Catégorie : $40.01 et plus (Page 1 of 6)

Déguster les grands vins des Ets. Jean-Pierre Moueix, une expérience inoubliable!!

C’est avec bonheur et honneur que j’ai reçu cette invitation de l’agence Mark Anthony Wine & Spirits à participer à cette 19 ième dégustation annuelle des vins des Établissements Jean-Pierre Moueix à Montréal. Nous avons dégusté 16 grands vins de la maison (surtout sur le millésime 2016) avec le bénéfice des commentaires et anecdotes de M. Laurent Navarre, Directeur Général des Ets. Jean-Pierre Moueix et ce depuis plusieurs années. Nous étions tous réunis à la Maison Boulud, restaurant du Ritz-Carlton.

Les Établissements Jean-Pierre Moueix* :  http://www.moueix.com/

Les Établissements (Ets.) Jean-Pierre Moueix furent fondés en 1937 par Monsieur Jean-Pierre Moueix sur le Quai du Priourat à Libourne et restent aujourd’hui une entreprise familiale.

Négociant classique de vins primeurs et livrables, les Ets. Jean-Pierre Moueix sont également propriétaires et producteurs de plusieurs Grands Crus, tels que les Châteaux La Fleur-Pétrus et Trotanoy à Pomerol, Château Bélair-Monange, Premier Grand Cru Classé, à Saint-Émilion, ainsi que Dominus Estate et Ulysses au coeur de la Napa Valley en Californie.  Ils assurent la distribution mondiale d’un grand nombre de vignobles prestigieux de la Rive Droite.

Jean-Pierre Moueix, né en Corrèze en 1913, arriva à Saint-Émilion avec ses parents lors de la crise de 1929. Les vins du Libournais étaient peu reconnus à cette époque. Il a sut deviner leur aptitude au vieillissement et leur potentiel de séduction basé sur le charme naturel du cépage Merlot.

En 1950 il a consolidé la maison de négoce par l’acquisition du Château La Fleur-Pétrus (Pomerol), puis des Châteaux Magdelaine (Saint-Émilion Premier Grand Cru Classé) et Trotanoy (Pomerol) en 1952 et 1953.

Jean-Pierre Moueix

Le point culminant de sa carrière a été l’acquisition de Château Petrus. Il en confia la gestion à son fils Christian pendant 38 millésimes. Jean-François, son fils aîné, hérita de la propriété et en assure la gestion depuis 2009.

Jean-Pierre Moueix s’est éteint en 2003 à l’âge de 90 ans.

Ets. Jean-Pierre Moueix et Autres Rivages, sociétés sœurs, sont deux maisons de négoce traditionnel bénéficiant de 80 ans d’expérience dans la sélection et la distribution des plus grands vins de Bordeaux. Les vins, mis en bouteilles au château, sont vendus soit en primeur (au printemps qui suit la récolte), soit après quelques années de vieillissement.

Les Ets. Jean Pierre Moueix sont également propriétaires et producteurs de certains des crus les plus réputés de Pomerol, Saint-Émilion et de la Napa Valley.

Plan des vignobles

Tous les vins vendus par les Ets. Jean-Pierre Moueix et Autres Rivages proviennent exclusivement du Château avant leur stockage dans les entrepôts à Libourne (25.000 m2), où plusieurs millions de bouteilles reposent dans des conditions idéales. La maison garantit ainsi la traçabilité de chaque bouteille expédiée depuis le Quai du Priourat.

Les Ets. Jean-Pierre Moueix distribuent les grands vins de la Rive Droite, en particulier Saint-Émilion et Pomerol.

En sus des propriétés familiales à Bordeaux, plus de 20 crus prestigieux de la Rive Droite confient la distribution exclusive de leurs vins aux Ets. Jean-Pierre Moueix.

Source: site web : http://www.moueix.com/

La dégustation

Le millésime 2015 – quelques notes

L’hiver 2014-15 a été assez frais et pluvieux. L’été a été marqué par une première période sèche et caniculaire et une seconde plus fraîche et faiblement arrosée. ‘’Ce qui est important c’est que la floraison a été rapide, critère d’un bon millésime’’. Le retour de la chaleur fin août et début septembre a assuré la qualité du millésime. Le mois de septembre a été plus frais et légèrement arrosé, permettant une bonne fin de maturation phénolique.

‘’Une grande attention à la gestion de la canopée a permis des vins superbes. L’expérience acquise avec le Domaine Dominus à Napa a permis de mieux gérer le vignoble avec ce soleil assez ardent durant l’été’’.

Bordeaux, Jean-Pierre Moueix, 2015, $19.30, cépages : Merlot 80%, Cabernet Franc 20%, code SAQ : 13734337 (approvisionnement continu).

Ce vin témoigne du retour de la maison dans cette catégorie des vins dits génériques après un retrait de quelques années. Ce vin est sur des notes assez modernes et provient principalement des Côtes de Castillon. Le Merlot lui apporte une certaine profondeur et complexité alors que le Cabernet Franc contribue à sa structure et ajoute une note épicée à l’assemblage.

Au nez des notes de fruits rouges assez intenses (cerises et fraises). Le moelleux est un peu ferme, l’acidité bien équilibrée et les tannins presque charpentés et tissés bien serré. Très beau rapport qualité/prix.

Bordeaux, 2015, Jean-Pierre Moueix

Pomerol, Jean-Pierre Moueix, 2015, $34.10, cépages : Merlot 95%, Cabernet Franc 5%, code SAQ : 739623.

‘’Les terroirs d’où proviennent ce vin sont toujours de bonne origine’’. Au nez des notes de fruits rouges surtout sur la fraise et la framboise, avec un côté un peu animal ainsi que des notes de torréfaction et de café. Le moelleux était velouté, l’acidité équilibrée et les tannins ronds, soyeux et quand même assez présents.

Pomerol, 2015, Jean-Pierre Moueix

Château de Bel-Air, Lalande de Pomerol, 2015, $43.75, cépages : merlot 73%, Cabernet Franc 19%, Cabernet-Sauvignon 8%, code SAQ : 12963226.
Spécialité, disponible à l’automne 2019 à la SAQ.

‘’Ce vin provient d’un des meilleurs terroirs à Pomerol ou l’œnologue-conseil est François Despagne’’. Beaucoup d’équilibre dans ce vin! Des notes florales et de fruits rouges ainsi que quelques notes toastées. Beaucoup de finesse et de profondeur.


Château de Bel-Air, Lalande de Pomerol, 2015

Château Chantalouette, Pomerol, 2014, $53.75, cépages : Merlot 67%, Cabernet-Sauvignon 33%, code SAQ : 12127279. Spécialité disponible à l’été 2019.

Ce vin est le 2ième vin de Château de Sales la plus grande propriété de Pomerol en terme de surface avec approx. 50 hectares plantés. Au nez des notes de cerises, de framboises, de vanille avec quelques notes légèrement épicées. Tout est en équilibre avec des tannins souples et bien ronds. ‘’C’est toujours bon!’’.

Château Chantalouette, Pomerol, 2014

Château Morillon, St-Émilion Grand Cru, 2015, $34.75, cépages : Merlot 80%, Cabernet Franc 20%, ce vin est une nouveauté et sera disponible à la SAQ vers l’automne 2019.

Ce vin provient d’une petite propriété de 6,3 hectares avec des vignes qui ont en moyenne 40 ans. Il possède beaucoup de finesse et de profondeur avec un moelleux bien velouté, une acidité des plus équilibrée et des tannins charpentés mais tout en finesse.

Château Morillon,
St-Émilion Grand Cru, 2015

Haut-Roc Blanquant, St-Émilion Grand Cru, 2015, $59.75, cépage : Merlot 100%, code SAQ : nouveauté disponible à l’automne 2019.

Ce vin est le 3ième vin du Château Bélair-Monange. Certaines parties du vignoble ont été replantées et les plus jeunes vignes composent ce vin. Au nez des notes de crème de fruits rouges bien frais. En bouche la texture est bien veloutée, l’acidité équilibrée et les tannins ronds, suaves et veloutés. Légère torréfaction et beaucoup de finesse. Un beau volume en bouche. Beaucoup apprécié ce vin. ‘’Il y a du fond dans ce vin’’.


Haut-Roc Blanquant, St-Émilion Grand Cru, 2015

Le millésime 2016

‘’On commence à recevoir les bouteilles de ce millésime chez les divers clients et les commentaires en général sont élogieux sur ce millésime’’.

L’année climatique 2016 a été composée de deux parties distinctes. D’abord, un printemps doux et très arrosé avec une pluviométrie record (259mm d’avril à juin, par rapport à 108mm à la même période en 2015). ‘’On était un peu nerveux à ce moment’’. Une parenthèse ensoleillée en mai a permis une floraison rapide et homogène. Le soleil a fait son retour mi-juin, début d’une période sèche et ensoleillée qui s’est poursuivie jusqu’à la mi-septembre.

Le temps chaud et sec qui s’est installé pendant l’été induit des conditions de sécheresse. Les vignobles situés sur des sols ayant retenu plus d’eau du printemps ont été épargnés. ‘’Le cycle végétatif était un peu bloqué’’.

Au moment des vendanges, les baies étaient croquantes, gorgées de sucre et fraîches à la fois; les pellicules riches de tanins doux, les pépins croquants. ‘’Les vendanges ont eu lieu dès le 24 septembre au 12 octobre dans le Pomerol et du 5 au 11 octobre à St-Émilion, ce qui est un peu plus tard que la moyenne’’.

‘’Nous nous souviendrons de l’année 2016 pour les caractéristiques suivantes : une forte précipitation de maladies cryptogamiques dues aux conditions humides du printemps ce qui a impliqué beaucoup de traitements. Une nécessité de bien gérer l’impact de la sécheresse par un travail des sols pendant la nuit et par une grande attention portée au feuillage. Il a fallu bien faire attention pour garder un feuillage suffisant qui puisse protéger les raisins.

L’année climatique 2016 ne ressemble à aucune autre. Le cycle végétatif se rapproche du millésime 2012 avec une fin de maturation particulièrement lente. La dégustation des baies rapproche du millésime 2010. Elles sont croquantes, gorgées de sucre et fraîches à la fois avec d’intenses arômes de petits fruits noirs. Les pellicules sont riches de tannins doux, les pépins sont croquants’’.

L’Hospitalet de Gazin, Pomerol, 2016, $77.00, cépages : Merlot 96,1%, Cabernet-Sauvignon 2.6%, Cabernet Franc 1.3%, code SAQ : 13214147. SAQ offre spécialité.

C’est le 2ième vin du Château Gazin qui est la plus grande propriété du plateau de Pomerol. Au nez, beaucoup de fraîcheur comme un soupçon de menthol ou de note légèrement herbacée. La texture est bien veloutée, l’acidité équilibrée et les tannins sont équilibrés et tissés bien serré. Beaucoup de finesse, des notes de torréfaction et une légère sucrosité dans le vin. Très beau volume et amplitude en bouche.


Hospitalet de Gazin, Pomerol, 2016

Château Bourgneuf, Pomerol, 2016, $89.00, cépages : Merlot 85%, Cabernet Franc 15%, disponible à la SAQ via le Courrier Vinicole.

Les vins de ce Château sont profonds et denses, riches et complexes avec des tannins bien enrobés. Au nez des notes de crème de café, de truffes et de mûres. En bouche le vin possède un superbe équilibre tout en finesse et en puissance avec des tannins équilibrés et tissés bien serré.


Château Bourgneuf, Pomerol, 2016

Château Latour à Pomerol, Pomerol, 2016, $137.00, cépages : Merlot 96%, Cabernet Franc 4%, disponible à la SAQ via le Courrier Vinicole (49 bouteilles disponibles au moment de cet article).

Ce vin se distingue par un équilibre parfait entre élégance, puissance et moelleux. ‘’C’est très bon Latour, très très bon’’.


Château Latour à Pomerol, Pomerol, 2016

Château Certan de May, Pomerol, 2016, $235.00, cépages : Merlot 65%, Cabernet Franc 31%, Cabernet-Sauvignon 4%, disponible à la SAQ via le Courrier Vinicole (84 bouteilles disponibles au moment de cet article).

Ce vin est tout en finesse et en élégance! De belles notes florales ainsi que des notes de fruits rouges sur la fraise et la framboise ainsi qu’un soupçon de torréfaction. Ce vin est comme une caresse, tout en finesse. Malgré tout, ces vins vieillissent merveilleusement bien.


Château Certan de May, Pomerol, 2016

Château Hosanna, Pomerol, 2016, $215.00, cépages : Merlot 85%, Cabernet Franc 15%, disponible à la SAQ via le Courrier Vinicole.

Le Château Hosanna est considéré comme l’incarnation féminine de Trotanoy il est issu de terroirs assez différents de ce dernier. Un vin corsé et généreux, alliant finesse et équilibre. Au nez, des notes de truffes et de fruits rouges. En bouche ce qui étonne c’est la texture veloutée, les tannins équilibrés et bien ronds et le côté suave de ce vin. Beaucoup de complexité.


Château Hosanna, Pomerol, 2016

Château Lafleur-Pétrus, Pomerol, 2016, $355.00, cépages : Merlot 91%, Cabernet Franc 9%, disponible à la SAQ via le Courrier Vinicole.

L’ensemble conserve l’élégance du cru avec une structure plus apparente et une dominance de fruits noirs ainsi qu’un soupçon de notes florales. En bouche, légère torréfaction, notes de fruits noirs avec un légère note de salinité.


Château Lafleur-Pétrus, Pomerol, 2016

Château Trotanoy, Pomerol, 2016, $370.00, cépages : Merlot 95%, Cabernet Franc 5%, disponible à la SAQ via le Courrier Vinicole.

Château Trotanoy compte parmi les vins les plus recherchés de l’appellation et peut être gardé plusieurs décennies dans les grands millésimes. Beaucoup d’équilibre entre la puissance, la concentration des saveurs, la finesse et l’élégance. ‘’J’ai vraiment un faible pour ce vin’’.


Château Trotanoy, Pomerol, 2016

Château Bélair-Monange, St-Émilion 1er Grand Cru Classé B, 2016, $235.00, cépages : Merlot 95%, Cabernet Franc 5%, disponible à la SAQ via le Courrier Vinicole (42 bouteilles disponibles au moment de cet article).

Ce vin est tout en finesse en élégance et en puissance avec une certaine amplitude en bouche. Belle sensation de minéralité ainsi qu’une longueur plus qu’appréciable et une intensité remarquable.


Château Bélair-Monange, St-Émilion 1er Grand Cru, Classé B, 2016

Les vins du repas

Château Trotanoy, Pomerol, 2009, malheureusement ce vin n’est pas disponible


Château Trotanoy, Pomerol, 2009

Clos St-Martin, St-Émilion Grand Cru Classé 2011, malheureusement ce vin n’est pas disponible.


Clos St-Martin, St-Émilion Grand Cru Classé 2011
M » Laurent Navarre (centre), M. Roger Huet chroniqueur (droite), M. Claude Lalonde (Vinformateur – gauche)

Voici ce que je voudrais pour Noel !! Deux superbes Brunellos: le Ugolforte 2013 et le Col d’Orcia 2012 !!

Col d’Orcia , Brunello di Montalcino, 2012
San Giorgio, Ugolforte, Brunello di Montalcino 2013

Deux superbes vins de garde de la région de Montalcino de l’appellation Brunello di Montalcino DOCG l’une des régions les plus qualitatives d’Italie.

SanGiorgio, Ugolforte, Brunello di Montalcino, 2013, $58.50, cépage: Sangiovese 100%, alc.: 13.5%, code SAQ : 12393155

Au nez, on perçoit des notes comme une crème de fruits rouges surtout sur la cerise, de belles notes boisées très bien intégrées et quelques notes épicées. En bouche c’est généreux même si c’est celui des deux qui a le moins d’alcool (13.5% Vs 14.5%). Il démontre une belle structure avec un moelleux velouté, une acidité bien équilibrée et des tannins presque charpentés, bien souples et tissés bien serré. Superbe longueur en bouche avec une belle sensation d’amplitude !!

Col D’Orcia, Brunello di Montalcino, 2012, $54.75, cépage : Sangiovese 100%, alc. :14.5%, code SAQ : 403642

Au nez, des notes animales comme sur le cuir, de belles notes de fruits rouges bien frais sur la cerise et quelques notes épicées. J’ai peu senti les notes boisées bien que ce vin ait vieilli 4 ans en barrique (ainsi qu’un an en bouteille). En bouche ce qui frappe c’est la finesse de ce vin. Le moelleux est bien velouté, l’acidité comme un peu plus présente et les tannins sont équilibrés et tissés bien serré. Ce qui prédomine ce sont les arômes de fruits rouges ce qui lui donne un caractère juteux et croquant. Superbe belle longueur en bouche!

On accordera ces vins avec du gibier ainsi que des viandes rouges braisées.

Qu’y a-t-il à savoir sur les Brunello di Montalcino ?

La région de Montalcino, que j’ai la chance de visiter il y deux ans, est vraiment superbe. Elle est située dans le sud de la Toscane à environ 1h30 de Florence et à 40 km de Sienne. La municipalité de Montalcino représente 31,200 hectares dont 3,500 sont plantés du cépage Sangiovese dont 2,100 hectares en Brunello di Montalcino (DOCG) et 510 en Rosso di Montalcino (DOC). On y élabore aussi le Moscadello (DOC) et le Sant’Antimo (DOC).  Le point plus haut de la région se situe à 564 mètres d’altitude.

Montalcino

Le cépage utilisé est le Sangiovese. On l’appellait autrefois Sangiovese Grosso, mais l’utilisation de ce cépage ne fait plus partie de la production. Au 19ième siècle alors que des vignerons ont expérimenté avec le Sangiovese, on l’appelait (et on l’appelle encore) Brunello ou Brunellino.  Il existe environ 130 clones de Sangiovese.

La région a connu un développement fulgurant passant de 20 maisons dans les années 70, à 50 dans les années 80 et compte maintenant 250 maisons productrices. On y élabore environ 9 millions de bouteilles de Brunello et 4.5 millions de bouteilles de Rosso. Il est à noter qu’environ 25% de la production est organique ou biodynamique.

Cépage Sangiovese – Brunello

Les vins de Brunello di Montalcino ont en général une couleur/apparence légèrement plus transparente que disons un vin de Chianti Classico. En fait sa teinte est souvent légèrement orangée, quelquefois tuilée. On dirait presque la couleur d’un vieux vin. Ce qui est aussi caractéristique du Brunello ce sont les tannins qui sont en général élégants et souvent charpentés rarement tanniques comme peuvent l’être quelquefois certains Barolo.

Les notes aromatiques qui prédominent dans les Brunello sont les épices douces, les fruits rouges genre cerises, quelquefois fraises, framboises, des notes de prunes, de boisé, de torréfaction, quelques notes balsamiques, de tabac sans oublier quelques notes florales.

Vieillissement du Brunello

Les Brunello doivent vieillir un minimum de 2 ans en barrique ou en foudre et un minimum de 4 mois en bouteille (6 mois pour les Riserva). On peut les mettre en marché le 1erjanvier de la 5ième année suivant les vendanges (6 ans pour les Riserva).

Quant au Rosso di Montalcino on peut les mettre en marché le 1er septembre de l’année qui suit les vendanges. On peut y retrouver deux styles : soit fruité et léger ou avec un bon niveau de structure et de style généreux.

http://www.selectionsfrechette.com/

À la découverte des vins de François Lurton. De l’Espagne jusqu’en Argentine.

J’ai eu le plaisir, tout récemment,  de déguster une bien petite partie des vins de François Lurton avec Mathilde Bazin de Caix. Nous avons débuté avec les vins Hermanos Lurton dont la provenance pour les vins blancs est la D.O.Rueda (créée en 1980) et pour les vins rouges la D.O. Toro toutes deux situées au sud de l’appellation Castille et Léon en Espagne. Nous avons eu le plaisir de déguster les grands vins Campo Eliseo et El Albar.  Puis nous sommes passés en Argentine dans la région de Mendoza avec la Bodega Piedra Negra propriété de François Lurton. Tout un périple! Alors suivez-moi dans cette dégustation et faites de belles découvertes!

http://vinsfins.ca/   https://www.francoislurton.es/

Hermanos Lurton : https://www.hermanoslurton.es/en/

Rueda

Toro

Propriété de François Lurton (4ieme génération de la célèbre famille Lurton) depuis 1992 il débute la production de vins blancs avec le cépage Verdejo qui donne des vins blancs secs et aromatiques. Puis à la recherche d’un terroir pour produire de grands vins rouges il se tourne vers la D.O. Toro et y découvre de vieilles parcelles du cépage Tinta de Toro exceptionnelles comme la Cuesta Grande. Comme le mentionne François Lurton: « il s’agit de l’une des plus anciennes appellations d’Espagne et son cépage est Tinta de Toro est très particulier ».

La Dégustation:

Hermanos Lurton, Verdejo, La Perdiz, Rueda, 2017, $15.85, code SAQ: 727198. Noté 90+ points Guia Penin.

Notes d’agrumes assez persistantes et de fruits blancs ainsi que quelques notes herbacées . En bouche l’acidité est bien fraîche avec une petite touche saline. La finale, un peu courte, est tout en fruits.

 

 

Hermanos Lurton, Tempranillo, 2016, $15.45, code SAQ : 10359261. Noté 91 points Guia Penin.

Au nez un soupçon de notes animales surpassées rapidement par des notes de fruits rouges surtout sur la cerise ainsi qu’une touche vanillée. En bouche, les tannins sont bien charpentés tissés serré avec des notes de fruits rouges et noirs sur la cerise ainsi que quelques notes d’épices douces. Un vin généreux, facile à boire et d’une belle longueur.

 

Campo Eliseo : https://www.francoislurton.es/

En 2001 François Lurton s’associe avec Michel et Dany Rolland afin d’exploiter tout le potentiel d’un terroir exceptionnel pour y produire un grand vin: Le Campo Eliseo. Une cave unique en son genre y est construite au coeur de l’appellation Rueda sur les grands plateaux de La Seca, le berceau du Verdejo. Campo Eliseo deviendra une histoire vraie d’oenologues passsionés par les terroirs et par les cépages uniques.

La dégustation :

Campo Eliseo, Verdejo, Rueda, 2013, $97.95 disponible en importation privée en caisse panachée (laquelle inclut d’autres vins). Noté 92 pts Guia Gourmets. http://vinsfins.ca/

Ce vin a un nez des plus charmeurs vraiment superbe avec des notes de cire d’abeille, de fruits blancs légèrement oxydés. En bouche la texture est de velours avec une acidité presque fraîche. C’est goûteux avec des notes de fruits blancs et exotiques. D’une belle structure avec une longueur très appréciable.

Campo Alegre, Toro, 2014, autour de $30.00, ce vin sera possiblement disponible à la SAQ. Noté 91 pts James Suckling. À suivre…

Des notes de fruits rouges et noirs assez intenses mais pas trop ainsi que des notes d’épices. Bel équilibre en bouche avec des tannins bien charpentés tissés serré. Des notes de cerises toutes en finesse avec beaucoup de volume et d’amplitude. Superbe longueur.

 

Campo Eliseo, Toro, 2006, $97.95. Ce vin est disponible en importation privée en caisse panachée. Ce vin était consacré Le meilleur vin d’Espagne selon Wine Enthusiast en 2006. http://vinsfins.ca/

Des notes d’évolution avec un côté notes animales sur le cuir ainsi que des notes de fruits rouges. La bouche est toute en équilibre avec des tannins charpentés et beaucoup de volume et d’amplitude. Et quelle longueur…

El Albar, Toro, 2006, $33.75, disponible en importation privée. http://vinsfins.ca/   https://www.lurton.com/bodega-el-albar

Ce vin fait partie de mes préférés. Des notes sur la fraise bien mûre et légèrement confiturée . En bouche, la texture est de velours avec des tannins presque charpentés. Des notes d’évolution sur un côté animal ainsi que des notes de fruits rouges et noirs. Assez incroyable!!

 

Bodega Piedra Negra Argentine : https://www.bodegapiedranegra.com/

Et puis nous sommes allés du côté de l’Amérique du Sud avec la Bodega Piedra Negra située en Argentine. François Lurton y a planté ses vignes dans la vallée de l’Uco, au pied de la Cordillère des Andes, à une altitude de 1 100 m, dans des conditions semi-désertiques (le sol alluvial, pauvre et graveleux, rappelle Pessac-Léognan!). Il a construit son vignoble, Bodega Piedra Negra, au cœur de 200 hectares de terres vierges acquises au milieu de ce qui, quelques années plus tard, deviendrait l’indication géographique de Los Chacayes.

La dégustation :

Gran Lurton, 2013, Cabernet-Sauvignon, $24.30, code SAQ : 11375596.

J’ai beaucoup aimé ce vin! Sur des notes herbacées, de cèdre, de fruits rouges surtout sur le cassis avec des notes épicées. La facture de ce vin est des plus classique, très Cabernet de style européen avec des tannins particulièrement charpentés mais bien lisses, sur des notes de fruits rouges avec passablement de volume et d’amplitude. Très beau rapport qualité/prix !

http://vinsfins.ca/

Don Melchor, la quintessence du Cabernet-Sauvignon au Chili!

Superbe dégustation verticale (même vin sur plusieurs millésimes différents) du vin icône Don Melchor Cabernet-Sauvignon lors du 30ième anniversaire de la marque avec Isabel Mitarakis Guillisasti Winemaker chez Don Melchor qui fait partie de la maison Vina Concha y Toro. Cette dégustation a été mise sur pied par l’agence Escalade: http://escaladews.ca/

Le vin Don Melchor – son origine: http://www.donmelchor.com/en/home/

Nous sommes au début des années 1980 et Eduardo Guillisasti, alors président de Vina Concha y Toro, présente ses nouveaux vins faits à partir de Cabernet-Sauvignon à la légende Émile Peynaud qui, suite à une dégustation des plus convaincante, lui assigne Jacques Boissenot, un œnologue réputé, pour prendre charge de ce nouveau projet. On parle alors d’un vignoble situé à Puente Alto sur la rive Nord du Maipo au Chili. On appellera ce Vignoble Don Melchor en l’honneur du nom du fondateur.

Situé au pied de la Cordillère des Andes à 650 mètres au-dessus du niveau de la mer, Le vignoble remonte au milieu du 19 siècle lorsque les premières variétés de vignes ont été importées de France. Aujourd’hui, il s’étend sur 127 hectares, et est divisé en sept parcelles dont 90% sont dédiées au Cabernet-Sauvignon, 7.1% au Cabernet Franc, 1.9% au Merlot et 1% au Petit Verdot. Les vignes du vieux vignoble ont en moyenne plus de 30 ans.

Chaque parcelle été subdivisée de manière à permettre un travail très précis de viticulture et de viniculture. Cette mosaïque de parcelles permet jusqu’a 150 possibilités d’assemblage pour le Don Melchor. Cette diversité permet entre autres de préserver la signature de la marque tout en laissant le terroir s’exprimer pleinement. Aucune parcelle ne peut représenter plus de 60% de l’assemblage final. Certaines années, un petit pourcentage de Cabernet Franc, Merlot et Petit Verdot est ajouté pour accroître la complexité et l’élégance de l’assemblage final.

Chaque année, l’oenologue Enrique Tirado, le Maître de Chai et oenologue en chef, se rend au village de Lamarque, dans la région de Bordeaux, pour rencontrer Eric Boissenot, le fils de Jacques, pour déguster les 150 lots du vignoble et déterminer quels lots composeront le nouveau Don Melchor.

Le vieillissement se fait en barrique de chêne français dont les 2/3 sont neufs. Après de 14 à 15 mois, le vin est embouteillé et vieilli pendant une autre année pour développer la complexité et l’élégance qui en font la renommée.

La Dégustation

Isabel, la winemaker de Don Melchor, avait apporté avec elle des vins issus de trois des sept parcelles. Nous avons procédé à l’exercice de goûter chaque vin et à suggérer un assemblage selon diverses proportions. Puis nous avons comparé notre assemblage avec une verticale de Don Melchor. L’exercice était des plus intéressant et démontrait bien la complexité d’optimiser l’utilisation de chaque parcelle afin d’obtenir ce qu’il y a de mieux.

Nous avons dégusté une verticale de ce vin en commençant par le plus récent, le 2016, histoire de bien focusser sur ce nouveau millésime qui verra le marché vers janvier, février 2019. Isabel mentionnait que selon elle une verticale devrait idéalement débuter avec le vin le plus vieux, histoire de ne pas se laisser subjuguer par les tannins d’un vin plus jeune. Un de ces jours je m’attaquerai bien à ce sujet dans un article à venir…

Don Melchor, 2016, $87.50, cépages : Cabernet-Sauvignon 93%, Cabernet Franc 3%, Petit Verdot 3%, Merlot 1%, code SAQ : 12126882. Millésime 2013 a été noté 93 points par Wine Spectator, 93 points par Wine Advocate. Ce vin sera disponible vers janvier, février 2019 et le prix est sujet à changement.

Des notes de cèdre, de fruits rouges sur la fraise et d’épices douces. En bouche super bel équilibre entre la texture veloutée, l’acidité bien fraîche et les tannins charpentés, bien souples et élégants. Très belle longueur !

Don Melchor, 2015, $87.50, cépages : Cabernet-Sauvignon 92%, Cabernet Franc 7%, Petit Verdot 1%, code SAQ : 12126882. Il ne reste que très peu de ce vin dans le réseau SAQ incluant le millésime 2013.

Excellente année que ce 2015 qui a donné un vin des plus classique qu’on pourrait qualifier de « masculin » alors que le 2016 est plus « féminin » selon Isabel. De belles notes de fruits rouges sur le cassis avec une belle sensation de minéralité. Quel équilibre et quelle belle texture veloutée ! De beaux tannis souples et charpentés se marient bien avec l’acidité bien fraîche. Beaucoup de longueur et d’élégance.

Don Melchor, 2006, cépages : Cabernet-Sauvignon 96%, Cabernet Franc 6%. Ce vin n’est pas disponible.

Ouf quel vin ! On n’a pas à chercher loin pour savoir si ce vin peut vieillir en beauté. Ce 2006 en est la preuve bien vivante. Des notes de fruits rouges bien mûrs sur la cerise noire avec de belles notes de prunes. Les tannins sont tout en jeunesse et bien charpentés. De belles notes de café et de torréfaction avec beaucoup de volume et d’amplitude. Quelle longueur en bouche !

Don Melchor, 1995, cépages : Cabernet-Sauvignon 97%, Merlot 3%. Ce vin n’est pas disponible.

Quelle complexité dans ce vin. Il a fallu que je le déguste par deux fois. Au premier nez des notes mentholées étaient vraiment prédominantes. Celles-ci se sont estompées après quelques minutes pour laisser la place à des notes de tabac, de prunes avec toujours un soupçon de menthol. En bouche des notes de torréfaction, de café avec en filigrane des notes de prunes. Vraiment un très beau Vin !

Explorons l’univers de Stag’s Leap Wine Cellars ! Parmi ce qui se fait de mieux à Napa!

J’ai eu l’opportunité de rencontrer seul à seul Marcus Notaro, Winemaker chez Stag’s Leap Wine Cellars la Maison mythique de la vallée de Napa. J’ai beaucoup apprécié non seulement la dégustation du trio mythique des vins de cette maison (le SLV, le Fay et le Cask 23) mais aussi les commentaires de Marcus qui m’ont permis de mieux comprendre la philosophie qui guide l’élaboration de leurs vins. Cette rencontre a été mise sur pied par l’agence Dandurand : https://www.vinsdandurand.com/fr/.

Stag’s Leap Wine Cellars – un survol: https://www.cask23.com/

Stag’s Leap Wine Cellars a été fondée au début des années 1970 par Warren Winiarski suite à une dégustation des vins de Nathan Fay. Enchanté par ces vins, cette dégustation le convainc d’investir dans la région. Il acquiert 44 acres voisins de Nathan Fay qu’il appelera Stag’s Leap Wine Cellars et replante avec des cépages bordelais à dominante de Cabernet-Sauvignon. Le premier millésime, le 1972, sera le S.L.V. acronyme pour Stag’s Leap Vineyards. En 1986 il achètera le vignoble en entier de Nathan Fay.

Le monde bascule quand en 1976 Warren présente son millésime 1973 (Stag’s Leap Wine Cellars Cabernet-Sauvignon 1973) à une compétition internationale tenue à Paris ‘’Le Jugement de Paris’’ et triomphe en prenant la première place devant des vins mythiques tels les Château Mouton-Rothschild, Château Haut-Brion et autres vins renommés.  Ces résultats mettent Stag’s Leap sur la carte et lui assurent un succès planétaire.

C’est en 2007 qu’un partenariat est conclu avec Ste. Michelle Wine Estate et Marchesi Antinori qui assureront la gestion et le développement de la Maison.

Le domaine comprend trois vignobles à Napa: le vignoble Stag’s Leap (SLV) et le vignoble Fay dans le Stags Leap AVA et le vignoble Danika Ranch dans le district de Oak Knoll. Les deux vignobles du district de Stags Leap sont plantés de cabernet sauvignon et de merlot, ainsi qu’une petite partie de Cabernet Franc qui a récemment été ajouté au lieu du Petit Verdot.

Le vignoble de SLV d’une surface de 35 acres et présente des sols volcaniques qui donnent des vins avec un caractère complexe de fruits noirs et de baies, une intensité épicée, une structure ainsi que beaucoup de complexité. Ce vignoble est aussi appelé ‘’Feu’’.

Le vignoble de Fay d’une surface de 66 acres est principalement alluvial et confère un caractère plus aromatique ainsi de l’élégance et de la souplesse. On lui a ajouté une parcelle de Cabernet Franc. Ce vignoble est aussi appelé ‘’Eau’’.

Le vignoble de Danika Ranch est surtout planté de Chardonnay et de Sauvignon Blanc.

Stag’s Leap Wine Cellar ne doit pas être confondu avec le producteur voisin, Stags’ Leap Winery lequel a pratiquement été détruit lors de feux importants. Élément qui ajoute à la confusion est le fait que l’appellation dans laquelle les deux produisent leurs vins s’appelle Stags Leap AVA

Marcus Notaro – Winemaker

Marcus s’est joint à Stag’s Leap Wine Cellars en 2013 après avoir été Winemaker chez Col Solare qui est la propriété de Ste Michelle Wine Estates et de Piero Antinori de Marchesi Antinori.

J’ai demandaé à Marcus quel genre de Winemaker il était. Celui qui se cantonne dans son chai comme j’en ai rencontré plusieurs ou celui qui veut avoir une vue globale de l’élaboration du vin autant au niveau viticulture qu’au niveau viniculture. Sa réponse était sans équivoque. Il est carrément du genre ‘’vision et implication holistique’’. Il veut être impliqué dans toutes les étapes. En fait selon ce qu’il voit et ce qu’il goûte dans les vignes lui indiquera comment il doit adapter les étapes de vinification ultérieures.

Il travaille beaucoup avec les ressources de Marchesi Antinori et de Ste. Michelle. En fait suite à de telles rencontres il a été décidé de remplacer le Merlot et le Petit Verdot par du Cabernet Franc ce qui ajoutera selon Marcus plus de structure et de complexité aux vins issus des vignobles Fay et SLV.

La dégustation

J’ai eu le bénéfice des commentaires de Marcus durant cette dégustation ce qui était un exercice des plus enrichissant. C’est toujours un plaisir de déguster des vins qui ont marqué l’histoire dont le SLV, le Fay et le Cask 23 ainsi que l’ensemble des autres vins de la Maison. Malheureusement pour le commun des mortels, il faut avoir les poches profondes pour se payer certains de ces vins.

Les vins blancs :

Aveta, Sauvignon Blanc, 2016, $37.50, disponible en importation privée en communiquant directement avec l’agence Dandurand : https://www.vinsdandurand.com/fr/

Des notes assez intenses d’agrumes surtout sur le pamplemousse ainsi que quelques notes herbacées. En bouche c’est d’une texture assez veloutée, d’une belle acidité bien fraîche avec un rappel des notes d’agrumes, de fleurs d’oranger ainsi qu’un soupçon de notes boisées. Belle longueur et petite amertume rafraîchissante en fin de bouche. S’accordera très bien avec des huîtres grillées, des crevettes enveloppées de prosciutto et ceviche de poisson.

Karia, Chardonnay, 2016, $42.50, code SAQ : 13501701. Disponibilité SAQ en Avril 2019.

Des notes de fruits blancs sur la poire et la pomme, de belles notes d’agrumes sur le citron et la lime. En bouche la texture est bien veloutée et crémeuse et l’acidité bien fraîche ce qui créé un beau contraste. Quelques notes boisées assez discrètes ainsi qu’un beau rappel des notes d’agrumes perçues au nez. S’accordera bien avec saumon et poulet grillé.

Hands of Time, Chardonnay, 2017, $34.75, code SAQ: 13992643. Disponibilité SAQ en Février, Mars 2019.

Les raisins qui composent ce vin sont tout d’abord élaborés pour le Karia. Des notes de fruits surtout les agrumes, l’ananas ainsi que des notes florales. En bouche c’est le fruit qui prédomine alors que les notes boisées demeurent discrètes. Belle texture veloutée, acidité bien fraîche, le tout est d’un bel équilibre. Idéal avec des calmars grillés ou pétoncle poêlés.

Les vins rouges :

Hands of Time, Red Blend, 2014, $49.75, cépages: Cabernet-Sauvignon 86%, Merlot 11%, Malbec 3%, code SAQ: 12095684. Disponibilité SAQ en Juin 2019.

Des notes de fruits noirs bien mûrs sur la prune et la mûre a qu’un soupçon de cacao. En bouche beaucoup de volume et d’amplitude avec une acidité assez fraîche et des tannins charpentés et une finale toute en élégance.

 

Artemis, Cabernet-Sauvignon, 2015, $85.25, cépages : Cabernet-Sauvignon 94%, Merlot 5%, Petit Verdot 1%, code SAQ : 13501710. Disponible maintenant et Juin 2019.

Des notes de fruits rouges bien mûrs surtout sur le cassis, de fruits noirs sur la mûre, des notes d’épices douces sur la sauge, soupçon de cacao et de torréfaction ainsi que de belles notes florales sur la violette. D’un bel équilibre entre la texture veloutée, une acidité assez fraîche, des tannins charpentés et des notes de fruits assez intenses avec de belles notes chocolatées. Beaucoup de volume et d’amplitude ainsi que d’élégance et de finesse. J’ai beaucoup aimé ce vin.

Fay, Cabernet-Sauvignon, 2015, $225.25, cépage : Cabernet-Sauvignon 100%, code SAQ : 11342727. Disponible en Janvier 2019, SAQ Signature.

Ce vin est caractérisé par ses parfums et sa texture et ses tannins veloutés bien que bien charpentés. De facture très classique avec des notes de fruits rouges sur la fraise, de fruits noirs sur la cerise noire avec quelques notes d’épices douces et de torréfaction. Beaucoup de finesse et d’élégance.  Superbe!

S.L.V., Cabernet-Sauvignon, 2015, $250.25, cépage : Cabernet-Sauvignon 100%, code SAQ : 12988618. Le 2014 et le 2015 seront disponibles en Janvier 2019, SAQ Signature.

Des très belles notes florales de violettes, de mûres, de cacao et de chocolat qui créent un univers d’arômes bien complexes. La texture est bien veloutée, les tannins très charpentés qui offrent une structure unique, de belles notes de chocolat, de torréfaction et d’arômes intenses de fruits noirs. Superbe potentiel de garde. Avec rôti de bœuf et longe de porc nappée de moutarde.

Cask 23, Cabernet-Sauvignon, 2015, $375.25, cépage : Cabernet-Sauvignon 100%, code SAQ : 11424079. Disponible en Novembre 2018.

L’histoire du Cask 23 a commencé au cours de la récolte de 1974. À l’époque, le producteur avait demandé l’aide du célèbre vigneron André Tchelistcheff. Comme il avait goûté à divers lots de nouveaux vins cette année-la, le lot de S.L.V. était si beau et si délicieusement distinct que l’on a décidé de le mettre en bouteille séparément. Il a été nommé le Cask 23 comme le grand tonneau en bois dans lequel il a vieilli. Aujourd’hui, ce vin est le mélange de fruits le plus distinctif des vignobles S.L.V. et Fay, résultant en un vin équilibré d’une profondeur et d’une richesse exceptionnelles.

Vivez l’expérience Castello Banfi! Des Brunellos di Montalcino exceptionnels!

 

La semaine dernière j’ai eu le bonheur (me semble que j’utilise beaucoup ce terme dernièrement…possiblement parce que c’est effectivement vrai!) de rencontrer Enrico Viglierchio, Directeur Général de Castello Banfi à Montalcino ainsi que Javier Rodriguez, Directeur de l’Exportation pour la Maison Banfi. Cette dégustation a été mise sur pied par l’agence Charton Hobbs au Ristorante Beatrice à Montréal.

Nous avons eu l’occasion de déguster entre autres, une verticale du Brunello di Montalcino de Castello Banfi et ce sur 9 millésimes. Quel bonheur!!…

La Maison Banfi : https://castellobanfi.com/en/

Banfi a été fondée en 1978 grâce à la volonté des frères John et Harry Mariani de créer un établissement vinicole à la pointe de la technologie, associé à la science la plus avancée dans le domaine viticole, pour la production de vins de qualité supérieure. Cette importante maison italienne possède des vignobles à Montalcino, à Bolgheri, dans le Chianti Classico ainsi que dans le Piémont dans le nord de l’Italie.

Situé au confluent des rivières Orcia et Ombrone, le domaine de Banfi s’étend le long des versants sud du canton de Montalcino sur 7 100 acres de terre; un tiers de la propriété est en vigne avec une myriade de parcelles toutes aussi qualitatives les unes que les autres et le reste est réparti entre oliveraies, champs de blé, pruniers, peuplements de truffes, forêts et garrigues.

Les sols riches et relativement uniformes, structurés surtout avec de l’argile et du calcium, favorisent les conditions optimales de croissance de la vigne et la complexité des vins rouges. L’interaction entre les roches et la matière organique confère au profil aromatique des vins blancs une sensation de minéralité classique.

Reconnaissant la valeur et le potentiel incontestables de ce terrain, l’équipe de Enrico Viglierchio a mis en place depuis une trentaine d’années des programmes de recherche et des études sur les principaux cépages rouges, notamment le Sangiovese, en collaboration avec certaines des plus importantes universités italiennes et ce, dans le but d’obtenir ce qu’il y a de mieux de ce cépage.

Toute la région est caractérisée par une forte exposition au soleil et aux vents, avec des précipitations concentrées principalement en automne. Un climat tempéré qui, grâce aux variations dramatiques entre les températures diurnes et nocturnes, permet aux raisins de mûrir complètement dans des conditions optimales. Cependant comme nous le disait Enrico, les conditions climatiques connaissent des extrêmes depuis quelques années et il faut s’adapter surtout dû au fait ‘’que le cépage Sangiovese est très sensible aux variations de climat. Ces variations se retrouvent assez facilement dans la bouteille. Il y a eu beaucoup d’évolution dans la viticulture et la viniculture du Sangiovese autant au niveau de la gestion de la vigne, de la sélection des parcelles ou planter, la sélection des clones, les densités de plantation ainsi qu’au niveau de l’assemblage’’.

Sources : Site web de Castello Banfi, Enrico Viglierchio

La dégustation

Tous les vins que nous avons dégustés ont été élaborés par Rudy Buratti, le vinificateur en chef (maître de chai) qui est décédé cette année. Il s’était joint à l’équipe de Castello Banfi en 1983 et detenait le poste de maître de chai depuis 1999. Nous avons tous levé nos verres en sa mémoire.

Quelle chance j’ai eu de déguster une verticale (le même vin mais de millésimes différents) du Brunello de la maison. En fait nous avons dégusté les 2014, 2013, 2010, 2007, 2006, 2004, 1999, 1998 et le 1997. De plus nous avons dégusté le Fumaio 2017 dont j’ai déjà fait une chronique ainsi que le Rosso di Montalcino, Poggio Alle Mura 2015.

 

Fait inusité! Enrico a débuté la verticale en débutant avec le vin le plus vieux puisque selon lui, c’est la meilleure façon de voir l’évolution du vin. Je dirais que la grande majorité des verticales débutent avec le vin le plus jeune. Bon il y a plusieurs écoles de pensée à ce sujet. Pour ma part, je suis d’accord avec Enrico. Pour cette verticale, je vais focusser sur les deux Brunello qui sont (ou seront) disponibles à la SAQ.

Brunello Castello Banfi DOCG, 2014, $55.00, cépage: Sangiovese 100%, code SAQ : 10268596. Ce vin sera disponible en février 2019. Le prix est sujet à changement.

Au nez, de belles notes de fruits surtout sur la prune, des notes d’épices douces ainsi qu’un soupçon de vanille. En bouche, le vin est tout en équilibre avec une acidité fraîche, des tannins bien charpentés et des notes de noyaux de cerises, de prunes et de chair de cerises bien fraîches. Ce vin offre pas mal de structure avec une certaine puissance mais aussi avec une bonne dose de finesse. Il faut reconnaître que même s’il est très bon en ce moment il se bonifiera avec le temps.

Brunello Castello Banfi DOCG, 2013, $55.00, cépage: Sangiovese 100%, code SAQ : 10268596. Noté 92 points Wine Advocate.

Au nez de belles notes de prunes et de cerises bien mûres, de tabac, d’épices douces ainsi qu’une légère torréfaction. En bouche, la texture est veloutée, l’acidité bien fraîche et les tannins charpentés et tissés bien serré. C’est un vin classique avec des notes prédominantes de fruits noirs et de prunes bien mûres qui offre une certaine puissance toute en élégance. La fin de bouche est volumineuse et d’une longueur plus qu’appréciable.

Ces vins ont un potentiel de vieillissement élevé autour de 20 à 25 ans. J’ai particulièrement apprécié le 1998 et le 1997. Des vins qui au nez offraient des notes d’évolution avec des notes de tabac mais dont les arômes de fruits étaient encore bien présents. Ces vins étaient d’un bel équilibre avec des notes de prunes et de tabac. La texture était veloutée, la fraîcheur encore bien présente et les tannins bien charpentés encore en jeunesse! Que de volume et d’amplitude! Et quelle longueur! Ce sont des vins qui ont une excellente ‘’buvabilité’’ mais qui valent la peine d’être vieillis en cave ou en cellier.

Castello Banfi, Rosso di Montalcino, Poggio Alle Mura, 2015, $26.40, cépage : Sangiovese 100%, code SAQ : 13487049.

Très beau Rosso qui offre de belles notes de fruits sur la prune et la cerise ainsi que des notes florales. La bouche est toute en fraîcheur avec une belle acidité et des tannins équilibrés. La finale est toute en fruit et d’une longueur assez surprenante.

 

 

Fumaio, Banfi, 2017, $15.60, cépages : Chardonnay 50%, Sauvignon blanc 50%, code SAQ : 854562.

J’aime beaucoup ce vin qui m’apporte comme le meilleur des deux mondes : celui du Chardonnay avec sa rondeur et ses notes de fruits blancs et celui du Sauvignon blanc avec ses notes herbacées, d’agrumes ainsi qu’une acidité bien fraîche. C’est un vin très polyvalent qui offre un excellent rapport qualité/prix !!

 

Ristorante Beatricehttp://www.ristorantebeatrice.com/

https://www.chartonhobbs.com/

 

 

Tenuta San Guido et le mythique Sassicaia!!

J’ai eu le plaisir de rencontrer Priscilla Incisa della Rocchetta la semaine dernière et nous avons eu le bonheur de déguster une verticale du mythique Sassicaia ainsi que le Guidalberto et le Le Difese. Quelle dégustation !! Un gros merci à l’agence Sylvestre Vins et Spiritueux : http://www.sylvestre.ca/fr/accueil.html. Et quel accueil et quelle bouffe au restaurant Graziella sur l’avenue McGill : http://restaurantgraziella.ca/fr

Tenuta San Guido – un peu d’histoire:  http://www.tenutasanguido.com/eng/index.html

Le grand-père de Priscilla, le Marquis Mario Incisa della Rocchetta, originaire du Piémont, avait une grande passion pour les vins de Bordeaux et durant la guerre il était difficile d’avoir des vins de cette région. Il a donc décidé de planter en 1944 des cépages internationaux dont le cabernet-sauvignon pour en faire des vins de qualité à Bolgheri en Toscane. Ce rêve était presque impensable puisque la recherche d’un tel niveau de qualité ne faisait pas partie de la philosophie vinicole de l’époque. Si on voulait des vins de qualité on allait surtout vers les vins de Chianti et de Brunello, pas à Bolgheri.

Il a alors commencé à produire son vin pour sa famille et ses amis. Obstiné dans sa recherche de qualité, il cherchait toujours à modifier les pratiques viticoles des autres producteurs vers plus de qualité ce qui n’était pas facile car il y avait bien des sceptiques. En plus il venait du Piémont…Son vin n’était pas réellement à vendre alors que les activités principales étaient tournées vers l’agriculture et les chevaux de course, la production de vin étant secondaire. C’est son père Nicolo qui avec son cousin Piero Antinori ont vu le potentiel viticole et ont convaincu Le Marchese de commercialiser le vin qu’il produisait en commençant avec le millésime 1968 avec l’appellation vin de table. N’oublions que c’était pratiquement une révolution que d’élaborer des vins avec du Cabernet-Sauvignon et du Cabernet Franc à Bolgheri! La reconnaissance internationale ne s’est pas fait attendre car aucun vin ne symbolisait le renouveau du vignoble italien comme le Sassicacia et il était fabuleux!

Puis au début des années 2000 Nicolo Incisa a créé un autre vin le Guidalberto, inspiré des recherches vinicoles de son arrière-arrière-arrière grand-père Guidalberto della Gherardesca : ‘’La création de cet autre vin vient de 2 faits : d’abord le défi d’expérimenter avec le cépage Merlot et ensuite le désir d’offrir un vin qui pourrait être consommé plus tôt que le vénérable Sassicaia’’. Un troisième vin, Le Difese, qui veut dire ‘’dents de sanglier’’, a été élaboré lors du mariage de Priscilla en 2003. Les deux derniers vins sont élaborés dans un autre chai que le Sassicacia sur la propriété de Tenuta San Guido. Un nouveau chai verra bientôt le jour pour la production de ces deux vins.

Le Domaine

Le domaine situé dans la région côtière de Toscane, La Maremma, et s’étend sur 13 kilomètres avec environ 2500 hectares dont 1500 sont de la forêt et environ 100 hectares sont plantés de vignes dans la DOC Bolgheri Sassicaia. Le reste de la Tenuta se divise en la première réserve faunique établie en Italie en 1958 ainsi qu’une ferme d’élevage de chevaux pur-sang.

Les vignobles de Tenuta San Guido sont divisés en zones choisies pour les caractéristiques particulières de l’exposition et la composition du sol. Certaines vignes sont plantées à flanc de colline, à une altitude allant de 200 à 300 mètres d’altitude. Par exemple, les vignobles de San Martino et de Mandrioli sont proches des collines de la zone centrale du domaine, les autres étant situés plus bas, à environ 80 mètres d’altitude. Le climat est crucial pour une maturation optimale et saine des raisins. Il est influencé par la mer et par les collines qui abritent le domaine des vents de l’intérieur. Sassicaia veut dire ‘’terre parsemée de pierres’’ ce qui témoigne bien de la composition des sols.

La dégustation

Nous avons eu le plaisir immense de déguster une verticale de Sassicaia (2015, 2013, 2010 et 2008) ainsi que le Guidalberto 2016 et le Le Difese 2016.

Quel est donc le style Sassicaia? Dans les mots de Priscilla : ‘’Tout d’abord, je n’aime pas trop le terme Super Toscans. Ce sont des critiques de vins qui l’ont développé pour décrire alors ce qui était une nouvelle catégorie. Les vins que nous faisons sont des vins de terroir qui ne sont pas très concentrés, ils sont aériens avec pas trop d’extraction. Ce ne sont pas des vins pour la presse ou les critiques… ’’ et ils réflètent toujours la philosophie première de Mario Incisa della Rocchetta de faire des vins qu’il aimait.

Le Difese, Tenuta San Guido, 2016, $34.75, cépages : Cabernet-Sauvignon 70%, Sangiovese 30%, code SAQ : 10987427. Noté 92-93 points James Suckling, 90 points Wine Spectator, 90 points Robert Parker.

Des notes d’épices douces, de cerises et de cassis assez intenses, vraiment charmeur! Ce vin est tout en équilibre avec une acidité fraîche et des tannins équilibrés malgré 70% de Cabernet-Sauvignon. Des notes de noyaux de cerises, de chair de cerises le tout en une belle longueur. Vraiment très beau et tout en fruit.

Guidalberto, Tenuta San Guido, 2016, $60.50, cépages : Cabernet-Sauvignon 60%, Merlot 40%, code SAQ: 10483384. Noté 95 points James Suckling, 94+ points Robert Parker, 91 points Wine Spectator.

Au nez un brin austère comme plusieurs vins de Bordeaux avec des notes d’épices douces et de cerises. En bouche beaucoup d’équilibre avec une acidité bien fraîche et des tannins charpentés tissés bien serré. Des notes animales, de cuir, de fruits rouges et noirs. Le tout est élégant, en finesse et bien goûteux.

Nous avons dégusté une verticale de Sassicaia ce qui n’arrive pas souvent. Seul le millésime 2015 sera bientôt disponible dès le 6 décembre alors mes notes de dégustation focusseront sur ce millésime.

Sassicaia, Tenuta San Guido, 2015, $226.25, cépages: Cabernet-Sauvignon 85%, Cabernet Franc 15%, code SAQ : 13057401. Noté Tre Bicchieri Gambero Rosso, 98 points James Suckling, 97 points Wine Spectator, 97 points Robert Parker. Sera disponible le 6 décembre, 2018.

D’un grand classicisme ce vin dégage des notes de graphite, de fruits rouges ainsi qu’un soupçon de prunes. En bouche c’est le velouté de la texture qui étonne avec une acidité bien fraîche et des tannins charpentés. Ce n’est pas une bombe de fruits ni un vin de concours bien qu’il en ait beaucoup gagné. En bouche des notes de torréfaction, de notes boisées bien intégrées, c’est frais, élégant, persistant et d’une grande buvabilité bien qu’il gagnera à vieillir dans une cave ou dans un cellier. Car sachez que c’est un vrai vin de guarde.

La preuve nous l’avons eu avec les plus vieux millésimes surtout le 2010 et le 2008 qui étaient exceptionnels. En particulier, le 2008 était des plus classique avec des tannins bien charpentés, fins et élégants et présentait quelques notes d’évolution. La finale était toute en volume et en amplitude avec une persistance qui n’en finissait plus.

Carte de l’appellation Bolgheri:

Tenuta Luce della Vite, un grand terroir, de grands vins!!

La semaine dernière j’ai eu l’occasion de rencontrer Stefano Ruini, Directeur Technique chez la Tenuta Luce della Vite à Montalcino. Nous avons eu l’occasion d’échanger avec lui sur l’historique de la Tenuta et sur la philosophie qui guide l’élaboration des vins mythiques de la maison. J’aimerais remercier l’agence Mark Anthony Vins et Spiritueux qui a permis cette rencontre qui a eu lieu au restaurant La Tomate Blanche sur la rive-sud de Montréal.

 

L’histoire derrière la Tenuta Luce della Vite : https://en.lucedellavite.com/

La Tenuta Luce della Vite à Montalcino, en Toscane, a été fondée dans les années 1990 par la famille Mondavi de la Vallée de Napa et la famille Frescobaldi de Florence. Robert Mondavi vigneron mythique de la Vallée de Napa était originaire de la région des Marches et voulait, semble-t-il, reprendre ses racines en Italie et élaborer des vins de terroir dans la région de Montalcino. Déjà ce dernier avait mis sur pied un ‘’joint venture’’ avec le Baron de Rothschild avec le projet Opus One dans la Vallée de Napa et voulait mettre sur pied une entente similaire avec Vittorio Frescobaldi, ce qui fut fait en 1995 en s’associant dans la Tenuta della Vite (la lumière de la vie). Cette entente durera de 1995 jusqu’à 2004 l’année ou la famille Frescobaldi reprendra le domaine en entier.

Quel était donc le concept derrière la Tenuta Luce della Vite?

L’idée maîtresse était d’élaborer des vins hauts de gamme, des vins de terroir en mariant le cépage Sangiovese et le cépage Merlot dans des proportions de 50% pour chaque cépage. Déjà des investisseurs français dans les années 1970 (1976 à 1989) avaient planté des cépages internationaux sur le domaine incluant le Merlot et il n’y avait qu’un pas à faire pour allier ces deux cépages. Cette idée était passablement novatrice à l’époque. Comme le dit Stefano Ruini ‘’On allait allier les caractéristiques du Sangiovese, cépage à cycle végétatif très long (le plus planté en Italie) qui donne des tannins assez puissants, droits et élégants avec le Merlot qui est plus rond, plus volumineux et plus onctueux et qui donne de la longueur au vin.’’. Déjà on élaborait des vins en associant des cépages internationaux avec des cépages autochtones italiens dans la région de Bolgheri en Toscane, mais pas à Montalcino et pas dans des proportions importantes comme on avait l’intention de faire.

Et le terroir de Montalcino?

Quant au terroir, Frescolbaldi possède 192 hectares dont 88 hectares pour élaborer les vins de Luce dans la région très qualitative de Montalcino. Située au sud / ouest de Montalcino, la Tenuta Luce della Vite est l’un des vignobles les plus élevés de la région (430 mètres) et, dans ses zones les plus élevées, le sol est riche en schistes argileux, bien drainé et pauvre en substances organiques; il est donc idéal pour la culture du Sangiovese. Dans les zones moins élevées, le sol est plus riche en argile et en sable, adapté au cépage Merlot. Les étés longs, secs et ensoleillés typiques de la région et les vignobles exposés au sud permettent une maturation lente et complète du raisin qui assure des vins qui ont une grande concentration et passablement de caractère.

Depuis la fin du ‘’Joint Venture’’ le domaine est géré par Lamberto Frescobaldi et fait partie de la holding viticole Tenute di Toscana du groupe Frescobaldi, spécialisée dans les domaines viticoles et agricoles.

Viti/Viniculture chez Tenuta Luce della Vite

Comme le dit si bien Stefano Ruini, Ditecteur technique : ‘’Mon rôle est d’exalter l’expression du terroir, de renforcir ce qui l’augmente et d’empêcher ce qui le limite. En fait je suis comme une sage-femme qui aide à délivrer le message de la vigne. Pour ce faire on y pratique la viniculture parcellaire. Chaque vin a ses parcelles bien distinctes. Sans claironner qu’on utilise l’agriculture bio/organique, on n’utilise pas de désherbants ni de fertilisants chimiques, on travaille les sols, on utilise des composts organiques, des engrais verts, on plante des espèces végétales pour créer de la biodiversité ainsi qu’une masse organique. C’est la nature qui fait tout’’.

Depuis les débuts, les vins de Luce ont toujours maintenu le cap d’un assemblage 50/50% Merlot et Sangiovese.

La famille Frescobaldi : https://en.frescobaldi.com/risorse/brunello-di-montalcino-frescobaldi/

Depuis 700 ans, la famille Frescobaldi allie tradition, expérience et innovation à la créativité et à la recherche de l’excellence. La famille a toujours cherché à développer et à célébrer la diversité du terroir toscan. Fiers propriétaires de certains des plus grands vignobles de la région, ils ont toujours cherché à préserver l’identité et l’autonomie de chaque propriété.

Luce della Vite est l’un des domaines appartenant à la famille, aux côtés d’Ornellaia, Masseto, Danzante, Attems (Frioul) et des six domaines Frescobaldi, Nipozzano, Castel Giocondo, Pomino, Ammiraglia, Castiglioni et Remole.

La dégustation :

Nous avons dégusté douze vins dont une rare verticale du Luce soit les 2015, 2012, 2009, 2008, 2006, 2004, 2001 et le 2000. Quelle expérience gustative que de vivre l’évolution d’un si grand vin au fil des âges! Incroyable cette notion de la signature, du fil conducteur qui guide l’élaboration du style de la maison tout en respectant les millésimes!

Pinot Grigio, Attems, Friuli, 2017, $18.85, code SAQ : 11472409.

Des notes d’abricots, de melon et de pamplemousse. Bel équilibre, de la substance, une acidité bien fraîche, un vin goûteux qui a de l’éclat. Très beau vin!

Lucente, Tenuta Luce della Vite, 2016, cépages : Merlot 75%, Sangiovese 25%, $33.35, code SAQ : 860627. Noté millésimes précédents 90+ points.

Des notes assez intenses d’épices douces, des notes florales, de fruits rouges et noirs surtout sur le cassis et la mûre. Très bel équilibre entre la texture veloutée, l’acidité bien fraîche et les tannins charpentés. De belles notes de fruits rouges et noirs, quelques notes boisées qui se prolongent en une belle finale assez persistante.

La verticale des Luce : Le millésime 2015 est celui qui sera bientôt disponible à partir du 13 décembre, 2018, alors que malheureusement tous les autres ne le sont pas. Je vais donc focusser mes observations sur le 2015.

Luce, Tenuta Luce della Vite, 2015, cépages : Sangiovese 55%, Merlot 45%, $114.75, code SAQ : 12547450. Tous les millésimes antérieurs ont été noté 90 points et plus. De plus ce vin a été nommé à 3 occasions (1995, 2010 et 2011) parmi les 100 meilleurs vins au monde selon Wine Spectator. Ce millésime sera disponible en succursale à partir du 13 décembre, 2018.

Au nez, des notes comme sur une crème de fruits de prunes, de cerises, des notes d’épices douces ainsi qu’un soupçon de vanille. En bouche très belle texture des plus veloutée, acidité bien fraîche, rien de lourd avec des tannins bien charpentés, ronds et charnus ainsi que des notes de fruits bien mûrs en bouche surtout sur les fruits noirs. Beau contraste en fin de bouche entre le volume et l’amplitude du vin avec son côté tout en finesse et élégance. Vraiment très bon!!

Les divers millésimes démontrent de façon très claire le potentiel de vieillissement de ce vin. J’ai particulièrement apprécié le 2001 et le 2000 qui présentaient des notes d’évolution mais qui conservaient une très belle acidité et des tannins bien charpentés presque encore en jeunesse surtout avec le 2000. Assez incroyable !! Inutile de mentionner que l’ensemble des vins composant de cette verticale était superbe!

Luce, Brunello di Montalcino, Tenuta Luce della Vite, 2013, $119.75, cépage : Sangiovese 100%, code SAQ : 11593809. Tous les millésimes antérieurs ont été noté 90 points et plus. De plus ce vin a été nommé à 2 occasions (2008, 2010) parmi les 100 meilleurs vins dans le monde selon James Suckling. Ce vin sera disponible en spécialité dès le 13 décembre 2018.

Quel vin charmeur !! J’ai eu au premier nez comme des notes de pop-corn au caramel puis de belles notes de tabac blond, de noix de coco et de fruits noirs et rouges sur la cerise. En bouche, humm…c’est velouté avec une acidité bien fraîche, des tannins bien charpentés avec un rappel des notes de tabac, de fruits sur la cerise. Superbe longueur et beaucoup de volume et d’amplitude. Très beau Brunello!!

https://markanthonywineandspirits.ca/

La Maison E. Guigal : De Côte-Rôtie à Châteauneuf-du-Pape.

Fondée en 1946 par Étienne Guigal, la Maison Guigal deviendra un phare de la Vallée du Rhône septentrionale avec ses cuvées mythiques telles La Landonne, La Turque, La Mouline, Ex Voto Ermitage, La Doriane et bien d’autres que nous avons eu le bonheur de déguster avec Philippe et Ève Guigal cette semaine.

Pendant que la Maison ne cessait de croître à l’international elle caressait depuis une vingtaine d’années le rêve de posséder un domaine à Châteauneuf-du-Pape et d’y faire des vins à la hauteur de la renommée de la Maison. Bien qu’elle élaborait déjà des vins dans l’appellation, elle n’y possédait pas de domaine. Une opportunité s’est présentée en 2017 et la famille a fait l’acquisition du Domaine de Nalys dont les terroirs sont dignes de grands crus. Nous avons donc eu l’occasion de déguster, entre autres, les quatre nouveaux vins du Domaine : Saintes Pierres de Nalys et Château de Nalys en blanc (millésime 2016) et en rouge (millésime 2017) qui sont, soit dit en passant, exceptionnels.

Ais-je besoin de vous dire que ce n’était pas une dégustation ordinaire mais bien une expérience gustative que l’agence Sélections Fréchette a su nous faire vivre. Que d’émotions! http://www.selectionsfrechette.com/

La maison Guigal : http://www.guigal.com/fr/

C’est en 1946 qu’Étienne Guigal achète 10 hectares de son employeur à Ampuis dans l’appellation Côte-Rôtie dans la Vallée du Rhône septentrionale. À la fin de sa carrière il y aura vinifié pas moins de 67 récoltes. En 1961 alors frappé de cécité, son fils Marcel prendra le flambeau. Ce dernier a su mettre en valeur ces deux grands terroirs viticoles que sont la Côte Brune et la Côte Blonde. Il a su élever à un niveau jamais atteint auparavant le niveau de qualité des vins issus du cépage de Syrah. Pionnier et visionnaire il fera ‘’des vins sérieux’’ qui démontreront au monde entier la finesse et l’élégance de ce cépage. Il introduira la philosophie de la Bourgogne qui est de faire des vins issus de parcelles uniques en plus d’introduire une viticulture organique. Se joindra à la famille Philippe œnologue qui viendra poursuivre l’œuvre familiale.

Les grandes étapes de la croissance de la Maison sont marquées par l’acquisition dans les années 80 des établissements Vidal-Fleury, puis en 1995 avec l’acquisition du fameux Château d’Ampuis qui deviendra le siège social de la Maison tandis les caves demeurent dans le petit village d’Ampuis. En 2001, c’est l’acquisition du domaine Jean-Louis Grippat à Saint-Joseph et l’ancien domaine de Vallouit en Côte-Rôtie, l’Hermitage, Saint-Joseph et Crozes-Hermitage. En 2006 on procède à l’acquisition du domaine de Bonsérine.

Le vignoble de Côte-Rôtie s’étend sur pas moins de 230 hectares avec entre autres La Côte Brune et la Côte Blonde.  Le domaine Guigal est propriétaire à Condrieu et à Côte-Rôtie sur des parcelles illustres donnant entre autres la Doriane à Condrieu avec son célèbre viognier, les célèbres crus de la Côte-Rôtie la Mouline, la Turque, la Landonne avec ses pentes de près de 45 degrés et le côte-rôtie Château d’Ampuis.

Sur la colline de l’Hermitage, les Ex-Voto blancs et rouges, produits exclusivement dans les grands millésimes sont issus de parcelles telles Bessards, Hermite, Greffieux, Murets….Puis sur la rive droite du Rhône trônent les propriétés de l’appellation Saint-Joseph issues de l’ancien domaine de Jean-Louis Grippat.

La maison Guigal vinifie et élève dans ses caves à Ampuis les appellations septentrionales de la Vallée du Rhône (Côte-Rôtie, Condrieu, Hermitage, Saint-Joseph et Crozes-Hermitage). L’élevage des grandes appellations méridionales (Châteauneuf-du-Pape, Gigondas, Tavel et Côtes-du-Rhône) est aussi fait dans les caves d’Ampuis.

Le Domaine de Nalys : http://www.domainedenalys.com/

 

La famille Guigal fait l’acquisition en 2017 du Domaine lequel jouit d’une situation exceptionnelle au cœur de l’appellation Châteauneuf-du-Pape. Comme le dit Philippe Guigal : ‘’ Cet investissement, mon grand-père en avait toujours rêvé. Mon père et moi aussi. Mais les opportunités étaient rares, nous n’avions jusqu’à présent vu passer que de petites offres qui ne correspondaient pas à ce que nous voulions faire’’.

Réticent au départ quant à la qualité de cette opportunité, c’est suite à la visite du vignoble qu’ils ont tous compris le vaste potentiel qualitatif du domaine. ‘’J’étais renversé, dit Philippe. Je n’en ai pas dormi pendant une semaine. Nous ne l’avons pas acquis pour le prestige de ses vins, mais en raison de son immense potentiel’’.

Trois parcelles sur 53 hectares (d’un seul bloc qui se touche ce qui est rare dans l’appellation) encerclent le Château, la première lui a donné son nom’ ‘’Nalys’’, les deux autres sont situées sur deux terroirs majeurs de l’appellation : ‘’Le Bois Sénéchal’’ (13 hectares) et ‘’La Crau’’ (20 hectares). Chacun de ces trois terroirs supporte la totalité des 13 cépages de l’appellation ce qui porte à 39 les expressions potentielles à intégrer.

L’empreinte de la philosophie de la maison Guigal a déjà fait son œuvre au prix de beaucoup d’efforts : on double la taille de l’équipe attribuée aux vignobles, tout le système de treillis est changé, on replante toutes les vignes manquantes ou mortes, on ajoute quelques cuves plus petites pour augmenter les possibilités d’assemblage. On réalise en chemin que pour en tirer le plein potentiel il faudra refaire le chai ce qui sera fait sous peu et par le fait même, multiplier le nombre de cuves. On passera aussi à la viticulture bio dans un avenir rapproché.

Le millésime 2016 a été le premier à porter l’empreinte du style Guigal avec un rouge dominé par le grenache au lieu de la syrah et avec une saine dose de mourvèdre. Le millésime 2017 est le premier entièrement vinifié par la nouvelle administration. Pour bien délimiter le changement de garde, la marque Domaine de Nalys a été abandonnée pour devenir Château de Nalys. Un second vin est aussi produit en rouge et en blanc, le Saintes Pierres de Nalys ce qui apporte beaucoup de flexibilité d’adaptation à n’importe quel millésime.

La ‘’dégustation’’

Nous avons dégusté 17 des vins de la maison. La ligne directrice du style : ‘’des vins qui donnent du plaisir’’ comme le dit Philippe Guigal, rien de lourd, de la finesse, la pureté du fruit et l’expression absolue des terroirs. Ce sont des vins d’émotions.

Les blancs :

E.Guigal, Côtes-du Rhône, 2016, $19.70, code SAQ : 290296. Noté 91 pts Wine Advocate, Guide Phaneuf 3 étoiles et demi.

On note ici l’expression aromatique bien distinctive du Viognier qui compose 65% de ce vin. On y perçoit des notes florales, de fruits blancs tels la pêche et l’abricot. La texture est veloutée, légèrement grasse avec une acidité bien équilibrée avec en rappel les notes de fruits frais d’abricot et de pêches. Quel rapport qualité/prix! C’est bon, c’est goûteux, c’est particulièrement satisfaisant.

E.Guigal, Châteauneuf-du-Pape, 2017, $68.75, cépage prédominant : Grenache Blanc 45%, code SAQ : 13940325. Disponible dès décembre 2018. Noté 17/20 par Jancis Robinson.

De belles notes de pêches, d’abricots ainsi que des notes florales et un léger boisé à peine perceptible. En bouche la texture est légèrement grasse, onctueuse, un vin généreux mais pas lourd avec un rappel de notes de fruits blancs. Que c’est goûteux, élégant, frais et quelle longueur.

Saintes Pierre de Nalys, Châteauneuf-du-Pape, E. Guigal, 2017, $48.75, cépages dominants : Clairette 36%, Bourboulenc 29%, Grenache Blanc 25%, code SAQ : 13905626. Disponible en décembre 2018. Noté 17/20 par Jancis Robinson.

Son profil aromatique est un peu plus intense que le précédent avec des notes de fruits blancs, un soupçon d’agrumes ainsi qu’une sensation de minéralité. La texture est grasse avec une belle acidité bien équilibrée qui lui confère une belle fraîcheur. On a un rappel des notes de fruits blancs avec un léger boisé le tout en une longueur plus qu’appréciable.

Château de Nalys, Châteauneuf-du-Pape, E. Guigal, 2017, $87.00, cépages dominants : Roussanne 43%, Grenache Blanc 33%, code SAQ : 13905677. Disponible en décembre 2018.  Noté 17.5 par Jancis Robinson.

De belles notes florales, d’agrumes et de fruits blancs. Beaucoup de structure, d’élégance et de finesse en bouche, un grand vin de bouffe! Complexe avec pas mal de volume et d’amplitude le tout dans une finale des plus persistante.

 

E.Guigal, Condrieu, 2015, $78.50, cépage : Viognier 100%, code SAQ : 13260856. Disponible en décembre 2018. Noté 95 points Wine Advocate, 94 points James Suckling, 92 points Wine Spectator.

Superbe année que ce 2015 qui a apporté son lot de maturité dans les fruits. Quelle concentration d’arômes sur la pêche, l’abricot, léger boisé ainsi que quelques notes florales bien typées. C’est opulent, gras, d’une texture veloutée, un peu de notes d’évolution sur la noisette et beaucoup de longueur. Très beau!

E.Guigal, La Doriane, Condrieu, 2017, $148.00, cépage : Viognier 100%, code SAQ : 13260899. Disponible Courrier Vinicole 2019. Noté 96 points James Suckling, 17.5 points Jancis Robinson, 95 points Wine Spectator, 94 points Wine Advocate.

Des notes assez intenses de fruits blancs sur la pêche, l’abricot, un boisé légèrement plus intense, de belles notes florales. Gras, opulent, on pourrait pratiquement dire qu’il a ‘’de la mâche’’, de la puissance aromatique mais tout en finesse et une longueur interminable.

E.Guigal, Ex Voto, Ermitage, 2013, $287.25, cépages dominants : Marsanne 90%, Roussanne 10%, code SAQ : 13319512. Disponible Courrier Vinicole de septembre 2018, ‘’Rhône en vedette’’. Noté 97 points Wine Advocate, 97 points Wine Spectator, 17 points Jancis Robinson.

Vous dire combien j’ai aimé !!! Des notes de miel entremêlées de notes florales et de noisettes. Opulent en bouche avec une texture grasse. Ce qui surprend c’est cette belle acidité qui procure un heureux contraste entre le gras et la fraîcheur du vin. Sublime!!

Les rouges

E.Guigal, Côtes-du-Rhône, 2015, $20.40, cépages prédominants : Syrah 50%, Grenache 40%, code SAQ : 259721. Noté de 89 à 91 points par Wine Advocate.

Notes de fruits rouges frais et d’épices. C’est un vin qui a de la chair, du fruit et de la rondeur avec des tannins presque charpentés et une belle fraîcheur. Une valeur ‘’refuge’’ qui offre un très beau rapport qualité/prix.

 

E.Guigal, Châteauneuf-du-Pape, 2015, $67.50, cépages prédominants : Vieux Grenache 70%, code SAQ : 11528151. Disponible en décembre 2018. Noté de 91 à 93 points par Wine Advocate et 16.5 par Jancis Robinson.

Ce vin est issu d’un style assez puissant pour un vin de cette appellation. C’est un vin qui a de la mâche et de la matière. Des notes de fruits rouges et noirs bien mûrs ainsi que des notes d’épices. Avec des tannins charpentés et bien ronds et une fraîcheur surprenante, ce vin laisse toute la place à la pureté du fruit.

Saintes Pierres de Nalys, Châteauneuf-du-Pape, E. Guigal, 2016, $67.50, code SAQ : 13905600. Disponible en décembre 2018. Noté 16+ points par Jancis Robinson.

J’ai noté au premier nez comme un soupçon de caramel des plus charmeurs avec des notes de fruits rouges et noirs ainsi que des notes d’épices douces. C’est un vin joufflu, généreux avec de belles notes d’épices douces et de fruits rouges assez intenses. La texture est veloutée et les tannins sont presque charpentés. C’est tout en équilibre, goûteux et d’une belle longueur.

Château de Nalys, Châteauneuf-du-Pape, E. Guigal, 2016, $116.25, cépages prédominants : Grenache 59%, Syrah 32%, code SAQ : 13905651. Disponible en décembre 2018. Noté 17.5 points par Jancis Robinson.

D’une facture bien classique avec des notes de fruits rouges et noirs ainsi que des notes d’épices douces et un soupçon de notes boisées. D’un équilibre irréprochable avec une texture veloutée, une belle fraîcheur et des tannins bien charpentés ainsi qu’une certaine puissance mais tout en élégance.

E.Guigal, Crozes-Hermitage, 2015, $27.35, cépage: Syrah 100%, code SAQ: 739243. Noté 90-92 points Wine Advocate, 16.5 points Jancis Robinson.

Des notes de fruits rouges bien mûrs assez intenses. La texture est veloutée, une acidité bien fraîche et les tannins sont charpentés et tissés serré. Passablement de volume et d’amplitude avec des notes de fruits frais et belle longueur. Très beau rapport qualité/prix.

 

E.Guigal, Vignes de l’Hospice, Saint-Joseph, 2014, $105.25, cépage : Syrah 100%, code SAQ : 13319571. Disponible Courrier Vinicole de Septembre 2018, ‘’Rhône en vedette’’. Noté 94 points Wine Spectator, 92 points Wine Advocate, 17.5/20 Jancis Robinson.

Nez complexe de fruits noirs ainsi qu’un léger boisé. En bouche, beaucoup de structure avec un moelleux velouté, une belle acidité et des tannins assez charpentés mais tout en finesse et en élégance.

E.Guigal, Château d’Ampuis, Côte-Rôtie, 2013, $152.25, cépages : Syrah 93%, Viognier 7%, code SAQ : 13319491. Disponible Courier Vinicole de septembre 2018 ‘’Rhône en vedette’’. Noté 95 points Wine Spectator, 94+ points Wine Advocate, 17.5 points Jancis Robinson.

Une période de vieillissement de 38 mois assouplit les tannins assez carrés de ce vin. Tout en volume et en amplitude ce superbe vin est caractérisé par sa puissance et sa profondeur. De belles notes de torréfaction et de fruits noirs, de pruneaux et de mûres ainsi qu’une touche de vanille; c’est un vin dense et intense que j’ai adoré.

E.Guigal, La Mouline, Côte-Rôtie, 2014, $493.00, cépages : Syrah 89%, Viognier 11%, code SAQ : 13733844. Disponible Courrier Vinicole 2019. Noté de 95-97 points par Wine Advocate, 96 points par Wine Spectator, 18/20 par Jancis Robinson.

L’archétype du vin de Côte-Rôtie qui exprime totalement son terroir. Des notes de torréfaction, de moka, un soupçon de notes fumées ainsi que des notes de fruits rouges et florales. Un vin suave, élégant, séduisant avec une texture veloutée, une acidité bien fraîche et des tannins presque charpentés. Longueur assez incroyable et très belle profondeur.

E.Guigal, La Turque, Côte Brune, Côte-Rôtie, 2013, $475.50, cépages : Syrah 93%, Viognier 7%, code SAQ : 13319563. Disponible Courier Vinicole de septembre 2018 ‘’Rhône en vedette’’. Noté 98 points par Wine Spectator, de 96-98 points Wine Advocate, 18.5 par Jancis Robinson.

Un de mes vins préféré de cette dégustation (en tenant compte du fait que je les ai tous aimé). Des notes de fruits rouges passablement intenses ainsi que des notes d’épices douces. Quel équilibre et quelle finesse! Belle harmonie entre la texture des plus veloutée, une acidité bien fraîche et les tannins presque charpentés et fins. Puissance et finesse…

E.Guigal, Ex Voto, Ermitage, 2013, $475.50, cépage : Syrah 100%, code SAQ : 13319521. Disponible Courrier Vinicole de Septembre 2018, ‘’Rhône en vedette’’. Noté 97 points Wine Spectator, 94 à 97 points Wine Advocate, 18/20 points Jancis Robinson.

Quelle expression du terroir! Comme une apothéose, un pinacle…De belles notes de fruits noirs, de cuir, de réglisse, de torréfaction ainsi que des notes d’épices douces. Beaucoup de matière, de richesse et de structure en bouche avec des tannins particulièrement charpentés mais tout en finesse et en élégance. Quel bonheur!

 

 

Une dégustation des vins d’Italie. Mes coups de cœur!

En plus des classes de Maîtres sur le Pinot Grigio et le Chianti Classico qui avaient avait lieu la semaine dernière, une super dégustation de vins d’Italie suivait le tout. Quel bonheur…Je vous fais donc part de mes coups de cœur. Comme d’habitude, je n’ai pas noté les vins mais sachez qu’ils ont particulièrement attiré mon attention. Bonne dégustation!

Badia a Coltibuono, Chianti Classico, Riserva, 2015, $37.75, code SAQ : 13039772. Agence Sélections Fréchette:  http://www.selectionsfrechette.com/

J’ai bien aimé ce vin! Du Sangiovese bien typé avec des tannins charpentés et charnus, des notes d’épices, de fruits noirs et de tabac.

 

Casale del Giglio, Anthium (vin blanc), Bellone, 2017, $23.85, code SAQ: 13626037. Agence Divin Paradis: http://divinparadis.com/#/

Des notes comme sur une crème de fruits blancs, un peu de vanille, acidité assez vive et belle longueur. Beaucoup aimé! J’ai vraiment un parti pris pour les blancs italiens.

 

Castello di Meleto, Vigna Casi, Chianti Classico, Riserva, 2015, $36.75, disponible en importation privée via l’agence Sélections Fréchette:  http://www.selectionsfrechette.com/

De superbes notes de cerises et d’épices douces. Bien goûteux avec des tannins charpentés bien ronds, très longue persistance en bouche.

 

Caroso Montepulciano d’Abruzzo, Riserva, 2013, $38.00. Disponible en importation privée de l’agence Univins et spiritueux : https://univins.ca/

Sur des notes de prunes, de chocolat, une texture riche, opulente, tout en finesse et des plus goûteux.

 

 

 

 

Cusumano, Alta Mora, Etna Rosso, 2016, $25.95, code SAQ : 13041961. http://vinsfins.ca/

Ce cépage est quelque peu similaire au Pinot Noir. C’est en fait le Pinot Noir de l’Etna DOC. De belles notes de fruits rouges et noirs ainsi que d’épices douces. En bouche une certaine finesse s’en dégage avec un bel équilibre, de beaux tannins équilibrés, élégants et souples, notes de fruits rouges et noirs et au boisé bien discret.

Cusumano, Alta Mora, Bianco, 2017, $26.00, code SAQ : 13367979. http://vinsfins.ca/

Des notes de terroir volcanique (belle sensation de minéralité), des notes d’épices douces, florales et d’agrumes. Un beau vin croquant doté d’une belle acidité avec une belle longueur en bouche…

 

Di Majo Norante, Biferno, Ramitello, 2014, $20.25, code SAQ : 12257719. http://www.montalvin.com/fr

Des notes de prunes, de réglisse et de cuir. Des tannins charnus bien ronds avec une très belle longueur.

 

 

Fazio, Casa Vinicola in Erice, Castelmedio, 2017, Sicilia IGT, $25.55, disponible en importation privée de l’agence Sélections Fréchette : http://www.selectionsfrechette.com/

De beaux arômes de fruits bien frais, moyennement corsé avec une belle acidité. Des plus satisfaisants!

 

 

Lungarotti, Rubesco, Torgiano, 2015, $19.00, code SAQ: 41947. Le 2015 devrait arriver sous peu en succursale. Agence Trialto :  https://trialto.com/qc/fr/

Des notes d’épices douces, de poivre, de tabac avec de légères notes de fruits rouges un peu confiturés. De très beaux tannins bien enrobés, bel équilibre…Miam…humm…mon coup de cœur du salon!

 

Pasqua, Valpolicella Ripasso Superiore, 2016, $22.15, code SAQ : 602342. Agence Charton-Hobbs : http://www.chartonhobbs.com/fr/

Des notes de cerises bien mûres, de mûres avec une légère torréfaction. Bien goûteux avec des saveurs assez intenses et des tannins équilibrés le tout dans un très bel équilibre.

 

San Felice, Chianti Classico, Gran Selezione, Il Grigio, 2014, $46.50, code SAQ: 12480291. Agence Charton-Hobbs: http://www.chartonhobbs.com/fr/

Je ne cesse d’encenser ce vin! Mettez la patte la-dessus! Oui un peu cher (pas pour l’appellation) mais il vous comblera d’émotions!

 

 

San Felice, Vigorello, 2013, $60.00, code SAQ : 858373, code SAQ : 858373. Agence Charton-Hobbs: http://www.chartonhobbs.com/fr/

Opulent, goûteux, complexe sur des notes de fruits assez intenses, de chocolat, de cuir avec beaucoup de volume et d’amplitude en bouche sur des tannins plus que présents. Et quelle longueur…

 

 

 

Page 1 of 6

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén