Catégorie : $20.01 à $25.00 (Page 1 of 15)

Quel délice que ce Château Pesquié, Quintessence, 2011…

Quintessence, Château Pesquié, France, Ventoux, 2011

Quintessence, Château Pesquié, France, Ventoux, 2011, (2017 disponible à la SAQ), $24.15, cépages: Syrah 80%, Grenache 20%, sucre: 1.7 g/l, alc.: 15%, alc.: 15%, code SAQ: 969303.

Quel plaisir de sortir cette bouteille d’un vin que j’ai toujours plus qu’apprécié. Le dernier millésime que j’avais dégusté était le 2016 et c’était avec Frédéric Chaudière co-propriétaire avec son frère Alexandre.

D’une belle profondeur et d’une intensité remarquable tant au niveau des arômes que des saveurs. Ce vin s’ouvre sur des effluves de fruits noirs, de réglisse et d’épices douces. Puis suit une bouche généreuse avec des tannins charpentés ronds et quelque peu joufflus qui créent une très belle perception de volume et d’amplitude. Des flaveurs de fruits noirs, de réglisse et de notes caramélisées ainsi que ce 15% d’alcool (bien intégré) viennent ajouter leur contribution à cet ensemble des plus goûteux et des plus aromatique. Et quelle longueur jouissive.

Ce Quintessence a neuf ans et il a tenu la route de façon admirable pour un vin de ce prix. En fait sur la bouteille on indique que le potentiel de vieillissement était de 10 ans. Je lui en donnerais encore quelques années.

Je l’ai apprécié avec des côtes levées au BBQ. Quel délice!

Vous pouvez lire mon compte rendu de ma rencontre avec Frédéric Chaudière en cliquant sur ce lien.

Agence Sélection Oeno

Vous voulez essayer un vin nature? Commencez par L’Essentiel du Château Cailleteau Bergeron, 2018.

Château Cailleteau Bergeron, L’Essentiel, Vin nature sans sulfites, France, Bordeaux, Blaye Côtes de Bordeaux, 2018, $20.70, cépages : Merlot 95%, Cabernet-Sauvignon 5%, sucre : 2.2 g/l, alc. :13%, code SAQ : 13841423

Puisque ce vin a été élaboré sans triturage oenologique tant au niveau des intrants (aucun produit chimique) que des techniques de vinification invasives, on devrait se rapprocher de ce que le vin a à offrir d’essentiel c’est – à – dire ‘’le vrai goût du vin, de son terroir et de son millésime’’.

Ce qui domine dans ce vin c’est la pureté du fruit sans altération du bois, l’intensité de ses arômes, de ses saveurs et sa densité et son volume en bouche.

Alors au nez assez aromatique il se laisse découvrir par ses arômes de fraises bien mûres, de prunes, de cerises noires, une touche herbacée et un soupçon de moka.

En bouche les tannins sont charpentés, assez denses et tissés serré, l’acidité est bien présente et les flaveurs bien fruitées sont composées de mûres, de notes balsamiques et autres fruits noirs. C’est juteux, assez volumineux en bouche et d’une très belle longueur. Surprenant un vin nature quand c’est bien fait!

Qu’est ce donc qu’un vin ‘’nature’’?

Depuis 2020 un cahier de charge couvrira le label ‘’Vin Méthode Nature’’ ce qui n’était pas le cas auparavant alors que régnait un le flou artistique ou tout et n’importe quoi pouvait être caractérisé comme vin dit ‘’nature’’. À la défense des producteurs beaucoup déjà élaboraient des vins selon les nouveaux règlements. Plusieurs petits producteurs déjà en bio ou en biodynamie élaboraient des vins qui lorsque bien faits étaient excellents. Par contre, j’ai souvent retrouvé de bien bizarres effluves lors de dégustation de ces vins ‘’nature’’.

Alors, qu’est-ce qu’un vit nature? (Source : Terre de Vins’’ : ‘’Il s’agit d’un vin issu de raisins bio vendangés à la main, et vinifié sans intrant ni technique d’œnologie corrective. Cette définition est beaucoup plus détaillée que l’habituel “vin sans soufre” souvent trop vite évoqué. Sur le sujet du soufre, d’ailleurs, la charte est précise : “aucun sulfite ajouté avant et pendant les fermentations”, mais possibilité d’ajustement de l’ordre SO2<30mg/l H2SO4 total avant la mise, avec une étiquette dédiée’’.

Les grands principes de la charte (Source Terre des Vins) :
– 100% des raisins issus d’une agriculture bio (Nature & Progrès, AB ou 2e année de conversion)
– vendanges manuelles
– levures indigènes
– aucun intrant
– aucune action de modification volontaire de la constitution du raisin
– aucune technique brutale
– aucun sulfite ajouté avant et pendant les fermentations (possibilité d’ajustement de l’ordre SO2<30mg/l H2SO4 total avant la mise, avec une étiquette dédiée)
– les cuvées non “Vin méthode nature” doivent être clairement identifiables (étiquetage différencié).

Puisqu’on limite grandement les interventions œnologiques sur l’élaboration du vin celui-ci devrait être le plus près du ‘’vrai’’ goût du vin. Et en soi, boire un tel vin c’est comme faire une découverte, vivre une aventure!!

Château Cailleteau Bergeron

Château Cailleteau Bergeron est un domaine viticole familial mené par Pierre-Charles et Marie-Pierre Dartier (frère et sœur). Ils sont vignerons indépendants à Manzion, une race qui s’érode avec le temps dans la grande région de Bordeaux. En 1933, leurs grands parents se sont installés avec 2 hectares de vignes dans le petit village de Manzion. Puis leurs parents ont pris la relève dans les années 1970 et ont développé le vignoble avec l’achat d’hectares de vignes et de propriétés ‘’dont les enfants d’autres vignerons voisins ne voulaient pas’’ (La Magdeleine 1978, Clos Mansio 1991, Château Perrin 2008).

Pierre-Charles et Marie-Pierre Dartier

Aujourd’hui Cailleteau Bergeron possède une cinquantaine d’hectares dont 6 ha de Sauvignon Blanc et Gris. Le vignoble est situé sur l’aire Blaye, Côtes de Bordeaux à 40 km au nord de Bordeaux. Planté à 5,000 pieds hectare sur des pentes douces, la production est répartie sur 90% en rouge et 10% en blanc.

Le vignoble est certifié Terra-Vitis et depuis 2020 il est reconnu comme HVE (Haute Valeur Environnementale) niveau 2.

Quant aux chais, l’entièreté des chais ont été rénovés. En fait depuis 2001 plusieurs bâtiments supplémentaires ont bâtis, rénovés et un projet de stockage de 300,000 bouteilles est en phase d’élaboration.

Coup de Coeur de l’État de Washington! Le NoteBook NV13!

NoteBook NV13, États-Unis, Washington, Columbia Valley, J. Bookwalter
Photo background: Richard Duval

NoteBook NV13, États-Unis, Washington, Columbia Valley, J. Bookwalter, $21.85, cépages: Cabernet-Sauvignon 65%, Syrah 20%, Malbec 12%, autres cépages 3%, sucre : 3.4 g/l, alc. : 14.1%, code SAQ : 14294046.

Surprenant ce vin! Il est élaboré à partir de cépages considérés parmi les plus tanniques. Je m’attendais donc à un blockbuster genre ‘’big, bold and beautiful’’. J’ai été agréablement surpris par son équilibre, sa rondeur, son côté suave et sa complexité. Il se laisse découvrir sur des effluves charmeurs de fraises, de framboises et de cerises noires bien mûres, de notes de tabac, de cèdre et d’épices douces. J’ai senti comme une certaine générosité.

La bouche se démarque par une texture veloutée, suave supportée par des tannins presque charpentés, ronds, fondus comme une caresse au palais. Les flaveurs assez complexes de fruits bien mûrs sont agrémentées de notes boisées bien intégrées avec comme une saveur de cola. Je m’attendais à un côté plus sphérique, volumineux mais c’est la finesse et une certaine retenue qui prennent le dessus. Très belle longueur. À ce prix je dirais qu’il offre un très bon rapport qualité/prix.

Ce qui est intéressant de ce vin c’est la complexité de son assemblage composé de diverses parcelles du même cépage, de divers cépages et de divers millésimes.

Le vin parfait pour votre BBQ cet été!

Agence Daniel Ménard – échantillon

J. Bookwalter Winery

C’est Jerry Bookwalter, père de l’actuel président de l’entreprise John Bookwalter, qui a décidé de se lancer un jour dans la viticulture. Diplômé de l’UC-Davis, il a passé 13 ans à cultiver dans la vallée de San Joaquin en Californie avant de déménager sa famille en 1976 dans les Tri-Cities de l’État de Washington. De 1976 à 1982, il a aidé à gérer les plantations de trois célèbres vignobles de Washington – Sagemoor, Bacchus et Dionysus. C’est en 1982, qu’il a fondé J. Bookwalter Winery.

J. Bookwalter Winery

La cave est maintenant dirigée par son fils John, qui était directeur marketing chez E&J Gallo and Coors, avant de revenir au projet familial en 1997. Depuis 2014, Caleb Foster est vigneron en chef.

J. Bookwalter Winery

Il est maintenant reconnu que l’État de Washington produit de grands vins, grâce aux efforts de domaines comme Bookwalter.  Bookwalter Winery produit du Merlot, du Cabernet Sauvignon, du Riesling et d’autres vins rouges et blancs de la Columbia Valley de Washington. L’entreprise s’est concentrée sur la production de vins rouges ultra-premium mais parvient à produire quelques bouteilles disponibles à des prix plus raisonnables. Les raisins proviennent à la fois du vignoble de l’entreprise à Richland, Washington, et d’autres vignes cultivées dans la région.

J. Bookwalter Winery

Belles découvertes de vins bio d’Espagne avec les caisses panachées de l’agence Importation Épicurienne!!

Tout nouveau, tout beau!! On peut maintenant acheter des vins d’importation privée (qui ne sont pas disponibles dans les succursales de la SAQ) en caisses mélangées (panachées). Alors que normalement on devait acheter des vins d’importation privée en caisses de 6 ou de 12 bouteilles du même vin, on peut maintenant acheter des caisses de 6 bouteilles composées de 2 vins différents, ou de 12 bouteilles composées de 4 vins différents. Alors on en profites !!

L’Agence Importation Épicurienne a développé un éventail de neuf caisses de vins panachées composées chacune de 4 vins différents et de 3 bouteilles de chaque vin. Évidemment vous pouvez toujours acheter chaque vin séparément soit en caisses complètes de 6 ou de 12 bouteilles.

Dans cet article, vous ferez le tour de l’Espagne avec ces quatre vins bio!!

Caisse Panachée Bella Ciao!  Vins bio d’Espagne – $239.25/12 bouteilles.

3 bouteilles, Chardonnay, Caminos del Bonhomme, Espagne, Valencia DO, vin blanc bio, 2018

3 bouteilles Sauvignon Blanc, Olcaviana, Espagne, Castilla la Mancha, Vino de la Tierra de Castilla, Bodegas Sierra Norte, vin blanc bio et vegan, 2019

3 bouteilles Garnacha, Principe de Viana, Espagne, Navarre, 2017, vin rouge bio

3 bouteilles La Bicicleta, Voladora, Espagne, Rioja, German R. Blanco, vin rouge bio, 2018

Pour commander

À noter que les caisses panachées sont offertes SEULEMENT en livraison à domicile. Pour commander ces caisses panachées cliquez sur le lien suivant :  https://www.importation-epicurienne.com/product/bella-ciao-caisse-panachee-importations-privees/. Vous pouvez rejoindre l’agence en composant le 450-671-0631 ou via info@importation-épicurienne.com

Sans frais de livraison dans un délai de 7 à 10 jours ouvrables.
Le service est offert pour la Grande Région de Montréal, de la Rive-Sud (Jusqu’à Ste-Julie, Varennes, Carignan, Richelieu, Chambly, St-Jean-sur-le-Richelieu, Candiac, Boucherville, Granby, Bromont) et de la Rive-Nord (jusqu’à Ste-Adèle).

Choisir l’option LIVRAISON À DOMICILE CAISSES DE 12 ou CAISSES PANACHÉES IP dans le menu déroulant.
Paiement par virement Interac seulement la journée de la livraison.

Note : Les prix et les millésimes affichés peuvent changer sans préavis.

Chardonnay, Caminos del Bonhomme, Espagne, Valencia DO, 2018, vin blanc bio, $22.35/bouteille, sucre : 1.5 g/l, alc. : 12.5%. Disponible en importation privée – Agence Importation Épicurienne

Un très beau Chardonnay sur des effluves éclatants de fruits exotiques, de pêches, de poires et de melons. En bouche la texture est veloutée, presque crémeuse en contraste avec une acidité fraîche. Les flaveurs dominantes sont sur la pêche ainsi qu’une sensation de minéralité (caillou mouillé). Bel équilibre et longueur appréciable.

Les Vins Bonhomme

Nathalie Bonhomme a quitté le Québec il y a fort longtemps. Un séjour en Afrique du Sud la menée vers la restauration et l’industrie du vin. Mais c’est en Espagne qu’elle est réellement « tombée dans les barriques » en devenant exportatrice au Québec. Pour elle, devenir vigneronne était un rêve : elle y pensait, sans vraiment y croire. En 2007, lorsque des amis lui ont proposé de planter des vignes dans la région de Valence pour y produire son vin. Si c’est l’amour qui l’a retenue dans la péninsule ibérique, une série de rencontres fortuites l’a fait progresser dans le domaine du vin. Celle avec le producteur Rafael Cambra, survenue quelques années plus tôt, en 2000, a été décisive : avec lui, elle vinifiera ses premières cuvées, dont le El Bonhomme en 2007.

Nathalie Bonhomme

Les Vins Bonhomme ont fait équipe avec Antonio Sarrion, de la Bodegas Mustiguillo, afin d’élaborer un vin de qualité tout en étant typiquement espagnol. Il faut savoir que le chardonnay est particulièrement rare dans ce pays. Les raisins sont cultivés et vendangés à la main sur des vignobles en terrasses au pied d’un spectaculaire éperon rocheux. Ce terroir unique bénéficie de l’alternance entre les journées chaudes et les nuits fraîches ce qui favorise une belle acidité.

Vins Bonhomme – Espagne

Ce vin provient des meilleures collines situées dans l’arrière-pays de la province de Valence. Près de 70 % de l’assemblage est passé en cuve inox, le reste étant élevé dans des barriques de chêne français de deux et trois ans. Les lies sont travaillées de façon méticuleuse, ce qui confère une texture juste assez crémeuse au vin tout en retenant l’intense minéralité ainsi que la complexité du terroir de Terrerazo.

Sauvignon Blanc, Olcaviana, Espagne, Castilla la Mancha, Vino de la Tierra de Castilla, Bodegas Sierra Norte, vin blanc bio et vegan, 2019, $16.40/bouteille, sucre : 0.8 g/l, alc. : 12.5%. Disponible en importation privée – Agence Importation Épicurienne

Il n’y a pas à se tromper! On est dans le territoire du Sauvignon Blanc. Ce vin se laisse découvrir avec ses arômes assez parfumés de zestes d’agrumes, de pêches avec une pointe de litchi. En bouche la texture est ferme, l’acidité presque vive le tout en harmonie avec les flaveurs de zeste de citron, de notes de silex et d’épices douces. La finale est agréablement acidulée.

Bodegas Sierra Norte

La Bodega Sierra Norte a été fondée en 1914 à Camporrobles, Utiel Requena, Valence. Ils exploitent approximativement 300 hectares selon les principes de la viticulture biologique. En collaboration avec l’Université de Valence, la Bodega Sierra Norte poursuit plusieurs projets de recherche et développement visant l’étude de la viticulture biologique et durable et la sélection clonale du raisin Bobal ainsi que l’étude de l’utilisation de levures indigènes.

Les vignobles de la Roda sont situés à une altitude de 700 mètres sur des sols limoneux, sablo-calcaire. Les vignes sont âgées d’environ 24 ans. Les raisins utilisés proviennent de vignobles cultivés selon des critères de culture biologique, soit de manière équilibrée, attentionnée et durable.

Garnacha, Principe de Viana, Espagne, Navarre, 2017, vin rouge bio, $18.60/bouteille, sucre : 1.1 g/l, alc. :13.5%. Disponible en importation privée – Agence Importation Épicurienne

Au nez des notes de fraises, de framboises fraîches, d’épices douces avec un soupçon de notes balsamiques. En bouche la texture est veloutée, l’acidité équilibrée et les tannins sont équilibrés à gouleyants. Les flaveurs sont dominées par les notes boisées bien intégrées, d’épices douces, de cerises et de noyaux de cerises ainsi que de fruits noirs. Belle longueur avec une légère amertume en finale.

Bodegas Principe de Viana

Depuis 1983, lorsque Principe de Viana a ouvert ses portes à Murchante, l’entreprise est devenue l’un des vignobles principaux et les plus prestigieux de Navarre en seulement 25 ans.

Bodegas Príncipe de Viana a été créé en 1983 en tant que projet de bannière de Caja Rural de Navarra, une institution de crédit agricole fondée pour fournir une aide financière au développement durable de l’important secteur agricole de Navarre. Reflétant la noblesse du vin parmi les produits agricoles, le projet tire son nom d’un titre historique navarrais de succession royale espagnole datant de 1423.

Environ 1,200 acres de vieilles vignes sont gérées sous contrat dans toute la région. En 2003, plus d’un millier d’hectares supplémentaires de vignobles du domaine ont été établis sur un plateau au confluent des fleuves Aragon et Ebre. Les cépages primaires, cultivés de manière durable, sont le Tempranillo, le Chardonnay, le Cabernet Sauvignon, le Merlot, le Graciano et la Garnacha. Les sols sont principalement argilo-calcaires et dépôts alluviaux. Les vents persistants «Cierzo» minimisent efficacement les maladies des plantes.

La Bicicleta, Voladora, Espagne, Rioja, German R. Blanco, vin rouge bio, 2018, $22.40/bouteille, cépages : Tempranillo 85%, Viura 15%, alc. : 13.5%. Disponible en importation privée Agence Importation Épicurienne

Ce vin se laisse désirer avec ses parfums assez discrets de fruits rouges, d’épices douces et de notes florales. La bouche possède une texture veloutée, une acidité assez présente et des tannins presque charpentés tissés serré et un peu denses. Les flaveurs se distinguent par les notes d’épices douces, de fruits noirs, de cerises noires bien mûres ainsi qu’une légère astringence en finale.

German R. Blanco

Germán a commencé la récupération d’une parcelle dont sa grand-mère était propriétaire au début des années 2000 et son premier millésime a vu le jour en 2013. Ce vignoble s’appelait La Galapana dans une région éloignée à Bierzo entourée de châtaigniers à une altitude de plus de 900 mètres. Sa gamme à Bierzo comprend maintenant huit cuvées différentes (10 000 bouteilles) qui sont produites dans une petite cave pittoresque au centre du village.

Dans la Rioja, Germán élabore un seul vin appelé La Bicicleta Voladora (production d’environ 70 000 bouteilles). Les raisins proviennent de San Adrián (Navarre) et Calahorra (La Rioja). Des accords sont passés avec des viticulteurs certifiés biologiques et prêts à accepter nos conditions et critères de qualité. En fait, c’est la première fois que German R. Blanco fait des vins à partir de raisins qu’ils n’ont pas cultivés eux-mêmes.

Une généreuse quantité du cépage Viura ancien est mélangée avec du Tempranillo pour ajouter de la fraîcheur. Une partie du style est inspirée des «riojas madurados» (riojas affinés) des dernières décennies: des vins jeunes vieillis en cuves béton. German suit le mantra non boisé et utilise une combinaison de ciment, de récipients en argile et de réservoirs flexibles pour la vinification. Il aime particulièrement l’argile pour oxygéner les vins un peu avant la mise en bouteille. Le résultat à Rioja est un rouge abordable, accessible et facile à boire.

À la découverte du cépage Graciano! Coup de coeur!

Ijalba, Graciano, Espagne, Rioja Alavesa, vin rouge bio, 2017, $22.25, sucre: 2.3 g/l, alc.: 14.5%, code SAQ : 10360261

Les viticulteurs espagnols ont délaissé au fil du temps le cépage Graciano surtout à cause de ses rendements peu élevés ce qui veut dire moins de vin par vigne. C’est un cépage des plus aromatiques de couleur d’un rouge foncé avec une belle acidité ainsi que des tannins passablement corsés. Il dégage des notes de vanille, d’épices, de fruits noirs, de violettes et de chocolat.

La mission de Vina Ijalba est, entre autres,  de ressusciter les raisins traditionnels de la Rioja, et ce vin en est un parfait exemple. Il est issu de son vignoble de 20 hectares composé de Graciano (le plus grand au monde) et est devenu un produit phare depuis 1995. Viña Ijalba a contribué à protéger la biodiversité de la Rioja et est devenue la première bodega au monde à produire des vins exclusivement composés de tempranillo Blanco, Maturana Blanco, Graciano et Maturana Tinta.

N0tes de dégustation

Notes de dégustation du millésime 2015 – Ce vin a un nez très charmeur, bien aromatique avec des notes de crème de fruits noirs surtout sur la mûre, la cerise noire et le cassis. De belles notes boisées s’entremêlent avec de belles notes florales et un soupçon de notes herbacées.

En bouche c’est un super bel équilibre entre une acidité bien fraîche presque vive et des tannins charpentés qui ont pas mal de corps. C’est hyper goûteux avec des arômes de fruits noirs, de chocolat et de notes boisées. Ce vin offre un beau volume et une belle amplitude en bouche avec une longue finale bien fruitée.

C’est le vin idéal pour le BBQ, les viandes rouges rôties et les gibiers. J’ai vraiment aimé ce vin. Normalement pour les chroniques je déguste un verre de vin pour m’en faire une idée. Je vais plus que probablement en prendre un troisième…

Agence Charton Hobbs

Vina Ijalba

Vina Ijalba
Vina Ijalba
Vina Ijalba

Toujours un classique de la Toscane! Brolio, Chianti Classico, Ricasoli, ,2018.

Brolio, Chianti Classico, Italie, Toscane, Barone Ricasoli, 2018, $23.55, cépages : Sangiovese 80%, Merlot 15%, Cabernet-Sauvignon 5%, sucre: 1.5 g/l, alc.: 13%, code SAQ : 3962.

Ce Brolio m’est apparu un peu plus austère que par les années passées. Il se laisse découvrir par ses arômes de cerises noires, ses notes balsamiques agrémentées de notes florales (violettes) assez évidentes. En bouche la texture est veloutée, l’acidité bien présente (le Sangiovese) et les tannins sont charpentés et denses. Les flaveurs de cerises noires, de noyaux de cerise s’entremêlent aux notes boisées et à celles d’épices douces pour créer un profil aromatique bien classique du Chianti Classico. Belle persistance et amplitude en bouche. Bref un vrai classique!

Barone Ricasoli

Barone Ricasoli possède une propriété de 1 200 hectares qui comprend près de 240 hectares de vignobles et 26 d’oliveraies. Le château de Brolio (Castello di Brolio), situé dans les limites de la ville de Gaiole à Chianti. On y trouve les caves récemment rénovéees ou on élabore les vins. Depuis 1993, le baron Francesco Ricasoli en est le propriétaire et président de cette société toscane.

Franceso Ricasoli (source: Forbes, Tom Hyland)

Il a insufflé à l’entreprise un renouveau via des études approfondies des différents types de sol et sur les diverses sélections clonales du Brolio Sangiovese afin d’optimiser la qualité de ses vins tout en respectant la tradition qui lui a été transmise depuis 1141. On note des transactions de vins dès les années 1600 ce qui représente plus de 400 de tradition vinicole.

Castello di Brolio

Quant à la viticulture, chaque parcelle de vigne est récoltée séparément. Une fois cueillis, les raisins sont acheminés vers le cuvier dans des conteneurs d’une capacité maximale de 200 kg; La vinification a lieu dans les caves du château Brolio dans des petites cuves en acier, ce qui permet de réguler soigneusement le processus de fermentation et de séparer les caractéristiques de chaque parcelle.

C’est suite à une étude approfondie des sols que la vinification parcellaire a été introduite. On va jusqu’à vinifier séparément, même au sein d’une même parcelle, en fonction des similitudes morphologiques du sous-sol. La structure de la cave de vinification est conçue pour que les cuves soient remplies par gravité, ce qui permet un abattage en douceur et extrait les substances les plus désirables de la peau.

Un projet de sélection clonale a été lancé suite à ces recherches, visant à conserver les biotypes les plus intéressants du sangiovese présents à Brolio. Ces clones sont uniques à Brolio et sont répertoriés dans le registre national des raisins du ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Forêts et ont été utilisés pour créer les vignobles les plus récents.

Les vignobles de Ricasoli sont tous situés sur des collines, avec des altitudes comprises entre 180 et 490 mètres au-dessus du niveau de la mer, principalement avec une exposition sud / sud-ouest. Le climat est méditerranéen, avec des précipitations concentrées au printemps et en automne (environ 800 mm / an), des hivers doux avec des chutes de neige rares et des étés chauds et secs. Le sangiovese est la variété dominante; elle trouve ici un environnement idéal où développer tout son potentiel naturel.


Découvrez les vins d’importation privée avec les nouvelles caisses de vin panachées de l’agence Benedictus!!

Caisse panachée – Agence Benedictus

Tout nouveau, tout beau!! On peut maintenant acheter des vins d’importation privée (qui ne sont pas disponibles dans les succursales de la SAQ) en caisses mélangées (panachées). Alors que normalement on devait acheter des vins d’importation privée en caisses de 6 ou de 12 bouteilles du même vin, on peut maintenant acheter des caisses de 6 bouteilles composées de 2 vins différents, ou de 12 bouteilles composées de 4 vins différents. Alors on en profites !!

L’Agence Benedictus a développé un concept ‘’Créez votre caisse de vin’’ de 6 ou de 12 bouteilles à partir de 4 vins différents. Sachez qu’il faut avoir un minimum de 3 bouteilles de chaque vin. Par exemple, vous pouvez créer une caisse de 12 bouteilles avec le même vin, 2 de ces vins, 3 de ces vins ou de 4 vins.

Pour commander cliquez sur le lien suivant : https://www.agencebenedictus.com/  . Vous pouvez aussi appeler au 514-913-5405 ou envoyer un email à benlecavalier@sympatico.ca

Vous aurez accès à toutes les modalités ainsi que les détails de livraison en succursale ou à domicile selon la région. Sachez que toute livraison de 24 bouteilles sera gratuite dans la Grande région de Montréal. Les commandes de moindre quantité entraîneront des frais de livraison de $15.00.

note: selon les conditions de ventes SAQ nous devons placer nos commandes seulement lorsque notre volume de commandes pour 1 Groupe en particulier arrive à des caisses complètes (multiples) de 3. Il pourrait donc y avoir un délai de 1 semaine avant la livraison à votre domicile.

Les vins de Bodegas Tobia

Selon la mythologie grecque, Daimon c’est la voix de notre conscience qui nous aide à distinguer le bien du mal. Et acheter leurs vins c’est vraiment bien…

Daimon, Blanco, Bodegas Tobia, Espagne, Rioja, Cosecha 2018, $22.00/btle, cépages : Viura 40%%, Tempranillo Blanco 20%, Sauvignon Blanc 20%, sucre : 1.7 g/l, alc. : 12.69%.

Daimon, Blanco, Bodegas Tobia, Espagne, Rioja, Cosecha 2018

Les vendanges de ce vin ont été effectuées vers la mi-septembre. Le cépage Viura provient de vieilles vignes âgées de 40 à 60 ans situées à des altitudes de 400 et 600m. Elles sont caractérisées par un profil que lui confère le climat Atlantique. Les autres cépages proviennent de parcelles plus jeunes.

Quel bel ensemble créé par ces arômes intenses de fruits blancs comme la poire et la pomme, ces notes florales ainsi que ce soupçon de fruits exotiques. La texture en bouche est veloutée, presque crémeuse ce qui produit un beau contraste avec une acidité rafraîchissante. Les flaveurs sont dominées par la poire, des notes florales, une légère amertume, un soupçon d’agrumes ainsi qu’une belle sensation de minéralité. Belle fin de bouche savoureuse et moyennement persistante.

Daimon, Vino Tinto, Bodegas Tobia, Espagne, Rioja DOC, Cosecha 2018, $26.00/btle, cépages : Garnacha 85%, Tempranillo 15%, sucre : 2.0 g/l, alc. : 13,8%.

Daimon, Vino Tinto, Bodegas Tobia, Espagne, Rioja DOC, Cosecha 2018

Les raisins qui ont servis à élaborer ce vin proviennent de 3 parcelles de Garnacha et d’une de Tempranillo situées à Tudellina à Rioja Baja à des altitudes de près de 600m. Les vendanges manuelles ont été effectuées vers la mi-Octobre 2018. Le vieillissement de 6 mois est effectué dans des barriques de chêne américain.

Ce vin s’ouvre sur des effluves assez aromatiques de cerises, de framboises, de prunes et de mûres bien mûres ainsi qu’un soupçon d’épices douces et de vanille. La bouche est veloutée, l’acidité équilibrée et les tannins sont presque charpentés assez denses, bien ronds et mûrs à souhait. Les flaveurs sont focalisées sur des notes assez intenses de fruits telles que perçues au nez ainsi que des notes d’épices douces et légèrement boisées. Belle persistance en bouche avec une finales sur des saveurs de fruits rouges et noirs. Un vin cool et ‘’smooth’’!!

Bodegas Tobia

Après avoir terminé sa formation d’œnologue en 1994, déjà Óscar Tobía rêvait de créer sa propre cave. C’est en 2004 avec Ana Castelló qu’il fonde Bodegas Tobía située à San Asensio dans La Rioja Alta – une ville médiévale célèbre par sa rivière, près de Haro et à mi-chemin entre Logroño et Vitoria. Puis en 2010 une nouvelle cave voit le jour Cuzcurrita del Río Tirón aussi dans le Rioja Alta avec des capacités technologiques qui permettent d’améliorer la qualité des vins de la maison.

Bodegas Tobia

Le nom Tobía a été donné en témoignage de l’enracinement profond de la maison dans la région de Rioja. En 1996, grâce à bonne dose d’innovation, de passion et de recherche continue continue dans de nouvelles méthodes de vinification, Oscar Tobia développera le tout premier «Rosé Barrel Fermented» (vin rosé vieilli en fût de chêne) une création révolutionnaire dans le monde des vins rosés. Aujourd’hui, ce vin est considéré comme l’un des rosés les plus renommés d’Espagne.

Bodegas Tobia

Chez Bodegas Tobia, fait inusité, on utilise uniquement du jus de coulée libre (vin de goutte), plutôt qu’un pressoir. Des techniques innovantes lors de la fermentation sont utilisées, qui respectent l’environnement en profitant de l’énergie créée par le processus lui-même pour effectuer le remontage sans avoir besoin de générer de l’énergie supplémentaire. Par conséquent, cela donne la possibilité d’améliorer la qualité de l’extraction des raisins. La stabilisation et le vieillissement des vins rouges se fait naturellement en fûts de chêne. De plus, les vins ne sont pas filtrés. Enfin la fermentation malolactique est réalisée en fûts de chêne.

Les vins du Château de Rouillac

Le Petit Dada by Rouillac, Blanc, Bordeaux, Château de Rouillac, 2018, $25.00/btle, cépages : 65% Sauvignon Blanc, 18% Sémillon, 7% Muscadelle, alc. : 12.5%.

Le Petit Dada by Rouillac, Blanc, Bordeaux, Château de Rouillac, 2018

Ce vin blanc typiquement bordelais par son assemblage, s’ouvre sur des notes herbacées moyennement aromatiques dont le buis, des arômes d’agrumes ainsi qu’un soupçon de fruits blancs. La texture presque veloutée et l’acidité bien équilibrée sont en harmonie avec les flaveurs herbacées et d’agrumes. Délicieux, fruité et expressif.

Le Petit Dada by Rouillac, Rouge, Bordeaux, Château de Rouillac, 2016, $25.00/btle, cépages : 90% Merlot et 10% Cabernet Sauvignon, alc. : 13.0 %.

Ce Petit Dada est élevé pendant 6 mois en cuves inox thermo-régulées ce qui laisse toute la place aux arômes de fruits. Bien aromatique, le nez domine avec des odeurs bien charmeuses de fraises bien mûres et de cassis. La bouche est bien goûteuse avec des flaveurs intenses de mûres, de cassis et de noyaux de cerises et est bien structurée grâce à des tannins charpentés, denses et tissés bien serré. Belle amplitude en bouche avec une longue finale bien juteuse.

Je ne peut que penser aux accords avec des viandes rouges saignantes et gibiers bien goûteux. Assez impressionnant pout un vin d’entrée de gamme du Château de Rouillac

Château de Rouillac

Château de Rouillac

Domaine historique et très ancienne terre noble le Château de Rouillac situé dans l’appellation Pessac-Léognan est une vaste propriété de 36 hectares (dont 24 sont plantées de vignes d’un seul tenant) qui retrace l’histoire familiale de chacun des propriétaires qui se sont succédé.

Le plus illustre fut certainement Le Baron Haussmann qui acquiert le domaine en 1864 et en fair sa retraite favorite. Les siècles s’écoulent, les propriétaires se succèdent et ce n’est qu’en 2009 que Laurent Cisneros croise la propriété. Il tombe sous le charme de ce domaine et décide d’unir son destin et celui de sa famille à Rouillac.

Château de Rouillac

Ce dernier décide d’engager la conversion de l’ensemble du vignoble en Agriculture Raisonnée pour ultimement au fil de bien des efforts obtenir la certification Haute Valeur Environnementale la plus élevée en France.

Quant à la vinification, des foudres en bois et cuves en inox thermo-régulées sont rassemblées dans les deux cuviers de la propriété pour des vinifications contrôlées avec une durée de cuvaison d’environ 22 à 25 jours selon les millésimes.  Du matériel de dernière génération, des équipements performants adaptés assurent des vinifications et des extractions d’une grande précision.

Pinot Noir, Les Ursulines, 2018. Toujours une valeur sûre!

Les Ursulines, Pinot Noir, Bourgogne, Jean-Claude Boisset, 2018

Les Ursulines, Pinot Noir, Bourgogne, Jean-Claude Boisset, 2018, $22.65, sucre : 2.0 g/l, alc. : 13%, code SAQ : 11008121.

J’ai trouvé le millésime de ce vin bien harmonieux et d’un bel équilibre. Le nez est bien charmeur avec des effluves de cerises et de griottes bien mûres, une pointe de cerises noires, une petite dose d’épices douces, de cèdre et un soupçon de notes boisées assez discrètes (7 mois de vieillissement en fûts).

Le tout se prolonge en bouche avec une texture veloutée, des tannins équilibrés, denses et quelque peu serrés ainsi qu’une acidité rafraîchissante. Les arômes perçus en bouche viennent égayer le tout avec une dominante sur les noyaux de cerises et de fruits noirs. C’est juteux, croquant et ça perdure agréablement.

Le millésime 2018 – notes du producteur

‘’2018, abondance et excellence!
Après un hiver très (trop) doux, le millésime a été marqué par deux périodes contrastées. Un printemps ensoleillé et doux totalement épargné par le gel mais avec quelques orages localisés et épisodes de grêle, parfois importants, comme sur certaines parcelles de la Côte de Nuits, touchées fortement en juin. Puis, l’été très sec et très chaud a provoqué des blocages de maturité par endroit. La vendange précoce, exceptionnellement abondante et l’état sanitaire irréprochable a offert tout le potentiel pour engendrer des vins d’une grande finesse’’.

Jean-Claude Boisset

L’histoire viticole de Jean-Claude Boisset a commencé au début des années 1960 alors qu’il a créé sa petite Maison de vin à côté de Gevrey-Chambertin à Nuits-Saint-Georges dans un ancien couvent des Ursulines. Depuis lors cette maison a connu une expansion fulgurante grâce à sa philosophie de viti-vinification axée sur l’origine, la pureté et l’élégance de ses vins.

En 2002 la maison met sur pied sa cuverie par gravité élaborée selon la plus pure tradition bourguignonne. C’est avec les vendanges de 2018 qu’une nouvelle cuverie sera inaugurée presque 300 ans après la construction du premier bâtiment des Ursulines en 1717. Véritable prouesse architecturale et des plus spectaculaire avec son dôme végétalisé qui repose partiellement sur des caves anciennes, et un édifice totalement dédié à l’élaboration du vin.

Cuverie Jean-Claude Boisset

Chez Jean-Claude Boisset, on y privilégie la vinification sous-bois. Puis on élève les vins dans des barriques mais pas nécessairement neuves puisque le bois neuf peut laisser une empreinte tannique trop élevée.  On recherche des vins fruités, sans être légers, et authentiques dans l’esprit de la maison.

« En général, j’aime les vins atypiques, qui bousculent les carcans et les idées reçues », déclare Grégory Patriat Vinificateur. « Mes Pommard Premier Cru sont plutôt féminins, tout en dentelle, tandis que mes Savigny-lès-Beaune sont plutôt rustiques aux tanins mûrs et serrés. Le terroir nous les a offerts dans ce style, conservons-le. S’il est vrai que j’ai un penchant pour les vins très fins pleins de fruit, de rondeur j’aime aussi qu’ils puissent défier le temps. » Gregory Patriat.

Gregory Patriat

Pour Grégory Patriat, respect reste le maître mot puisque les raisins sont encuvés sans foulage et par gravité. Aucun produit œnologique de type levure, enzyme ou tanin n’est ajouté : c’est d’abord une philosophie de travail mais aussi un respect envers le terroir qu’il ne faut pas dénaturer.

Faites le tour du monde avec ces vins d’importation privée de l’agence Vinatovin!

Tout nouveau, tout beau!! On peut maintenant acheter des vins d’importation privée (qui ne sont pas disponibles dans les succursales de la SAQ) en caisses mélangées (panachées). Alors que normalement on devait acheter des vins d’importation privée en caisses de 6 ou de 12 bouteilles du même vin, on peut maintenant acheter des caisses de 6 bouteilles composées de 2 vins différents, ou de 12 bouteilles composées de 4 vins différents. Alors on en profites !!

L’Agence Vinatovin a développé 4 de ces caisses de vins différentes composées chacune de 4 vins différents et de 3 bouteilles de chaque vin. Évidemment vous pouvez toujours acheter chaque vin séparément soit en caisses complètes de 6 ou de 12 bouteilles.

Dans cet article, vous ferez le tour du monde avec une caisse de 12 bouteilles provenant de l’Allemagne, de l’Argentine, de l’Autriche et du Portugal.

Pour commander

Pour commander ces caisses panachées cliquez sur le lien suivant.

Vous aurez accès à toutes les modalités ainsi que les détails de livraison en succursale ou à domicile selon la région. Vous pouvez aussi appeler au 1-819-472-5282 ou envoyer un email à information@vinatovin.com

Caisse #3: Allemagne, Argentine, Autriche et Portugal – $320.00/12 bouteilles.

3 bouteilles Allemagne Weingut Becker Landgraf, Pinot Blanc et Chardonnay 2018

3 bouteilles Argentine Malbec Reserve Proemio, Bio

3 bouteilles Autriche Landauer Blaufrankish Kraftn

3 bouteilles Portugal Reserva do Paul, Touriga Nacional

J2, Weissburgunder (Pinot Blanc) & Chardonnay, Allemagne, Rheinhessen, Weingut Becker LandGraf, 2018, $29.30, cépages: Pinot Blanc 70%, Chardonnay 30%, alc. : 12.5%.

Notes de dégustation Vinformateur (échantillon) :

Véritable coup de cœur que ce vin d’Allemagne! On a tiré ce qu’il y a de meilleur de chaque cépage. Tout d’abord ce vin nous accueille avec une belle couleur jaune assez dorée ce qui étonne d’un vin de région nordique et issu en majorité de Pinot Blanc.

Le nez assez aromatique dégage des effluves de fruits blancs surtout sur la pêche, des notes d’amandes, de melon au miel ainsi que quelques arômes de beurre et de vanille. La bouche m’a agréablement surpris avec une texture légèrement grasse et veloutée, son acidité rafraîchissante le toit en harmonie avec des flaveurs de fruits jaunes et une belle sensation de minéralité. Mon genre de vin blanc!

Proemio, Malbec, Reserve, vin Bio, Argentine, Mendoza, Proemio Wines, 2016, $28.60, alc.: 14%.

Notes de dégustation du producteur :

‘’Couleur rouge violacé intense avec des arômes de fruits rouges mûrs et de mûres. En bouche, le vin est soyeux avec des tanins doux et veloutés. Ses notes persistantes de cerises et de mûres, de vanille et de chocolat confèrent à ce vin une longue finale’’.

Landauer, Blaufrankisch, Kraftn, Autriche, Burgunland, Landauer Winery, $25.75, 2017, alc. : 13.5%.

Notes de dégustation du producteur :

‘’Sur des notes de mûres et de fruits noirs aromatiques, de caractère fruité-épicé, d’une structure complexe, les tanins sont veloutés, bien fruité, corps puissant, harmonieux.’’

Reserva do Paul, Touriga Nacional, Portugal, DOC do Tejo, Quinta Monteiro de Matos, $24.40, alc.: 14%.

Notes de dégustation du producteur :

‘’Couleur rouge intense, arômes de fruits noirs avec quelques notes florales. Les tannins sont souples et fermes, avec une finale très longue’’.

Les autres caisses panachées

Vignoble de Pomone, des vins du Québec à découvrir absolument!!

Sylvain et Sylvie ont un rêve, un projet de retraite. Avoir leur propre vignoble au Québec. On est au début des années 2000. Sylvain est agriculteur depuis quarante ans à Coteau-du Lac, dans le mais jusqu’aux oreilles…et il connaît ça avec ses 600 acres à cultiver. Un vrai de vrai. La terre, le climat, comment ses plantes réagissent etc., il a ça dans le sang.

Et Sylvie qui vient d’un univers totalement différent. Dans un poste de direction au sein d’une des plus grosses boîtes en technologie de l’information/informatique au Québec et ailleurs; c’est une ‘’workaholic’’. C’est dans cet univers dont je faisais partie que je l’ai rencontré pour la première fois

En 2009, le vignoble de Pomone à Coteau-du-Lac voit le jour, on plante des hybrides (30,000 plants de vigne) comme pas mal tout le monde, pour palier au climat du Québec. Ça prend des vignes robustes. On s’entoure des meilleurs experts pour faire le mieux possible et éviter les erreurs coûteuses. Le vignoble s’appellera Pomone car c’est la déesse des fruits et la protectrice des vignes et des plantes.

Vignoble de Pomone

Et au fil du temps ça devient de plus en plus gros. Le vignoble est rendu à 12 hectares de vignes plantées avec une densité d’approximativement 3,500 plants de vignes par hectare et 40,000 pieds de vigne. Il fait pratiquement partie des 10 plus gros vignobles au Québec ou tout près. On y a planté surtout des cépages hybrides et on y a aussi ajouté des cépages Vitis Vinifera tels le Riesling, Pinot noir, Pinot gris, Riesling et Chardonnay.

J’ai déjà eu le plaisir de faire les vendanges (millésime 2018) avec cette gang là. Que de plaisir nous avons eu!!

Vignoble de Pomone

Sylvie, forte de son expérience en affaires avec des clients importants et prestigieux, applique les mêmes principes de développement stratégique à l’orientation du vignoble. C’est en juillet 2019 qu’ils ont commencé à vendre leurs vins et depuis c’est le succès qui est au rendez-vous!!

Pour plus d’information sur le vignoble, lisez l’entrevue que j’ai faite avec eux cette semaine. Cette entrevue suit les notes de dégustation des vins du vignoble.

Vignoble de Pomone

Notes de dégustations

Les vins du Vignoble de Pomone sont disponibles au chai qui est situé au 144 chemin de la rivière Delisle Sud, Coteau-du-lac (QC) J0P 1B0.  (514) 929-3166 ou (450) 308-3166. Vous pouvez passer vos commandes en ligne sur le site du vignoble : https://vignobledepomone.ca/vins. Pour la livraison les quantités minimum sont de 12 bouteilles et plus. On livre gratuitement à Montréal, Laval et La Rive-Sud de Montréal.

Vous pouvez aussi accéder à la liste de tous les points de ventes au Québec en consultant le site web.

Vin blanc

Vignoble de Pomone, Uni, Sélection, 2018, vin blanc, $21.00, cépages : St-Pépin, Acadie blanc, Cayuga, sucre : 0.48 g/l, alc. : 13.3%.

Ce vin est caractérisé par des accents fruités et floraux assez intenses. Le nez est sur des arômes de fruits blancs, de noyaux d’abricots, quelques notes sucrées et résolument florales. D’ailleurs ce vin a vieilli dans des fûts d’acacia. L’équilibre aromatique nez et bouche est superbe! Les flaveurs perçues au nez se retrouvent en bouche de façon assez intense. La texture est un brin grasse et veloutée, l’acidité est moyenne et la finale se prolonge sur une belle perception de minéralité avec comme une légère amertume en fin de bouche.

Vignoble de Pomone, Uni, Sélection, 2018

Vin Orange

Vignoble de Pomone, Ode Classique, 2018, vin orange, $26.00, cépages : Louise Swenson, Swenson white, Prairie Star, Sabrevois, Frontenac gris, Frontenac blanc, alc. : 11.1%, sucre : 0.25 g/l.

C’est un vin de macération pelliculaire. C’est à dire qu’il est élaboré comme un vin rouge. Le jus du raisin entre en contact avec les peaux des raisins pour une brève période.

Pour le genre vraiment très beau et bien typé! Ce vin se démarque par sa sensation de minéralité, son soupçon de trame tannique et ses flaveurs d’orange et de sucre d’orge. Au nez se dégagent des effluves d’orange et de zeste d’orange, de sucre d’orge et un soupçon de notes de pêches et d’abricots. C’est un vin qui offre une belle structure avec comme un brin de tannins assez discrets, une texture asse ferme et une acidité rafraîchissante. La finale dégage une légère amertume comme une saveur résiduelle de zeste d’orange.

Vignoble de Pomone, Ode Classique, 2018, vin orange

Vins rouges

Voici ce que Sylvain en pense : ‘’Je sais pas si tu as remarqué mais nos vins rouges ont sensiblement la même signature. Ils ont tous ce goût et cette senteur d’humus, de sous-bois. Le Sélection rouge on l’a travaillé dans la ligne d’un Cahors avec un peu plus de Baco, le Classique on l’a travaillé pour qu’il soit plus souple, plus simple et le Réserve avec plus de notes boisées. Mais les trois ont une belle signature commune. Quant à l’humus ont est parmi les seuls à avoir ce profil-là. C’est pas les mêmes clients qui achètent ces trois rouges là.’’

Vignoble de Pomone, Sens Classique, 2018, $22.00, cépages : Frontenac noir, Sabrevois, Léon-Millot et Triomphe d’Alsace, alcool : 11.2%, sucre: .38 g/l.

Ce vin est résolument sur des notes fruitées assez intenses avec un accent de crème de fruits rouges et noirs, de fumée, de sous-bois, de cèdre ainsi qu’un soupçon de notes herbacées. Ce qui caractérise la bouche c’est cette pointe d’acidité bien fraîche et d’épices douces qui créent un beau contraste avec les flaveurs de fruits noirs. Belle structure avec des tannins presque charpentés et tissés bien serrés. J’ai senti un peu d’astringence signe de la jeunesse de ce vin. La persistance est moyenne et on perçoit une légère amertume en fin de bouche.

Vignoble de Pomone, Sens Classique, 2018

Vignoble de Pomone, Sens, Réserve, 2018, $25.00, sucre: 0,59 g/l, alcool :12,8%, cépages : Léon-Millot, Frontenac noir, Baco noir et Triomphe d’Alsace

Le profil aromatique de ce vin est entièrement différent du précédent. Le nez se découvre sur des effluves de vanille, de fruits rouges et noirs, d’eucalyptus et de légères notes boisées et de sous-bois. En bouche ce sont les notes boisées qui prédominent ainsi que des notes d’épices douces assez intenses. La texture est de ferme à veloutée, l’acidité moyenne et les tannins sont charpentés et tissés bien serré. Bel équilibre dans ce vin avec une certain volume en bouche et une belle persistance.

Vous ferez de beaux accords avec des viandes rouges grillées, du gibier et de l’agneau braisé.

Vignoble de Pomone, Sens, Réserve, 2018

Vignoble de Pomone, Sens, Sélection, 2018, $23.00, sucre: 0,3 g/l, alcool : 12,5%, cépages : Frontenac noir, Baco noir et Triomphe d’alsace.

Mon préféré des 3 vins rouges pour son équilibre et son profil aromatique. Le nez est sur des arômes de pâtisserie, de moka, de tabac et de sous-bois. La bouche est tout en équilibre avec une texture veloutée, une acidité équilibrée et des tannins équilibrés à charpentés. Quelques notes fumées, d’un beau boisé bien fondu entremêlées d’un rappel des flaveurs perçues au nez. Belle complexité aromatique et très belle persistance.

Vignoble de Pomone, Sens, Sélection, 2018

Vin dessert

Vignoble de Pomone, 375 ml, vin dessert, $49.00, cépage : Vidal, sucre : 167 g/l, alc. :13.4%. Étiquette à venir.

Quel coup de cœur!! Assez incroyable ce qu’on peut élaborer du cépage Vidal surtout quand c’est bien fait ce qui est la cas ici! On parle ici d’un vin dessert dont on a concentré les saveurs et le taux de sucre par le passerillage. Sur des notes de miel, d’abricots et de pêches confits, de fruits exotiques et d’accents d’orange brûlée. La bouche est grasse et veloutée, pas trop sucrée malgré ses 167 g/l et les flaveurs perçues au nez prennent leur envol pour notre bonheur total. Et quelle longueur…

Vignoble de Pomone, 375 ml, vin dessert

Entrevue avec Sylvain, Sylvain et Sylvie

Histoire de renouer, on s’est fait une belle entrevue avec Sylvain (Poirier), Sylvie (Bissonnette) et Sylvain (Gauthier). En voici l’intégrale!!

Sylvie Bissonnette (SB): “Grosse nouvelle, Sylvain a 53 ans et va être à sa retraite !! Il va maintenant mettre tout son temps dans le vignoble pour donner un coup de main à toute l’équipe. Et ça va super bien! On est rendu à 800% d’augmentation de nos ventes depuis 3 semaines. Faque c’est malade! On travaille fort pour établir un réseau de ventes.

C’est intéressant parce que ce sont eux qui nous appellent et qui viennent à nous. Le bruit qu’on fait sur Instagram et Facebook ça nous donne des résultats. La sortie de notre vin orange a été un réel succès. Ça été un gros hit parce que c’est très à la mode, tout le monde en parle partout. C’est vraiment touchant de sentie de ce succès et cette acceptabilité même dans les restaurants les plus prestigieurx du Québec!

Il y a eu beaucoup de changements depuis que tu es venu pour les vendanges. A chaque année on plante entre 11 et 13,000 vignes. On est rendu à approx. 40,000 plants de vignes. On a eu des ratés avec certains cépages surtout dans le Vinifera (Pinot Gris, Pinot Noir, Chardonnay, Riesling) à cause du froid particulièrement intense. On a eu 75% de mortalité avec ces cépages. On va se réessayer parce qu’on en a replanté d’autres. On a choisi une autre zone du vignoble qui devrait être plus propice pour ces cépages’’.

Vignoble de Pomone

Sylvain Poirier (SP): ‘’C’était vraiment une mortalité hivernale et j’ai compris pourquoi. Je vais choisir un autre endroit où on a présentement du Swenson White. Je pense que je peux l’arracher et planter du Vinifera. Chez nous on accumule beaucoup de glace dans le vignoble à certains endroits. Je suis collé sur le lac St-François et près de l’embouchure du lac Ontario. Vaudreuil Soulanges est reconnue conne une région plus humide qu’ailleurs. Et l’hiver on des courants d’air de chaud et de froid. Alors il se forme plus de glace ici qu’ailleurs. Une journée il peut pleuvoir et le lendemain il fait -30C. L’année où on a planté le Vinifera j’ai jamais vu un hiver froid comme ça. Je vais me réessayer et je suis sûr que je vais réussir’’.

SB: ‘’On réalise qu’on commence à faire de meilleurs vins avec nos cépages hybrides. Ce sont probablement les changements climatiques qui nous aident et l’expérience qui rentre. Quand je regarde notre façon de travailler, théoriquement on devrait être parmi les vignobles qui font leurs vendanges en premier. Et nous on fait toujours nos vendanges en dernier pour aller chercher la pleine maturité des raisins. On travaille beaucoup avec le risque de dernière minute. Et ça été payant cette année. On n’a pas besoin de chaptaliser (ajout de sucre) alors que beaucoup le font ».

Vignoble de Pomone – source: Guy Nolan

SP: ‘’J’aime beaucoup les cépages hybrides français qui ont été développé au début des années 1900. Les français avaient sortis de très beaux hybrides. Je les préfère aux hybrides américains. Savais-tu qu’à Niagara on the Lake ils retournent aux hybrides. Il y a un producteur propriétaire d’environ 1,200 acres qui nous fournit en hybrides comme du Chambourcin par exemple et autres cépages. Ces hybrides français ça va faire partie des cépages hybrides qu’on va ajouter cette année.

VF (Vinformateur): J’ai beaucoup aimé votre Vidal (vin passerillé) soit dit en passant!

SB: ‘’On l’a tout mis dans notre vin passerillé et on en a juste 200 bouteilles avec le 2018 et c’est déjà tout vendu. Pour la cuvée 2019 il faut qu’on se réajuste. On ne pensait pas connaître un tel succès avec parce qu’il est plus cher. On en vend autant que du blanc et que du rouge. On a augmenté notre plantation de Vidal dans le vignoble pour avoir une meilleure production. On va en avoir environ 300 litres pour environ 1,000 bouteilles.

En général au vignoble, on n’a pas assez de blanc. On en vendrait plus.

On a rajouté du Cayuga blanc dedans et les gens aiment plus cet assemblage. Ça lui donne une touche particulière.

La cuvée entière de 2019 on l’a multipliée par 4. Avec le millésime 2018 on a produit environ 9,600 bouteilles. On est en train d’exploser car en 2019 on devrait être à 28,000 bouteilles. En 2021, 2022 on devrait faire 60,000 bouteilles.

Vignoble de Pomone – source: Guy Nolan

Ce qu’on a fait, on a eu le luxe cette année d’avoir une énorme récolte donc on a laissé les cépages tous séparés dans des cuves différentes pour se laisser le loisir d’assembler à notre goût et avec l’aide d’experts. On va faire ça à l’automne et on t’invite avec d’autres sommeliers. Le but sera de trouver les meilleurs assemblages et des produits le fun. On a 40 cuves et barriques toutes séparées. On va pouvoir faire quelque chose d’intéressant.

Ce qu’on a compris des messages de nos clients, que ce soit les épiceries fines, les restaurants, la SAQ, les sommeliers etc. c’est qu’ils sont tannés d’avoir juste du blanc et du rouge. Ils veulent des nouveautés. La stratégie est donc de se diversifier par des nouveaux produits. Le vin orange en est un parfait exemple. En une semaine et demie j’ai vendu mes 1,600 bouteilles.

On a 4,000 litres de ce vin qu’on va embouteiller d’ici un mois. On veut plus aller vers ça. On va commencer à faire nos vins en amphores, on veut faire du vin gris, on a commencé à faire du vin fortifié.

Vignoble de Pomone – source: Guy Nolan

Tu sais, on a la chance d’avoir des cultures de fruits chez nous. On va commencer à faire des crèmes avec ces fruits là. On veut aussi faire du verjus (jus de raisins verts). Il n’y a personne qui en fait avec des vrais raisins. Ceux qui en font c’est avec des raisins bleus pas très bons, genre raisins standards’’.

SP: ‘’Moi je vais te parler de techniques de Chai. Moi je veux mieux comprendre les différences de terroir et leur impact sur le goût du vin. Un bon exemple c’est le Baco noir. A Niagara c’est une terre assez argileuse. Mais ce n’est pas la même argile que dans les environs ici. Et là j’ai déterminé que mon Baco est pas la bonne place dans le vignoble.  Il faut que je le déplace.

Et j’ai un autre endroit où le mettre qui est un peu plus argileux et j’ai bien hâte de voir la différence. Ça tombe bien parce que j’avais mis du Sabrevois parce qu’on me le conseillait dans une zone plus humide. Mais le Sabrevois on sait qu’il n’y a pas grand-chose à faire avec ça’’.

SB: ‘’Les nouveaux clients ils aiment les vins nature. On a plus de plus de jeunes professionnels qui se tiennent dans Griffintown qui suivent les blogues de vins et qui suivent toutes les nouvelles tendances. Donc ils aiment les vins très jeunes et très nature. C’est une nouvelle clientèle qui s’amène. On va travailler des vins dans ce style là avec ce type de clientèle là. Ce qu’on ne faisait pas avant.

Nous quand on goûte le vin on trouve qu’il est pas prêt mais eux ils nous demandent de l’acheter. On fait quoi? Comprends-tu? Je capote!’’

Vignoble de Pomone – source: Ted Van Rossum

VF: ‘’Écoute, il y a le marché plus mainstream qui représente le plus haut % de ventes et qui inclut selon moi les vins bio et possiblement en biodynamie. Puis il y a un autre groupe en émergence, plus jeune qui recherche des vins plus funky plus nature. La majorité des vignerons que je rencontre trouvent que ces vins dits nature ont beaucoup de défauts et ne sont pas de bons vins. On retrouve dans ces vins des petits producteurs qui produisent des vins sans sulfites ajoutés. Ces vins ont tendance à très instables et à développer des odeurs plus ou moins agréables s’ils ne sont pas bien faits.

Mais pour ce groupe cible de consommateurs ces odeurs selon eux sont ce qu’un vin “vrai” devrait goûter. Moi je n’aime pas en général ces vins. Il y a cependant des exceptions notables. Quand c’est bien fait, c’est excellent!

Pour faire des vins nature ce n’est pas juste de ne pas ajouter de sulfites. Il ne faut pas utiliser aucun intrant chimique ce qui peut être difficile pour plusieurs vignerons au Québec. Mais bon certains sont à tester cette approche. On verra’’.

SB: ‘’On va s’enligner la-dessus sans tomber dans l’exagération. Il y en a au Québec qui ont pris un virage nature et ça été négatif auprès de leurs clients. Il faut faire attention et bien approcher ces vins. Il faut faire attention à notre marque. On va explorer tout ça en faisant attention à l’ensemble de nos vins. Il faut penser à long terme. On est un peu hésitant face à ces vins-là.’’

SP: ‘’Je pense que c’est une mode. Et cette mode là elle va durer combien de temps? Si tu t’orientes vers ça, et tu scrappes ton nom par après je ne suis pas sûr pour les autres vins, moi je le sais pas. Je serais très prudent avec ça’’.

Sylvie, Sylvain et autres

VF: ‘’Quand tu regardes les ventes de vins dans le monde entier tout ce qui est vin bio, biodynamique et nature représente de 10 à 15% des ventes. Mais c’est en forte croissance. Il faut se rappeler que faire des vins nature ça part d’une philosophie qui est beaucoup plus large que juste ne pas ajouter de sulfites. C’est l’absence de tout intrant chimique par exemple’’.

SB: ‘’On s’est entêté un moment à ne pas mettre de sulfites et on a eu de bonnes pertes. La fermentation a reparti dans les bouteilles. Pour revenir au mix de cépages, il faut qu’on produise plus de vins blancs. Le vin blanc se vend super bien’’.

SP: ‘’On a 3,000 plants de Chardonnay dans la serre, on a 8,000 St-Pépin dans le vignoble avec 3,000 Acadie en plus. On a orienté la roue vers le blanc. La production de blanc n’était pas là mais là on a de 8 à 9,000 litres de blanc ce qui est mieux. On a 5,000 litres de St-Pépin pur alors on va pouvoir faire plus de blanc et possiblement un St-Pépin pur. Dans le blanc en plus je pense que je vais plutôt aller vers des futs d’Acacia de 500 l pour ne pas changer le goût du cépage.

En parlant de St-Pépin, beaucoup de vignerons ne l’aiment pas parce que c’est une plante unisexe. Elle n’est que femelle. Et ça prend un autre pollinisateur à côté. Et le problème c’est que la majorité des vignerons ne savent pas comment s’organiser pour le polliniser efficacement. On sort approx. 5 a 6 tonnes à l’hectare en temps normal, et moi je sors de 10 à 12 tonnes. Il peut être très productif. On en a vendu cette année. Tout le monde se l’arrache. On manquait de cuves pour faire notre propre vin alors on avait pas le choix de le vendre’’.

Vignoble de Pomone

SB: ‘’J’aime beaucoup la touche du fut d’acacia qui donne une touche florale au vin. Peux-être qu’on aura deux vins élevés dans des fûts différents’’.

VF: Regardez-vous à faire du mousseux?

SB: ‘’On n’est pas encore rendu là. On est plus parti sur le vin orange. Peux-être qu’on aura des produits gazéifiés sauf qu’on a fait des essais avec un carbonisateur et on n’aime pas les bulles que ça fait. Si on allait vers le mousseux, il faudrait aller vers la méthode champenoise’’.

SP: ‘’Moi avant que j’embarque dans le mousseux, à virer des bouteilles à la main…Occupé comme je le suis présentement, j’ai pas le temps pour ça. Il faudrait se mécaniser car on le ferait certainement pas à la mitaine. Mais on en est pas là. En partant je ne suis pas un amateur de mousseux.  Même pas de champagne’’.

VF: Beaucoup de vignerons que j’ai rencontrés cette année me disaient qu’ils aveint des problèmes d’approvisionnement au Québec. Est-ce le cas?

SP: ‘’Supposément que tous les vignobles sont en rupture de stock. Ceux qui s’occupent de leurs affaires. Même les plus gros’’.

Vignoble de Pomone

SB: ‘’Un bémol. Avec toutes les épiceries fines que j’ai rencontrées, ils me disaient que plusieurs vignobles ne sont pas capables de commercialiser des produits avec de bonnes et belles étiquettes. Beaucoup d’étiquettes sont à revoir. Et c’est important quand on sait que c’est un critère de choix dans la sélection des vins de la part des consommateurs. Ils ont beau parler du vin mais la bouteille n’est pas attirante. Le client reste bloqué sur l’emballage. Nous on reçoit beaucoup de félicitations pour le look de nos produits et évidemment pour leur goût.

On a mis beaucoup de temps à développer de belles étiquettes et on a mis pas mal de temps à sélectionner nos bouchons et nos bouteilles qui sont de la plus haute qualité’’.

VF: Vous êtes en forte croissance. Vous avez des choix importants à faire point de vue produits et cépages. C’est quoi les prochaines étapes.

SB: ‘’On a l’avantage que nos vignobles ne sont pas pleins. Ça nous donne de l’espace pour évoluer en fonction de ce qu’on vend et de ce qu’on veut vendre. Ce qu’on va planter on veut le choisir selon notre stratégie. Dans deux ans nos vignobles vont être tous plantés on va commencer à arracher et à replanter avec ce qui fonctionne.

On va élargir la gamme. On a du vin blanc, du vin rouge, du rosé, du vin orange, le vin de paille, le vin fortifié. Je suis plus à choisir des cépages qui vont renforcir et élargir notre offre et augmenter les volumes. On voudrait ajouter du vin gris.

En fait, la philosophie qu’on devrait avoir: j’ai deux grandes gammes de vins. Un pour la restauration haut de gamme. Des produits juste pour eux que je ne vends pas ailleurs. Et j’aurais une autre ligne de produits pour les autres clients. Et je voudrais avoir une ligne de produits plus funky qui serait à l’air du temps qui suivrait les tendances et la mode comme le vin orange.

Vignoble de Pomone – source: Ted Van Rossum

La suite du vin orange ça va être un vin qu’on appelle pas orange mais peux-être un vin de ‘’macération pelliculaire’’ ou un autre nom pour que les consommateurs comprennent plus. J’aimerais éduquer les gens la dessus. Les autres vins orange qu’on va sortir on va probablement les appeler autre chose. Cette ligne de produits la serait plus que probablement sous le vocable “macération pelliculaire”. Pas sûre que les gens comprennent ce que ça veut dire un vin orange. Moi je suis partie pas mal tendance’’.

SP: ‘’Moi je suis le gars du champ et le gars du Chai! Et j’essaye depuis le début que je teste qu’est-ce qui répond le mieux à mon sol par rapport au Chai? Ça c’est le but que je recherche le plus. Et j’ai pas encore déterminé ce qu’il y avait de mieux. Un exemple? J’adore le Baco. Pis là je cherche la meilleure place pour le planter. Cet hiver j’ai beaucoup étudié les cépages et ils parlent toujours de sol. Chaque cépage a un sol qui lui est propre. Je recherche le meilleur cépage pour mes sols qui va rendre toute mon expérience au champ et au Chai agréable et faire un très bon produit. Et ça je l’ai pas trouvé encore.

Je sais pas si tu as remarqué mais nos vins rouges ont sensiblement la même signature. Ils ont tous ce goût et cette senteur d’humus, de sous-bois. Le Sélection rouge on l’a travaillé dans la ligne d’un Cahors avec un peu plus de Baco, le Classique on l’a travaillé pour qu’il soit plus souple, plus simple, le Réserve avec plus de notes boisées. Mais les trois ont une belle signature commune. Quant à l’humus ont est parmi les seuls à avoir ce profil là. C’est pas les mêmes clients qui achètent ces trois rouges àa. Et avec le Réserve le temps va l’améliorer’’.

Vignoble de Pomone – Chai (source: Ted Van Rossum)

VF: Depuis que vous avez lancé les vins en juillet en 2019, quels ont été vos plus grands challenges?

SB: ‘’Le plus gros c’est de trouver les meilleurs cépages pour les sols qu’on a ici. L’autre c’est de choisir les meilleurs assemblages. C’est la pire affaire. Parce que tu as vraiment peur de te tromper. Après c’est plus récupérable. Tu peux plus rien faire si tu t’es trompé’’.

SP: ‘’Moi mon gros challenge c’est au chai. Quand je fais mon élevage en barrique de blanc j’ai l’impression que je vais faire un miracle. Et puis je le détruis toujours un peu à la mise en bouteille. J’ai essayé de comprendre pourquoi. Quand ça arrive dans la bouteille me semble des fois que je suis un peu déçu par rapport à ce que j’ai goûté dans la cuve ou le fût. Le vin final est bon, c’est juste la différence entre la bouteille et le fût. Il faut que je trouve pourquoi’’.

SB:  ‘’C’est probablement dû au filtrage. Ça enlève des arômes. Déjà que les hybrides ont moins d’arômes que les Vinifera on dirait que le filtrage a un impact sur les arômes. On pense embouteiller sans filtrer, on a le laissera décanter puis là on va le filtrer. On va regarder le sous-tirage des fûts et le faire avec plus d’attention. Enfin on regarde plusieurs avenues de solutions incluant différents types de filtres’’.

VF: Travaillez-Vous toujours avec Jérémie (Jérémie d’Hauteville – oenologue) ?

SB: ‘’De plus en plus surtout avec les volumes qu’on a et qu’on va avoir. Il travaille beaucoup avec nous. Presqu’à toutes les semaines on teste des échantillons. On fait beaucoup d’analyses très souvent. Quant à l’utilisation d’un œnologue, je n’irai pas me substituer à un œnologue avec toute l’expérience qu’un Jérémie peut avoir.

Jérémie d’Hauteville – Co-fondateur et oenologue conseil – RJ Oenology

Une chose importante c’est que la croissance du vignoble n’est pas en corrélation directe avec les ressources humaines pour faire ça arriver question de rentabilité. Faut jouer avec ça. Une chance qu’on a des collaborateurs des plus motivés depuis quelques années. Des personnes telles Charles Picard qui s’occupe du vignoble et les champs de fruits et Laurent Picard qui est notre directeur commercial et qui travaille aussi dans les champs et le chai.

Moi je suis dans le goulot d’étranglement partout dans le processus. La bonne nouvelle c’est que les ventes rentrent bien. On a beaucoup plus d’inventaire que de dépenses. On va pouvoir prendre le dessus et ouvrir les valves. On devrait être break-even cette année. Ça peut pas faire autrement qu’augmenter, on travaille bien notre réseau de distribution surtout qu’on continue à faire des bons vins. Les deux vont de pair.

Faut pas qu’on perde ce momentum là.

C’est pas pour rien qu’on est dans des grands restaurants comme chez Toqué, Château Champlain, au Club St-James etc, Les produits sont bons! On a aussi développé un bon branding’’.

VF: Qu’est-ce qui se passe avec la certification IGP?

SB: ‘’Nos raisins sont certifiés. Au niveau du Chai il nous reste des détails à régler comme des trucs d’optimisation. On a déjà toute la tracabilité du champ à la bouteille. On va appliquer et obtenir ça rapidement. C’est juste qu’il faut trouver le temps pour le faire’’.

Vignoble de Pomone – Source: Ted Van Rossum

VF: Êtes-Vous toujours en agriculture raisonnée?

SB: ‘’Oui. Moi je passerais bien en bio mais mon chum pense autrement. On fait des tests sur une parcelle avec des produits différents. Il y a tellement de travail à aller bio et c’est pas le moment. On va attendre d’avoir notre air d’aller puis on verra’’.

VF: Tout semble bien aller au Vignoble de Pomone. Les temps semblent bons pour faire la promotion des vins du Québec.

SP: ‘’Si on allait chercher 2% des ventes de vins consommés au Québec il faudrait que les vignobles du Québec doublent tous la surface de leurs vignobles.

En passant c’est ma dernière année dans le mais. Je sème pour la dernière fois au printemps puis à l’automne je donne à forfait les travaux puis les battages. J’écoule tous mes équipements cet été’’.

SB: ‘’Avec le vignoble ça va être bien en masse! Et puis on va travailler à trouver notre personnalité au vignoble. On fait beaucoup d’essais et d’erreurs et ce le propre de notre développement. C’est tout un défi d’harmoniser le champ, le Chai et la commercialisation. Il faut équilibrer tout cette chaîne là. Je pense pas qu’on a la recette miracle mais ça s’en vient’’.

Page 1 of 15

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén