesse, supportées par des saveurs de chêne lui apportant souplesse et longueur.

Equinox, vin blanc, cépages : Frontenac Gris, Frontenac Blanc, Vidal, Seyval,

Vin blanc sec, léger, délicat et fruité. Présente de rafraîchissants arômes de poires, d’agrumes, de miel et d’épices. Bouche fraîche et savoureuse.

Terro, vin rouge, 2015, $14.05, cépages : Frontenac Noir, Marquette, code SAQ : 12118541.

Vin rouge fruité souple et léger aux arômes complexes de cerises, de mûres, d’épices et de chêne.

Rosez, vin rosé, 2017, $14.50, cépages : Frontenac Noir, Frontenac Gris, code SAQ : 10850615.

Vin rosé fruité aux arômes de fraises, de cerises, de groseilles et d’épices. Bouche fraîche, équilibrée et savoureuse.

Les liquoreux :

Vin de glace, Sno, Vidal, format 200 ml, 2011, $29.45, code SAQ : 12118567.

Au nez : riches arômes révélant des parfums d’abricots, de marmelade et de litchi. La bouche offre une belle richesse et une agréable fraîcheur. La longue finale s’étire sur des accents de fruits tropicaux.

Novembre, vin de vendange tardive, 2016, $16.80, 375ml, code SAQ : 10853189.

Ce vin blanc présente un parfum de fruits tropicaux, de litchi, de poires, de pommes et un brin de vanille. Bouche fruitée fraîche et savoureuse.

Oeno-tourisme

Le vignoble offre une multitude d’activités et de forfaits. En voici les principales :

Dégustation de vins :

Simple mais efficace cette courte dégustation est parfaite pour découvrir les produits du vignoble. Vous pouvez choisir parmi la gamme des 7 vins de la maison.

Disponible du 1er mai au 31 décembre, selon l’horaire régulier de 10h à 18h tous les jours. Le coût est de $5.00 par personne et la durée de 20 minutes.

Visite du parc animalier

Disponible du 1er mai au 31 décembre, selon l’horaire régulier de 10h à 17h tous les jours. C’est gratuit et la durée de 15 à 20 minutes.

 

Dégustation polysensorielle

Cette activité exclusive du vignoble propose aux amateurs de vins de découvrir le vin rosé du domaine, le ‘’Rosez’’ en utilisant leurs 5 sens, par des jeux d’associations. Arômes, musiques, ouvres d’art…tout a été pensé pour mettre en valeur ce superbe produit, le tout dans un environnement enchanteur sur une terrasse surélevée au cœur des vignes. La dégustation est précédée d’une visite en carriole dans le vignoble.

Les fins de semaine jusqu’au 20 août avec des départs à 11 :30 et à 13 :45. Le coût est de $10.00 par personne

 

Visite du Maître de Chai

Cette visite vous permettra de découvrir un tout autre aspect de la production du vin : accompagné du vigneron ou de l’un des membres de l’équipe du vignoble, vous visiterez les installations de la vinerie et connaîtrez toutes les étapes de la fabrication du vin, de la cueillette à l’embouteillage, en plus d’avoir la chance de déguster un vin brut de cuve, en élaboration. Une opportunité rarement offerte dans les vignobles canadiens.

En semaine jusqu’au 20 août et les fins de semaine du 21 août au 15 octobre. Départs à 11h, 13 :30h et 15h. Le coût est de $10.00 par personne et la durée est de 40 minutes.

Dégustation Prestige

L’offre parfaite pour les plus épicuriens d’entre vous ! L’accord entre nos vins et les produits de notre élevage (mousse de foie de sanglier, terrine de cerf et saucisson fumé de Yack) confère à cette dégustation son côté unique.

Disponible du 1er mai au 31 décembre, selon l’horaire régulier. Libre tous les jours de 10h à 18h. Le coût est de $17.25 par personne el la durée est de 30 minutes.

Assiette du Terroir

Pour le dîner ou pour le souper, vous avez la possibilité de vous restaurer au vignoble bien installés sur l’une des terrasses ou dans la vieille grange centenaire. On vous propose un délicieux repas ou les viandes issues des élevages de cerf et de sanglier du vignoble sont accompagnés de salade, de condiments et de marinades. Vous pourrez accompagner le tout d’un verre de vin du vignoble.

Disponible du 1er mai au 31 octobre, selon l’horaire régulier. Libre tous les jours de 10h à 18h. Le prix est de $16.00 par personne et la durée est de 30 minutes.

Vigneron un jour

Pour une expérience encore plus complète et une fois de plus, unique, il est possible d’assister et de participer aux vendanges aux côtés du vigneron. Récoltes, foulage et presse des fruits… participez à chacune de ces importantes étapes qui guideront vers la création d’une toute nouvelle cuvée, dont une bouteille vous sera remise l’été suivante, une fois la fermentation terminée. Le repas du midi est offert avec des grillades de sanglier et du bon vin ! Dégustation, visite guidée et de nombreux échanges sont au menu.

Disponible la dernière semaine de septembre et la première d’octobre, sur réservation. Le coût est de $60.00 par personne. L’activité dure toute la journée de 9:30h à 17h. L’activité est très populaire et les réservations se font souvent un an à l’avance. Réservez tôt !

De plus divers forfaits sont disponibles : Consultez le site web  http://labauge.com/forfaits-disponibles/

Visite et repas, Excursion – route des vins (journée complète), forfaits hébergement, réceptions pour votre mariage et autres.

Consultez le site web  http://labauge.com/mariages/

Plein de possibilités pour personnaliser votre réception

Les heures d’ouverture du vignoble sont :

Du 1er juin au 15 octobre, tous les jours de 10h à 18h.

Du 15 octobre au 10 décembre, les fins de semaine seulement, de 10h à 17h.

Le vignoble est situé au Québec dans les Cantons-de-l’Est :

155, avenue des Érables
Brigham (Québec) J2K 4E1

Téléphone: 450 266-2149
info@labauge.com

 

Martin’s Lane Winery. L’Éloge des Riesling et Pinot Noir de la Vallée de l’Okanagan!

La semaine dernière avait lieu la dégustation annuelle des vins de l’agence d’importation de vins et spiritueux Mark Anthony. Il y avait des centaines de vins à déguster dont ceux de deux vignobles qui ont particulièrement retenu mon attention et qui produisent des vins de Riesling et de Pinot Noir haut de gamme dans la Vallée de l’Okanagan soient Martin’s Lane et Check Mate. Ces deux vignobles sont la propriété de Anthony Van Mandl qui est aussi propriétaire de Mission Hill Winery et de Cedar Creek tous dans la Vallée de l’Okanagan. Il est aussi propriétaire de l’agence Mark Anthony qui organisait cet événement.

Aujourd’hui je ferai un survol de Martin’s Lane et de ses vins pour vous montrer ce qui se passe dans cette Vallée mythique de l’Okanagan ou il se fait des vins superbes. Je vous dis d’emblée que les vins de cette maison ne sont pas donnés et ne sont disponibles qu’en importation privée. Que voulez-vous? On en produit que 9 à 10,000 bouteilles par an. Ce sont des vins d’exception alors selon moi, ça vaut la peine de parler de tels vins question d’élargir nos horizons de temps en temps. Dans un autre article je vous parlerai des vins de Check Mate.

Alors, bienvenue dans une des plus belles régions viticoles du monde. La Vallée de l’Okanagan située en Colombie Britannique ou les sols volcaniques et glaciaires antiques s’installent parmi les collines escarpées. La région bénéficie de journées chaudes, de nuits fraîches et des précipitations et de l’humidité les plus faibles de toutes les régions viticoles. Les latitudes et altitudes uniques contribuent à créer un paysage viticole spectaculaire qui produit des fruits intenses et équilibrés.

Anthony Van Mandl – propriétaire

Né à Vancouver de parents européens, Anthony est rentré en Europe avec sa famille à l’âge de neuf ans. Il a par la suite obtenu son diplôme en économie de l’Université de la Colombie-Britannique, mais il s’est vite rendu compte que le vin et la nourriture étaient sa véritable passion. Cela a conduit à un apprentissage européen dans le commerce du vin, ce qui l’a ensuite amené au Canada en tant qu’importateur et marchand de vins fins. Puis il a fait sa fortune en mettant en marché des boissons telles Mikes Hard Lemonade et Palm Breeze Spritz.

Quand le moment est venu d’investir dans une cave, il a privilégié sa Colombie-Britannique natale, dans l’appellation de vin largement inconnue de la vallée de l’Okanagan. Il était absolument convaincu qu’avec du temps et de la patience, il pourrait produire des vins sophistiqués pour un public international.

Depuis il a remis sur pied ou fondé divers vignobles tels Mission Hill son premier, Cedar Creek ainsi que Martin’s Lane et Check Mate, ses deux plus récents vignobles, tous situés dans la Vallée de l’Okanagan. Mission Hill a gagné ‘’Canadian Winery of the year’’ 6 ans de suite et a récemment gagné le titre prestigieux de Pinot Noir de l’année du magazine Decanter. La famille d’Anthony gère maintenant 32 vignobles et quatre chais. Il est aussi propriétaire d’une des plus grande maison d’importation de vins au Canada Mark Anthony .

Le Chai : https://www.martinslanewinery.com

Possiblement un des plus beaux chai de la région, ce dernier a été conçu pour produire des vins de Riesling et de Pinot Noir de haute qualité. Pour ce faire on a opté pour la méthode par gravité ou chaque étape de la production permet aux raisins, aux jus puis au vin de s’écouler de manière homogène d’un niveau à l’autre, y compris dans le fût, sans aucune pompe. Cela aide à créer une meilleure structure et une texture élégante dans le produit final, dit Shane Munn le Maître de Chai. «Le Pinot Noir et le Riesling sont des variétés très sensibles à la peau fine qui absorbent facilement l’impact du lieu de vinification et ce, avec la plus grande clarté», explique-t-il. «Ainsi, [le processus d’écoulement par gravité] montre à quel point le fait de tout déplacer par gravité peut avoir un effet positif sur la structure. Tous nos mouvements sont minimisés et toujours lents et méticuleux’’. Chaque vin est également mis en bouteille sans filtration ni ajustement supplémentaire afin de respecter l’éthique.

Les Vignobles : https://www.martinslanewinery.com

Vignoble de Simes

Le vignoble de Simes est composé d’un sol unique à base de granit faisant face au nord. Cela mène à des caractères aromatiques frais et lumineux dans les vins. Le vignoble est fortement en pente avec le pinot noir en haut et le riesling (le dernier cueilli chaque année) en bas.

Vignoble de Namarata Ranch

Aucun endroit ne vaut mieux la citation « Le pinot aime se développer dans de beaux endroits ». Une beauté à couper le souffle, un paysage spectaculaire et un changement d’altitude important. C’est le site le plus diversifié sur le plan climatique et géologique. La roche granitique rouge se trouve littéralement à la surface au-dessus du substrat rocheux granitique, sans herbe ni culture de couverture. C’est le site de des vignes de Riesling les plus anciennes et les plus grossières, avec cinq superbes blocs distincts de Pinot Noir installés dans une variété de microclimats distincts.

Vignoble Fritzie’s

Ce très petit vignoble comprend une seule parcelle au pied d’un volcan en sommeil. La roche blanche, y compris le quartz, constitue le substrat rocheux, conférant une minéralité particulière aux vins. Nommé en l’honneur de la mère de Anthony von Mandl, âgée de 102 ans, ce bloc du patrimoine fait face au sud-est.

Les vins

Les Pinot Noir étaient d’un classicisme irréprochable avec de belles notes de fruits bien frais axés surtout sur la cerise et la griotte avec quelques notes épicées. Les variations d’un vignoble à l’autre étaient subtiles et les vins avaient une ligne directrice commune axée sur le fruit avec dans quelques cas une légère amertume avec des notes de noyaux de cerises en fin de bouche. Beaucoup d’élégance et de finesse et de longueur dans ces vins. Les trois Pinot Noir sont disponibles en importation privée à $100.00 la bouteille en caisses de 3 bouteilles. SVP communiquez via https://markanthony.kork.ca/ ou via saquin@markanthony.com

Naramata Ranch Vineyard, Pinot Noir, 2014. Le plus classique des trois et aussi mon préféré.

Simes Vineyard, Pinot Noir, 2014.

Fritzi’s Vineyard, Pinot Noir 2014. C’était le plus épicé des trois avec une prédominance en bouche surtout sur les fruits noirs.

Les Riesling étaient démontraient une superbe minéralité avec des notes légèrement citronnées ainsi que des notes de fruits exotiques. L’acidité était en général assez vive et variait selon le vignoble. Des Riesling haut de gamme que je boirais tous les jours tant ces ils étaient sublimes. Ils sont aussi disponibles en importation privée en caisse de 3 bouteilles. Les prix varient pour chaque vin. SVP communiquez via https://markanthony.kork.ca/ ou via saquin@markanthony.com.

Naramata Ranch Vineyard, Riesling, 2014, $65.00. Ce vin offrait à mon avis un peu plus de structure que les deux autres.

Simes Vineyard, Riesling, 2015, $55.00. Ce vin avait un niveau d’acidité un peu plus élevé que les deux autres.

Fritzi’s Vineyard, Riesling, 2014, $75.00. Mon préféré des trois.

 

 

 

Une expérience culinaire hors de l’ordinaire au Vignoble Rivière du Chêne à St-Eustache!

Situé dans un décor enchanteur à St-Eustache tout près de Montréal (30 minutes), le vignoble Rivière du Chêne, l’un des plus importants vignobles au Québec, offre des soirées Bistro Tapas tous les jeudis jusqu’au 20 septembre inclusivement de 17 :00 hres à 22 :00 hres.

Vous voulez déguster de la fine cuisine avec des accords mets/vins dans une atmosphère relax, bien assis sur une magnifique terrasse qui surplombe le vignoble avec une vue sur des acres de vignes? Vous serez complètement dépaysés! Vous vous penserez à Napa en Californie ou en Lombardie en Italie !! Croyez moi, vous voulez vivre cette expérience.

De plus, une des choses qui m’a surpris outre l’excellente bouffe et les vins qui sont surprenamment bons c’est le fait qu’il y a moyen d’y bien manger et boire pour à peu près $90.00 pour deux tout compris! J’ai trouvé les portions de chaque tapas bien généreuses; probablement une des raisons pour laquelle on les a appelés Tapas ‘’Bistro’’ puisque les portions sont plus grosses que celles auxquelles on est habitué de voir. Enfin, les accords mets/vins ont été développé par la sommelière Nadia Dufour.

Vous aurez un choix de 8 tapas Bistro (de $6.50 à $12.00), de 3 planches pour deux (de $11.50 à $15.00) ainsi que du vin au verre 5oz (de $6.25 à $8.50) et 7oz ainsi que des bouteilles parmi 13 vins du vignoble. Ceux que j’ai goûté, surtout les blancs ,étaient vraiment très bons!

Ce que j’ai dégusté :

Je suis critique de vin et non pas de bouffe, cependant puisque je vais très souvent au restaurant  je me risquerai donc de vous dire que tout était vraiment très bon. Le service était attentionné et que dire de l’ambiance… Je regardais les gens attablés à la terrasse et je n’ai vu que des sourires tout au long de la soirée…

1er tapas – Arancinis citronnés, mayonnaise de betteraves, roquette et tombée de crabe ($8.50). Accompagné du Chardonnay, La Cantina Vallée d’Oka.

Quel beau Chardonnay qui provient du nouveau vignoble situé dans la Vallée d’Oka. En fait c’est la première cuvée du vignoble. De belles notes de pêches, de poires, de vanille et très peu de notes de bois. En fait c’est le fruit qui prédomine. En bouche la texture est riche, veloutée, d’une facture très classique avec une belle sensation de minéralité. Un beau Chardonnay de région nordique qui pourrait ressembler à un Chablis.

Superbe accord avec ce tapas surtout au niveau du moelleux du plat et des saveurs du crabe qui allaient bien avec celui du vin. Pas facile d’accorder de la roquette avec du vin et ici c’était très bien réussi. Belle portion généreuse pour $8.50.

 

 

2 ième tapas – Crevettes grillées (3) avec salsa de poivrons, mangue et coriandre ($6.50). Accompagné avec le Rosé Gabrielle.

Le Rosé Gabrielle, Vignoble Rivière du Chêne, 2017, $15.25, code SAQ : 10817090

Et quel rosé que cette cuvée Gabrielle! Il n’a rien à envier à plusieurs rosés que j’ai dégusté jusqu’à date. D’une belle couleur rose pâle il a nez vraiment charmeur avec des notes de petits fruits rouges surtout sur la fraise ainsi que quelques notes florales. En bouche tout est équilibre! La texture est légèrement moelleuse, l’acidité bien présente et bien rafraîchissante. Ou retrouve des notes de fruits rouges assez persistantes et aucune amertume. Vraiment charmeur et plaisant ce vin! Je l’ai bu en apéritif puis par la suite accompagné des crevettes grillées avec salsa de poivrons, mangues et coriandre. Superbe accord!

3 ième tapas – Boudin noir et saucisse du terroir sur pain brioché ($12.50). Accompagné du William Rouge.

Bon OK je me suis laissé aller pour un 3ième tapas bien que les deux premiers étaient très satisfaisants. OK j’admets, j’adore le boudin et celui-ci était très bon, goûteux et délicat! Miam…

Cuvée William, 2016, $15.25, code SAQ : 743989

Sur des notes aromatiques de fruits rouges et d’épices douces (cannelle) ce vin est bien équilibré en bouche avec des tannins peu corsés. Les notes de fruits rouges (canneberges) prédominent ce qui assure un bel accord avec le boudin et la saucisse.

Planche sucrée pour deux ($11.50) : beignets, coulis et mignardises inspirées de la saison. Accompagné de la Cuvée Glacée des Laurentides.

Cuvée glacée des Laurentides, Vendanges Tardives, 2015, 375 ml, $29.15, code SAQ : 735001

Quel bel accord avec ce vin qui était onctueux et riche en bouche avec des notes de fruits confits, de miel, d’ananas, d’abricots. Très belle longueur!

Je vous parlerai des autres vins que j’ai dégusté dans un autre article.

Alors, vous voulez vous faire vraiment plaisir, vous voulez vous sentir dépaysés sans faire des milliers de kilomètres et vous ne voulez pas que ça vous coûte un bras? Eh bien venez au Vignoble Rivière du Chêne et profitez du menu Soirée Bistro Tapas. Vous n’avez qu’à aller sur le lien qui suit pour réserver ou contacter directement le Vignoble:   https://www.eventbrite.ca/e/billets-les-jeudis-bistro-tapas-au-vignoble-46132648995

#vin #vins #vinrouge #vinblanc #saq #aqavbs #degustationdevin #wine #vino #winelover #winetasting #winetime #instawine #winery #vignoble #vinho #wineporn #wineoclock #winestagram #wines #wino #winegeek #vinformateur

 

Le vignoble Les Négondos à Mirabel – premier vignoble bio québécois qui fête ses 25 ans!

De nos jours approximativement 8 à 10% des vignobles du monde sont en bio et ce phénomène est en forte croissance. Mais retournons 25 ans en arrière. Qui parlait de vin bio ? Et voila qu’en 1993, un couple de québécois (Mario Plante et Carole Desrochers) se met dans la tête de produire les premiers vins bio au Québec.

Et qui dit bio, dit : pas de produits chimiques de synthèse, limitation des sulfites, beaucoup plus de travail manuel de la terre et plein d’autres implications assez contraignantes . Il faut des êtres d’exceptions animés de convictions solides et bien ancrées pour faire ce qu’ils ont fait et ce qu’ils continuent de faire après 25 ans. Ce sont de vrais pionniers!

Alors Mario et Pauline, après avoir tenté de faire du vin à partir de raisins californiens, achètent une terre expropriée à Mirabel ‘’une terre tissée de roches’’ de 2 hectares (imaginez il a fallu enlever 110 camions de roches avant de planter la vigne) et se lancent dans le vin bio. Mais au tout début ce n’était pas évident car l’expertise québécoise en bio était pratiquement inexistante ou vraiment embryonnaire. Il y en avait un peu de la France mais les conditions climatiques du Québec sont bien différentes alors les conseils n’étaient pas nécessairement applicables.

Cette terre, Mario l’a choisie selon diverses sources d’analyse des sols, le niveau des pentes et selon le micro-climat de la région. Il a bien étudié les divers cépages, le nombre d’unités d’ensoleillement nécessaire pour amener les raisins à parfaite maturation et l’orientation de la terre. Il décide de focusser sur des vignes rustiques et semi-rustiques (Seyval, Cayuga etc.) ce qui s’avérera un choix des plus judicieux. Pour lui pas de Vitis Vinifera (des cépages dits nobles tels le chardonnay, cabernet-Sauvignon, merlot etc) car les conditions climatiques ne peuvent permettre, selon lui, une bonne maturation des raisins. De plus les géo-textiles utilisés pour les protéger du froid doivent être jetés au bout de 5 à 7 ans ce qui n’est pas très bio selon Mario.

Ils font tout eux-mêmes sur leur vignoble et sont complètement autonomes. Pendant que je parle avec Mario, Carole saute sur son tracteur pour aller faire ses travaux de la vigne. Le matin vers 5-6 heures le jour même, Mario a effectué un traitement biologique de ses vignes pour contrôler les maladies de la vigne. Toute la vinification est faite par eux. Pour eux c’est vraiment un mode de vie.

Alors, ils font des vins vraiment à leur goût. Ils ont maintenant 3 hectares et font 10,000 bouteilles de vin (80% en blanc et 20% en rouge) avec leurs 10,000 pieds de vigne. Ils utilisent surtout du Seyval, du Cayuga, du Marquette (qui fait des vins le fun selon Mario) et quelques autres cépages. Mais, si ce n’était que de lui, il ne ferait que du blanc car ce sont les vins les plus appréciés. Leurs rendements sont passablement bas, ce qui est gage de qualité.

Ils apportent beaucoup d’importance à la maturité de leurs raisins et on le voit quand on les goûte. Les vins sont manipulés le moins possible, le travail est effectué par gravité, la filtration est minimale et l’utilisation des sulfites est réduite au minimum. Et tous leurs vins se vendent tous et pas mal rapidement à part ça! Déjà, il ne restait que quelques-uns de leurs vins avec des quantités assez limitées. Il faut y aller plus tôt dans l’année pour en avoir. Surtout dans le cas du Julep (vin orange super bon) dont ils ne produisent que 2,000 bouteilles chaque année.

 

Les vins dégustés avec Mario :

Parmi la dizaine de vins élaborés par le vignoble j’ai goûté à ces trois vins.

Le St-Vincent, vin blanc, 2016 , $19.00, est élaboré avec du Cayuga et du Geisenhem. De belles notes de poires, de fruits exotiques, de noyaux de pêches qui lui donnent une légère amertume qui s’allie bien à une belle acidité qui fait saliver. Belle sensation de minéralité qui donne un vin bien droit. Le vin a un beau moelleux légèrement gras et est doté d’une belle fraîcheur. Oh que c’est bon !!

Le Redbulles, un vin rouge mousseux élaboré avec du Ste-Croix ainsi que du Frontenac et du Maréchal Foch, $28.00. C’est la deuxième année de production. Des notes de fruits rouges bien frais ainsi que des notes de barbe à papa. En bouche, les bulles sont fines, c’est bien crémeux, tout en fruits avec une belle fraîcheur et goût d’une belle persistance. Vous dire que c’est bon…Un must pour toute occasion!

Le Suroît, 2017, vin rouge Naturel élaboré avec du Maréchal Foch et du Marquette, $21.00. Des notes délicates de fruits rouges bien frais. En bouche le vin est bien équilibré avec un moelleux un peu ferme, une belle acidité bien fraîche et des tannins gouleyants. Un vin d’une belle buvabilité.

Je n’ai goûté au fameux Julep, vin orange, de cette année car il n’y en avait plus. Dommage. Selon Mario, le millésime le plus récent est moins sur les agrumes, plus sur la pêche avec de belles notes d’épices douces. L’acidité est plus élevée avec de beaux tannins et une légère amertume. On se reprendra tous l’année prochaine.

Vous voulez faire les vendanges au vignoble?

Le vignoble est ouvert aux groupes de 10 à 15 personnes qui souhaitent vivre une expérience de vendange. L’activité se déroule la fin de semaine de 9h à 17h et les participants doivent apporter leur dîner. La journée se termine par une dégustation de nos vins accompagnés de fromages et autres victuailles.

Vous voulez visiter le vignoble?

Offrez-vous une visite commentée par les propriétaires sur réservation pour les groupes de 10 personnes et plus. Celle-ci comprend une description du travail de la vigne en marchant le vignoble et une présentation de la machinerie viticole. Elle se poursuit par un survol des étapes de la vinification dans le chai complétée par une dégustation de quelques vins.

Contactez le vignoble:  http://www.negondos.com/

Ne manquez pas ‘’Le Marché aux Vins ’’ le 26 mai prochain de 11h à 18h au Marché Public 440, Laval

C’est une fête gourmande où se rassemblent producteurs locaux, exposants internationaux, amateurs de vins et épicuriens. Une journée couronnée par des ateliers, un bar à bulles, un espace cocktail, ainsi que des ateliers de dégustations, parcours gourmands et un cocktail gastronomique proposés par Élyse Lambert, Master Sommelier (5ième meilleure sommelière au monde en 2016) et Éric Gonzalez, chef exécutif et médaillé d’argent aux championnats culinaires canadiens

Profitez de l’offre spéciale de pré-réservation de l’un des quatre forfaits offerts en ligne jusqu’au 23 mai 2018, 23:30! Vous profiterez d’un accès privilégié à l’entrée. Le jour de l’événement, vous pourrez acheter sur place des droits d’accès à 15$, 25$, 50$ ou 100$, des coupons à l’unité à 1$, des billets pour les ateliers, parcours et le cocktail gastronomique ainsi que payer directement les fournisseurs pour la nourriture. Tous les bénéfices touchés par le Marché Public 440 seront reversés à La Tablée des Chefs.

Venez et découvrez et dégustez plus de 100 vins, champagnes et spiritueux sélectionnés par la SAQ du Marché tels que le Pian Delle Vigne, Mission Hill Chardonnay, Volte, Pol Roger et Louis Roederer.

Quand : le 26 mai, 2018 de 11hres à 18 hres

Ou : Au Marché Public 440, 3535 Autoroute Jean-Noël-Lavoie Ouest (440)
Laval, Québec H7P 5G9
, stationnement disponible.

Pour plus de plus amples informations et acheter vos billets, visitez le site web de l’événement :  http://marche-public440.com/marche-aux-vins/#deguster

La naissance d’un vignoble au Québec…ou quand un vigneron pleure de joie !!

Sylvain et Sylvie ont un rêve, un projet de retraite. Avoir leur propre vignoble au Québec. On est au début des années 2000. Sylvain est agriculteur depuis quarante ans à Coteau-du Lac, dans le mais jusqu’aux oreilles…et il connaît ça avec ses 600 acres à cultiver. Un vrai de vrai. La terre, le climat, comment ses plantes réagissent etc., il a ça dans le sang.

Et Sylvie qui vient d’un univers totalement différent. Dans un poste de direction au sein d’une des plus grosses boîtes en technologie de l’information/informatique au Québec et ailleurs; c’est une ‘’workaholic’’.

En 2009, le vignoble de Pomone à Coteau-du-Lac voit le jour, on plante des hybrides (30,000 plants de vigne) comme pas mal tout le monde, pour palier au climat du Québec. Ça prend des vignes robustes. On s’entoure des meilleurs experts pour faire le mieux possible et éviter les erreurs coûteuses.

Et au fil du temps ça devient de plus en plus gros. Le vignoble est rendu à 10 hectares de vignes plantées avec une densité d’approximativement 3,500 plants de vignes par haectare. Il fait pratiquement partie des 10 plus gros vignobles au Québec ou tout près. Sylvie doit prendre une décision. Elle quitte son emploi (sa vocation dirais-je) fin 2017 pour se lancer à temps plein dans le développement du vignoble. Et quand je dis se lancer, je dis bien  »se lancer ».

Forte de son expérience en affaires avec des clients importants et prestigieux, elle applique les mêmes principes de développement stratégique à l’orientation du vignoble. Vite, ça prend une mission, une vision, des objectifs. Voyons voir ça a l’air de quoi les valeurs du vignoble qui orientent son développement.

La co-création : Le vignoble vise la co-création avec le consommateur. Le vignoble est à l’écoute des désirs des consommateurs. Tant qu’à faire du vin, assurons qu’il soit bon, que les clients l’aiment. En plus, visiter le vignoble doit être une expérience globale. Mettons donc le consommateur et l’expérience client au milieu du processus…

La qualité : Visons ce qu’il y a de mieux. Le vignoble s’entoure d’experts tant au niveau œnologue, qu’agronomes, personnel de soutien etc. etc. On veut ce qu’il y a de mieux.

L’approche raisonnée : On fera du vin dans le respect de la nature.

Eco-responsable : On redonnera à la terre ce qu’elle nous donne. On recyclera tout ce qu’on peut de ce que le vignoble produit.

Donner au suivant : Intégrons-nous au tissu social et faisons une différence.

La co-création

Et c’est ici que j’intègre une partie de cette histoire. Dans un souci de co-création c’est-à-dire d’aller chercher la voix du consommateur dans le développement du vignoble, Sylvie met sur pied avec ses collègues de chez Design Thinking un atelier de création pour aller chercher des idées qui l’aideront à orienter le  développement du vignoble. Et oui, bien qu’elle ait quitté l’entreprise pour laquelle elle travaillait depuis des années, elle travaille à temps partiel pour Edganda et collabore une start up: Design Thinking .

Nous étions une quarantaine et avons passé la journée à exécuter en groupe divers exercices de créativité. Et c’était vraiment super !!

Le tout s’est terminé avec un souper gastronomique accompagné des vins du vignoble. Quelle journée et quelle ambiance !!

On espère vraiment que nos idées et suggestions sauront les aider dans leur merveilleux projet!

 

 

 

Le Vignoble

C’est une entreprise familiale!! Et tous y contribuent avec joie…Quelle belle famille!

Sur approximativement 10 hectares à Coteau-du-Lac, on y a planté du Frontenac rouge, gris, blanc, du Baco Noir, du Ste-Croix, du Triomphe d’Alsace, du St-Pépin, du Vidal ainsi que quelques autres variétés. De plus, on y plantera du Vitis Vinifera (Pinot noir, Pinot gris, Riesling, Chardonnay). A peu près 13,000 plants de ce type de vignes dans leurs serres sont prêts à être plantés.

Ce sera toute une aventure car le climat est rude. Sylvain me disait qu’avec des géotextiles ils seront capables de protéger la vigne et surtout avec l’aide du micro-climat dont ils bénéficient (ils sont dans une des zones les plus chaudes au Québec) ils ont de fortes chances de s’en tirer à très bon compte. Comme me l’expliquait Sylvain, ce micro-climat est extrêmement important. Plusieurs arbres (chez ses voisins) protègent les vignes des vents qui pourraient être dommageables. Comme il le dit ‘’j’espère que mes voisins ne couperont pas leurs arbres. Sinon on plantera notre propre barrière d’arbres’’. En viticulture, il faut palier à toute éventualité!!

Le vignoble est certifié Vins -Québec mais n’a pas encore son permis de vente. Selon Sylvain ils devraient l’obtenir sous peu. C’est alors qu’ils mettront tout en branle pour distribuer et commercialiser leurs vins.

Et parlant de commercialisation, Sylvie mettra la main à la pâte. Elle est à revoir jusqu’au nom du vignoble. Aimez-vous le nom Vignoble de Pomone? Pomone est la protectrice des vignes et des plantes. Elle est aussi à la recherche de noms pour ses vins et d’idées de commercialisation. La journée était un début de ce processus.

Beaucoup de tests sont effectués avec leur œnologue Jérémie d’Hauteville qui œuvre au Québec depuis 15 ans. Il a tout vu et il semble impressionné par la recherche de qualité de Sylvain et de Sylvie. Au niveau des tests, j’ai goûté un rouge Frontenac 60% et Marquette 40% qui vieillissait de deux façons différentes dans des barriques. L’une dans une barrique de bois avec des grains tissés serrés et l’autre avec des grains de bois un peu plus poreux. J’avais l’impression de boire deux vins d’années différentes. Ils sont à tester un vin rosé fortifié entre autres. Toute une nouveauté! Ils font aussi du cidre et bien d’autres produits.

Il faut dire que ce n’est pas juste un vignoble. Ils élèvent des poules de Brest, des poules Polynésie (des Ayam Cemani), les meilleures! En passant, un des rêves de Sylvie est d’avoir une douzaine d’œufs de couleurs différentes de ses poules. J’ai gouté ce matin à deux de ces œufs. Excellents! En plus, ils plantent des framboises noires, des fraises de diverses variétés, ils cultivent des asperges, ont des cerisiers et feront des jus avec tous ces fruits. Plein de projets !!

Les vins

Des fois ce n’est pas facile de dire ce qu’on pense d’un vin avec les vignerons qui vous regardent, eux qui travaillent si fort pour faire le meilleur vin…Et on vous demande d’être le plus honnête possible…

Eh bien, ces vins sont très bien bien nés. Ce sont des vins que je vous recommenderais d’acheter sans hésitation.  Ils étaient bons, bien faits et surprenants avec chacun sa propre personnalité. Ils ne sont malheureusement pas disponibles pour le moment puisque Sylvain et Sylvie attendent fébrilement leur permis.

Le blanc : Nom à trouver…fait de 60% de St-Pépin et 40% d’Acadie blanc. Sylvain me disait qu’il était reconnu pour son St-Pépin. Il m’a même mentionné qu’un gros vignoble bien connu achetait son St-Pépin…

Aromatique avec des notes de poires, côté floral, soupçon de noix (très légère évolution), notes de miel. En bouche, c’est d’un bel équilibre avec un beau moelleux et une acidité rafraîchissante. Des notes de noix, de zeste de citron. C’est super beau, c’est goûteux, très satisfaisant. Le vin est vieilli dans des barriques d’acacia qui lui confère une légère note boisée. Mais c’est le fruit à mon avis qui prédomine.

Le rouge : Nom à trouverLe Coteau Versant Sud? fait de Marquette 60% et de Baco Noir 40%. La dernière cuvée est faite avec du Frontenac et du Marquette que j’ai goûté par la suite.

Un nez charmeur sur des notes de cassis bien frais, notes d’épices douces, de vanille. Certains lui voyaient des notes de caramel. En bouche c’est équilibré, beau moelleux, belle acidité bien fraîche et des tannins équilibrés, tissés assez serrés sans être asséchants. Des notes de fruits noirs, des notes herbacées (le Frontenac), un peu de chaleur et toute la fraîcheur du fruit. Un beau vin bien né qui vous satisfera.

Le vin de paille. OMG!! Achetez ce vin aussitôt qu’il sera disponible…

C’est un vin dessert élaboré avec du Vidal selon la méthode appassimento ou on laisse sécher les raisins fraîchement cueillis pendant 2 mois pour en concentrer les arômes, les saveurs et les sucres. Et ça donne un nectar!! C’est aromatique avec des notes d’abricots confits, de pêches, de miel, de raisins secs. En bouche c’est l’apothéose avec un moelleux riche, velouté (232g/l de sucre résiduel), une belle acidité qui lui donne une belle structure. Des notes de fruits exotiques, d’abricots qui perdurent en bouche. Et c’est d’une longueur…On ne sent pas l’alcool qui est légèrement élevé à 15%. Dans le futur on visera les 12-13%. C’est tellement bon! Comme disait Sylvain ‘’C’est l’œuvre d’une vie’’ !

Alors voila, j’en ai oublié certainement des bouts mais ce que je n’oublierai jamais, jamais c’est la réaction de Sylvain quand on lui a dit qu’on aimait beaucoup ses vins. Il en a pleuré! Et moi quand je vois un vigneron pleurer de joie, ça me transporte, ça m’émeut au plus haut point.

https://www.facebook.com/vignobledepomone/?ref=br_rs

#wine #redwine #vino #winelover #winetasting #winetime #winery #vignoble #vinsquebec #saq #vinho #wineoclock #wineporn #wines #wino

 

Tawse Winery, vignoble canadien de l’année 2010, 2011, 2012 et 2016 ! Des vins superbes!

Très belle rencontre avec Paul Pender (Directeur de la viticulture et du ‘’winemaking’’) de Tawse Winery au restaurant – bar à vin M.Mme sur Laurier ouest. Merci à Marguerite Aghaby de l’agence VinsFins ainsi que Isaac Delaney de l’agence Delaney Vins et Spiritueux.

Tout d’abord faisons un survol de Tawse Winery laquelle a été nommée winery de l’année au Canada en 2010, 2011, 2012 et 2016!!

Tawse Winery – les débuts, la philosophie

Il y a une dizaine d’années, Moray Tawse qui a fait fortune avec son entreprise First National Financial, voulait investir dans le domaine du vin. Son terroir de prédilection était la Bourgogne dont il affectionnait particulièrement les vins. Puis lors d’une dégustation, il goûta à un seul vin, le Temkin-Paskus Chardonnay, un blanc du Niagara dont le vignoble était opéré alors par Deborah Paskus qui allait tout changer. Cette dégustation lui a ouvert les yeux sur le potentiel de la région.  Si on pouvait faire un si bon vin dans le Niagara, pourquoi aller ailleurs?  C’est alors qu’il acheta avec Deborah Paskus son premier vignoble de 6 acres qui est devenu Tawse Winery.  Pour Tawse, la topographie de la région ressemble vaguement à la Bourgogne, région vénérée pour sa myriade de petits vignobles bien délimités qui en sont venus à illustrer le terroir, la notion que les vignes peuvent exprimer dans leurs saveurs le caractère distinctif de chaque parcelle de terrain.

Depuis lors, Tawse a acquis plusieurs parcelles et ils ont maintenant au-dela de 119 acres répartis sur 5 vignobles.

Quelques années plus tard, Paskus a suivi sa passion dans la région naissante du comté de Prince Edward, dans l’est de l’Ontario. Tawse l’a remplacée par Paul Pender, un jeune diplômé de l’école du vin qui travaillait alors sous Paskus. Il a également fait appel à Pascal Marchand, une étoile vinicole viticole née à Montréal, en tant que consultant afin de compléter son équipe.

L’Équipe

Tawse, Pender (Directeur de la viticulture et winemaking), Van Ede (winemaker) et Marchand ont depuis élaboré leurs vins selon une philosophie bourguignonne, c’est-à-dire, d’élaborer des vins qui tendent vers une ‘’élégance’’ tout en conservant la minéralité du terroir de Niagara (mariage du vieux continent et du nouveau monde). De plus, on veut garder la pureté du fruit et par le fait même, minimiser le bois. Cette philosophie se transcende dans la gamme complète des vins tant au niveau des pinots noir et chardonnay, qu’au niveau des riesling, cabernet franc et autres.

Viniculture en Biodynamie

Tawse attribue également une grande partie de leur succès critique à l’intégration de la viniculture biodynamique. Chez Tawse, pas de produits chimiques. Ils appliquent des méthodes biologiques et biodynamiques rigoureuses à tous les aspects de leur production, de la viticulture à la vinification. Les logos Ecocert et Demeter apparaissent en fait sur tous les vins issus des fruits du domaine.

Bio? Biodynamie? Ceci implique que les vignes sont traitées comme un écosystème autonome, avec des poulets en liberté qui se nourrissent d’insectes, des moutons qui rongent les feuilles de vigne les plus basses et ainsi exposent les fruits au soleil pour faciliter la maturation de la vigne, et des chevaux au lieu de tracteurs pour atténuer le compactage du sol. Les frais d’opérations sont évidemment plus élevés mais les vignes ne sont pas malades aussi souvent et la qualité des vins s’en ressent.

Le succès

Chez Tawse, on élabore des vins de terroir d’une élégance, d’une profondeur et d’un caractère exceptionnels. Est-ce que ça fonctionne? Tawse Winery a été nommé vignoble canadien de l’année en 2010, 2011, 2012 et en 2016. Le vignoble produit maintenant au dela de 25,000 caisses de vin et possède l’un des plus importants portefeuilles de vins biologiques et biodynamiques de la région de Niagara.

Les vignobles

Cherry Avenue Vineyard – VQA Twenty Mile Bench: 21 acres de vignes

Quarry Road Vineyard – VQA Vinemount Ridge: 30 acres de vignes

Hillside Vineyard – VQA Twenty Mile Bench: 9 acres de vignes

Tintern Vineyard – VQA Twenty Miles Bench: 6 acres de vignes

Limestone Vineyard North – VQA Twenty Mile Bench:  53 acres de vignes

*Tawse a fait l’acquisition de Redstone Winery en 2009

Les vins

Les raisins sont récoltés à la main à maturité optimale et triés à la main. Les rouges sont égrappés avant le pressurage et les blancs sont délicatement pressés en grappes entières pour éviter les caractéristiques amères et herbacées des tiges, des peaux et des graines. Les blancs aromatiques sont fermentés en acier inoxydable. Les chardonnay sont fermentés en fût de chêne français en utilisant des levures indigènes. Tous les rouges sont élevés dans des barriques de chêne français pendant de 12 à 18 mois selon le cépage.

Nous avons donc dégusté 8 vins dont 5 sont disponibles en importation privée et les 3 autres sont disponibles dans le réseau de la SAQ. On peut commander les vins disponibles en importation privée en communiquant avec Isaac Delaney au 514-575-6529 ou via isaac@delaneyvs.ca.

Tawse, Spark, Riesling, Limestone Ridge, mousseux , 2014, $26.45, disponible en importation privée, caisse de 12 bouteilles.

Un mousseux élaboré selon la méthode traditionnelle (comme les champagnes). J’ai beaucoup aimé ce mousseux. Au nez de fines bulles bien persistantes, une belle acidité, minéralité, puis des notes de fruits blancs, un brin austère. En bouche il était crémeux genre ‘’creme soda’’ , bien droit pas super exhubérant mais oh combien bon! De la longueur, de l’élégance. Vraiment super.

 

 

 

Redstone, Bistro, Chardonnay, 2013, $25.45, disponible en importation privée, caisse de 12 bouteilles.

Le millésime 2013 a permis une plus longue maturation de la vigne. Ce vin avait un nez typé de chardonnay – des notes beurrées, florales, de noisettes grillées, sur les fruits blancs et agrumes. En bouche, belle richesse, de la structure et petit côté fumé. Le boisé est quand même apparent. Très beau vin!

 

 

 

 

 

Tawse, Chardonnay, 2013, $19.95, SAQ : disponible en continu à partir du printemps 2018.

Des notes de fruits blancs, sur la pêche, la poire, la pomme mûre et un boisé bien intégré. Belle texture un peu grasse, belle acidité moyenne, de la richesse, un velouté et une longueur…

 

 

 

 

 

 

Redstone, Chardonnay, Limestone Vineyard, 2013, $25.95, SAQ : 13566775, disponible à partir de février 2018

Ce vin est élaboré avec des vignes plus vieilles provenant toutes d’un seul vignoble. C’est en fait un des plus vieux chardonnay au Canada. C’est un vin qui m’apparaît plus riche et plus complexe et très équilibré. J’y ai vu des notes de melon, d’ananas, de pomme bien mûre et des notes de boisé bien discrètes. Texture velouté et riche ainsi qu’une superbe longueur.

 

 

 

 

Le Chardonnay, Quarry Road, 2013, $36.45, disponible en importation privée, caisse de 6 bouteilles.

Les sols calcaires ont une influence plus que bénéfique sur ce vin. Des notes de pêches, de nectarines, de vanille et un côté légèrement beurré et sur les amandes. Je n’ai pas senti de notes boisées. En bouche des notes de pamplemousse et une belle sensation de minéralité. Beaucoup de fraîcheur, de l’élégance, un bel équilibre ainsi qu’une belle longueur. J’ai beaucoup aimé sa texture légèrement grasse, presque veloutée. Si ce vin avait été bu à l’aveugle, je me serais cru en Bourgogne!

 

 

Tawse, Riesling, Quarry Road, 2015, $23.25, disponible en importation privée, caisse de 12 bouteilles.

Un beau typé de Riesling avec des notes minérales pétrolées et de zeste de citron. En bouche c’est l’exhubérance avec des notes de citron et de lime et une belle sensation de minéralité, un vin bien droit.  L’acidité est assez vive, la texture franchement veloutée et la longueur est persistante. Beaucoup aimé ce vin!

 

 

 

 

 

Le Gamay Noir, Tawse, de RedFoot Vineyard, 2015, $35.95, disponible en importation privée, caisse de 6 bouteilles.

Que dire de ce vin! Quand un vin nous donne la chair de poule…â veut tout dire. Des notes de crème de fruits rouges sur la fraise et framboise, un nez envoutant. En bouche, du fruit bien mûr et quand même frais, de l’équilibre, des tannins coulants, de la fraîcheur. J’étais au ciel!! Un vin délicieux, salivant, goûteux!

 

 

 

Redstone, Cabernet, 2013, $23.80, cépages : cabernet franc 78%, cabernet-sauvignon 22%, code SAQ : 12728859.

https://www.saq.com/page/fr/saqcom/vin-rouge/redstone-cabernet-2013/12728859

Un nez parfumé, aromatique, des notes de fruits rouges bien mûrs tels cassis, framboises, bleuets, des notes d’épices douces. Des notes concentrées en bouche, très aromatiques. Une belle texture, de l’équilibre, des tannins bien présents et pas asséchants, beaucoup de fraîcheur. Pas dans le genre bombe de fruits. Super bon !!

 

Sources : Notes de dégustation, Globe and Mail, site de Tawse Winery, Site de Redstone Winery

https://www.tawsewinery.ca/#

http://redstonewines.ca/

https://www.saq.com/webapp/wcs/stores/servlet/SearchDisplay?storeId=20002&catalogId=50000&langId=-2&pageSize=20&beginIndex=0&searchCategory=Entete&searchTerm=tawse

https://www.theglobeandmail.com/life/food-and-wine/wine/how-a-burgundy-loving-executive-became-one-of-niagaras-most-acclaimed-vintners/article15123022/

http://www.marchand-tawse.com/en#!/content/wines

www.sdvf.ca www.delaneyvs.ca

 

 

Rencontre avec le vigneron David Paterson de Tantalus

Très belle rencontre avec le vigneron David Paterson (agence Rézin) du vignoble Tantalus situé en Colombie-Brittanique, dans la vallée de l’Okanagan. Ce domaine a été fondé en 2004 avec la conviction que des vins exceptionels, issus d’un seul vignoble et pourvu d’un terroir exceptionel, sauraient capturer l’imagination et le palais de ceux qui recherchent des vins authentiques et sans artifice.

David est un vigneron qui pratique le moins d’intervention possible dans l’élaboration de ses vins et ce, autant dans le chai que dans la vigne. Son approche organique lui assure la meilleure qualité de raisins possible.
Ses vins sont focusés non pas sur la personalité du vigneron mais plutôt sur ce que la nature et le vignoble peuvent lui donner de mieux.  »Nous voulons des vins qui soient plus austères au niveau du style (que des vins de concours), qui aient de la minéralité, une belle trame acide, qui livrent de la longueur en bouche et de la complexité au fil du temps  »… »We want wines that have a purpose »!
Ce que j’ai retenu de cette dégustation c’est que les vins de Tantalus ont tous plein de fruits, une très belle acidité, une belle sensation de minéralité et une complexité qui se dévoile avec le temps.

Les vins:
Quatre des huit vins sont disponibles soit en IP (importation privée avec l’agence Rézin) ou à la SAQ (Tantalus Riesling 2015).
1) Tantalus Riesling, 2015, $31.50, code SAQ: 12456726
Des notes de lime, de pomme verte, des notes florales, une belle sensation de minéralité, un vin bien droit. Superbe acidité et longueur en bouche. Très beau!

2) Tantalus Chadonnay, 2015
Issu de vieilles vignes (1985). Modellé sur des vins de Meursault et de Nouvelle-Zélande. Un vin superbe!! Des notes beurrées, pop corn, fruits blancs frais (sans battonage). Beaucoup de longueur et bouche et très belle acidité. Disponible en IP, $43.73, en caisse de 6 btles.

 

3) Tantalus Old Vine Riesling, 2014
Un des meilleurs Riesling!! Faible niveau de sucre (9g/l). Très belle acidité. Des notes de marmelade, de pétrole. Très équilibré et belle fraîcheur en bouche. Disponible en IP, $56.56, caisse de 3 btles.

 

 

4) Tantalus, Pinot Noir, 2015
Un vin plus sérieux, un peu plus austère mais avec une grande complexité. Des notes de terre mouillée, de champignons, des notes de fruits rouges. Superbe vin avec une longeur qui ne finit plus en bouche. Disponible en IP, $51.92, caisse de 6 btles.

 

Les autres vins dégustés:
Ces vins ne sont pas présentement disponible au Québec
1) Tantalus, Blanc de Noir, 2014
Un mousseux pratiquement nature avec peu de sucre (6g/l). Très beau
2) Tantalus, Chardonnay, Juvenile, 2016
Beaucoup de fruits et de minéralité – genre Chablis
3) Tantalus, Pinot Noir, Juvenile, 2015
Peu acidulé, juteux en bouche, noyaux de cerise et légère amertume
4) Tantalus, Old Vines, Riesling Brut, 2014
Très beau mousseux sur des notes de pommes, levure, superbe acidité et longueur.

La dégustation a eu lieu au Bar Yisst (Rosemont – La Petite Patrie) qui a la particularité de n’avoir que des vins canadiens (tous excellents) sur sa carte de vins.
www.rezin.com

Rencontre avec Charles-Henri de Coussergues, vignoble l’Orpailleur

Belle rencontre avec Charles-Henri de Coussergues co-fondateur/propriétaire du vignoble L’Orpailleur dans les Cantons de l’est à Dunham. Beaucoup d’énergie, de positivisme et de passion dans ses propos! Et les ventes des vins de l’Orpailleur vont plutôt bien par les temps qui courrent! Les vins sont plus que bons et les gens le reconnaissent!
J’ai particulièrement apprécié l’Orpailleur vin blanc, 2016, fait de 60% vidal et 40% seyval, code SAQ: 704221.
http://www.saq.com/…/saq…/vin-blanc/lorpailleur-2016/704221…

Des notes de fruits blancs (poire), florales, et d’agrumes avec une belle acidité vive et une longueur moyenne en bouche. Très beau! Avec fruits de mer et en apéritif. Oubliez vos préjugés si jamais vous en aviez et essayez ce vin si vous ne l’avez déja fait! Je vous parlerai plus tard de l’Orpailleur gris et du vin de glace…
#vignoblelorpailleur

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén