Catégorie : Tous les pays Page 1 of 9

Concours Sélections Mondiales des Vins Canada – entrevue avec Réal Wolfe, président.

Nous avons tous acheté une bouteille de vin sur laquelle était apposée une étiquette ou un médaillon clamant que le vin a gagné une médaille dans tel ou tel concours. Et des concours, croyez moi il y en a beaucoup beaucoup tant sur une base locale, régionale, nationale que mondiale.

Mais saviez-vous que le plus important concours de vins au Canada et un des plus importants dans le monde est le concours Sélections Mondiales des Vins Canada qui a vu le jour il y a maintenant 27 ans? En fait c’est un des concours qui a démarré ce qui est maintenant un créneau des plus important dans le monde vinicole, les concours de vins.

Réal Wolfe – président Concours Sélection Mondiales des Vins Canada

C’est Réal Wolfe qui fin des année 80 alors employé à la SAQ a proposé à cette dernière de mettre sur pied un concours de vin de calibre international. Et pendant une dizaine d’années il en a fait un succès planétaire. Puis sa carrière a évolué dans le monde du vin autant à la SAQ que dans diverses agences d’importation de vins et d’entreprises dans le monde du vin. Puis l’année dernière il a bouclé la boucle en faisant l’acquisition du Concours qu’il avait mis sur pied il y a 27 ans dans le but de redynamiser la marque et d’en assurer la pérennité.

À ce challenge s’en est ajouté un autre celui là totalement inattendu – la Covid. Il a fallu puiser dans son énergie, ses compétences, ses contacts et ses relations forgées au fil du temps pour finalememt avoir raison de la Covid et mettre sur pied de façon plus que sécuritaire ce concours en Octobre de l,année dernière. Et malgré tout, le concours a connu un vif succès avec 38% plus de vins représentés que l’édition de l’année dernière (2,160 vins provenant de 33 pays).

Mais comment s’y est-il pris pour relancer ce concours dans de telles circonstances alors que tant d’événements ont été cancellés durant ces temps difficiles. Et comment a-t-il pu surpasser ses objectifs qui même sans Covid étaient passablement ambitieux?

Pour le savoir j’ai fait cette entrevue avec Réal Wolfe lors du dernier concours à Québec. En fait il faut savoir que Réal m’avait demandé de faire partie des 60 juges du concours et j’en ai profité pour échanger avec lui. Voici donc cette etrevue fort intéressante.

Entrevue avec Réal Wolfe

(VF) Vinformateur : Bonjour Réal, parles moi du concours et des challenges auxquels vous avez dû faire face pour la mettre sur pied en pleine Covid?

(RW) Réal Wolfe : Le concours Sélections Mondiales des Vins Canada existe depuis 27 ans. Il a connu son origine dans un des salons des vins de Montréal au sein d’une compétition interne pour les producteurs et personnellement j’ai commencé à m’en occuper en 1989 pour devenir opérationel en 1990. À l’époque j’étais employé de la SAQ je venais de terminer ma maîtrise en administration internationale.

J’avais alors un projet pour mettre en place un concours de vin international. J’ai donc présenté un plan de développement à l’international dans lequel j’avais identifié les pays producteurs, leur importance relative afin de déterminer avec lesquels il fallait mettre le focus pour développer un tel concours.

À ce moment à la SAQ, tous les producteurs voulaient être sur les tablettes et à partir de ce plan stratégique nous avons commencé le développement de cette compétition en 1990. Nous étions parmi les tout premiers concours dans le monde et parmi un des plus importants surtout en Amérique du Nord.

Notre leadership nous a amené à rencontrer rapidement d’autres groupes qui voulaient faire de même. J’ai donc, entre autres, aidé à mettre sur pied le Concours Mondial de Bruxelles qui n’existait pas alors et qui se joignait à celui de Vinitaly. Rapidement les choses se sont développées et grâce à une sorte de collégialité qui existe entre les concours ceci m’a amené en 1994 à créer la Fédération Mondiale des Grands Concours de vins à Lubiana en Slovénie. Il y avait à cette époque 8 concours dont celui Vinandino qui n’existe plus, le conclours Urgurp en Turquie qui a cessé ses opérations, Vinitaly, le Mondial de Bruxelles, Bacchus en Espagne, Sélections Mondiales et celui de Paris. J’ai donc été responsable du concours Sélections Mondiales de 1990 à 1998.

C’était le véhicule de la SAQ pour le développement des affaires. C’était avant l’apparition des guides, avant Parker, avant le Wine Spectator. On a fait plein de choses nouvelles comme en 1994 alors que nous avons été le premier concours au monde avec les résultats sur internet. Jean-François Demers avait repertorié toutes les addresses internet du monde du vin et on a envoyé les résultats à environ 150 personnes. J’avais 30 ans à ce moment là et ça été un truc phénoménal.

Pendant 10 ans, j’ai fait le tour du monde, je suis allé dans tous les concours et j’ai développé plein de relations avec les organisateurs, découvert plein de vignobles, et travaillé à faire de ce concours un élément important des stratégies de la SAQ.

En 1998 avec l’arrivée de M. Frigon (président de la SAQ) je suis passé au Marketing à la SAQ. J’étais Secrétaire Général du Concours Sélections Mondiales et de la Fédération Mondiale des concours de vins. Je suis donc devenu Directeur du Marketing à la SAQ et j’ai du laisser le Concours. Par après ma carrière s’est  dirigée vers les agences de représentation et je suis devenu Directeur Général d’une agence et par la suite je suis passé chez Univins.

Pendant ce temps le concours Sélections Mondiales s’est développé comme ça en même temps que tous les autres concours. Maintenant, de nos jours il y a une multiciplicité de ces concours. Par exemple en Allemagne en mars il y a 3 concours importants dont le Mundus Vini, le Berliner, le Frankfort Wine Contest. Donc il y en a partout. Du 15 février au 15 avril de chaque année il y a plein de ces concours.

Je suis toujours resté quand même très proche du Concours Sélections Mondiales car c’est comme mon bébé puisque j’y ai beaucoup travaillé. J’étais toujours sur le comité organisateur et quand Maître Laflamme (Ghislain K. Laflamme – président de VINOFED et de Sélections Mondiales des Vins Canada) est décédé (2017) les chose ont changées. L’entreprise se cherchait une nouvelle orientation et l’opportunité s’est présentée d’insuffler une nouvelle orientation et une nouvelle dimension au concours. J’ai alors décidé de faire l’acquisition du concours en novembre 2019.

Mon objectif était de reprendre le concours pour une question de pérennité, car c’est un concours important pour l’industrie en Amérique du Nord et au niveau mondial, et c’est Montréal qui avec ce concours devient la plaque tournante du vin dans le monde. Selon moi, dans les dernières années, le concours avait pris une dimension plus locale et était moins diffusé à l’international. Il s’était aussi un peu distancé des agents promotionels ainsi que la SAQ.

Alors mon objectif était, entre autres, de redynamiser le concours. Je me suis alors associé avec un partenaire espagnol qui est dans le domaine du vin, la maison OenoPassion, et qui met sur pied une série de salons de par le monde. C’est un partenaire stratégique important pour le développememt développer du concours sur la scène mondiale.

Ce n’était pas nécessairement le meilleur temps pour acheter le concours et le redémarrer en pleine Covid mais nous y sommes arrivés et ce avec des résultats très probants! Et nous en sommes très fiers! Nous avons eu 2,160 inscriptions provenant de 33 pays ce qui est le record de tous les temps. Une augmentation de 38% par rapport à l’année passée! En situation de Covid faut le faire! C’est assez exceptionel!

Ça ne s’est pas fait tout seul. Nous avons lancé le concours le 15 janvier 2019  et déjà au 5 mars nous avions de 300 à 400 produits déjà inscrits pour un concours qui à ce moment là devait se terminer fin mai. Et puis évidemment par la suite, avec la Covid, il ne se passait plus rien surtout au niveau de l’Europe. En Italie c’était comme la guerre avec un confinement généralisé. Alors nous nous sommes mis en mode silence après avoir communiqué que nous reportions la date du concours en juin pour rapidement se raviser et le recéduler en octobre.

À partir de juillet nous avons beaucoup travaillé à confirmer aux gens que nous étions toujours là et que nous jugions que tout se passerait bien. Avec tous les producteurs qui étaient déjà inscrits nous ne voulions certainement pas tout arrêter. Ces derniers avaient fait l’effort de s’inscrire et donc par respect pour eux il fallait aller de l’avant.

Réal Wolfe – Concours à Québec

Nous avons donc été portés par l’espoir en se disant que nous serions probablement le dernier concours de l’année ce qui nous apportait un réel avantage de visibilité. Et c’est un message qui a passé car tout a redémarré en force et nous avons repris notre envol. Vers fin août, début septembre nous recevions de 300 à 400 inscriptions chaque semaine.

Nous avons beaucoup travaillé avec les partenaires de l’industrie dont A3Québec (l’association des agences au Québec) et leur membership qui ont travaillé avec nous. Nous en avons profité pour signer des ententes avec divers pays dont le Mexique qui nous a approté 90 produits, avec l’Arménie avec 56 produits, la Moldavie avec 73 produits, la Roumanie avec une soixantaine et nous avons relancé l’Argentine et le Chili pour au final arriver à un total de 2,160 vins. Le pays le plus important en terme de représentation étant l’Italie (1e) avec 384 vins, suivi par la France (2e), le Portugal (3e) et l’Espagne (4e) .

J’ai toujours gardé le focus et la vision dans ces moments difficiles et les relations que j’ai forgées au fil des années m’ont beaucoup aidé. Ces résultats permettent de dire que le concours a rebondi et que clairement une nouvelle administration des plus dynamique apporte un essor important au concours.

Équipe de service – Québec 2020

(VF) : Quels sont les grands bénéfices pour les associations et producteurs d’y participer?

(RW) : Ce que je n’ai cessé d’expliquer aux producteurs et aux brand manager responsables de marques au sein des agences : pourquoi on participe à  un concours? Il y a trois raisons qui motivent une telle décision : 1) Quant on a un portefeuille de produits pour un brand manager, si un produit réussit bien dans un tel concours, les impacts peuvent rejaillir sur l’ensemble des produits du producteur et de l’ensemble de la gamme et sa déclinaison.

2) Les produits qui ne bénéficient pas d’une distribution actuelle peuvent, avec un bon résultat, apporter un apport sérieux aux stratégies de développement non seulement pour ce produit mais aussi pour les autres produits de la gamme. 

3) Et la troisième raison porte sur les projets spéciaux : si une cuvée particulière n’est pas connue, un essai au niveau des assemblages peut par exemple aider à aller chercher une reconnaissance qui peut aider au niveau du développememt du produit et de la gamme.

Ces éléments peuvent aider au niveau de la planification stratégique d’une marque. Après, tout dépend de la façon dont ces derniers vont utiliser et intégrer ces résultats dans leurs propres stratégie de communication. Comment ils vont utiliser les résultats pour leur image, pour leurs relations avec les acheteurs, leurs réseaux de distribution etc.

Cette année nous avons revu le prix du jury décerné par pays. Dans la structure que nous avons on retrouve des médailles Grand Or, des médailles d’Or et des médailles d’Argent et j’ai en plus voulu travailler sur la notion du meilleur vin sur une base nationale chose que nous avions déjà faite de 90 à 98. Donc un vin pourrait par exemple obtenir une médaille Grand Or et aussi le meilleur vin italien du concours. En prenant cette approche, je m’addresse aux producteurs mais je m’addresse aussi à la région et aux associations qui font la promotion de l’offre des vins italiens ou d’autres pays.

C’est une approche qui entraîne une stratégie de communication dans chaque pays représenté. Cette communication comprendra le prix du jury, une capsule sur le marché de ce pays et la liste des médailles Grand Or, Or et Argent. Cette dernière communication sera envoyée à toutes les interprofessions du monde.

L’objectif est de dorer la médaille de Sélections Mondiales, de redonner de la visibilité aux producteurs et que ces derniers avec leur interprofession capitalisent sur cette reconnaissance dans leurs propres stratégie de communication.

(VF) : Avec cette prolifération de concours comment le consommateur peut-il s’y reconnaître quand on sait que dans les concours il y en a des bons et des moins bons. Comment le Concours Sélections Mondiales parvient-il à se distinguer d’une façon qui soit crédible au niveau du consommateur?

(RW) : La notoriété de Sélections Mondiales est vieille de 27 ans. C’est une marque forte qui est mondialement connue. En reprenant la marque Sélections Mondiales ce que je voulais c’est de la renforcir en la repositionnant.

Au niveau du consommateur c’est de s’assurer que les médailles se retrouvent sur les bouteilles ce qui apporte beaucoup de valorisation. Une des choses  que j’ai mise en place et que je considère innovant c’est d’associer la valeur des médailles et la valeur des notes. Il faut savoir que dans le marché, il y a deux types de notations qui sont fortes aujourd’hui : les notes sur 100 et les médailles.

Les médailles d’Or il y a 20 ans c’était le summum. Tu n’avais pas besoin d’un score; c’était la médaille d’Or point final. Aujourd’hui, ce n’est plus ça parce qu’un score de 90 c’est perçu comme valant plus qu’une médaille d’Or. Alors ce que j’offre aux producteurs cette année c’est le choix entre une médaille d’Or (pour les marchés plus classiques) ou un score avec la médaille d’Or pour compétitionner contre les guides. Ceci permettra alors aux consommateurs de pouvoir comparer entre les divers produits.

C’est aussi la raison pour laquelle nous avons déterminé que c’est avec un score minimum de 89 qu’on pouvait obtenir une médaille d’Or. Il fallait que le consommateur puisse s’y retrouver et établir la valeur de ces médailles dans l’univers des notes.

Il est plus facile pour le consommateur de reconnaître une médaille et un score de 89 points et c’est la base  de la distribution des médailles. Les médailles Grand Or commencent à 92 points ce qui est très bien reconnu dans le marché.

(VF) Parles moi des challenges d’organiser un tel événement en pleine Covid?

(RW) : Je me suis souvent demandé si j’y arriverais car au départ tu y investis de l’argent, les partenaires aussi et tu n’es payé qu’à la fin de l’événement ce qui ajoute beaucoup de pression. C’est un risque que tu prends comme entrepreneur. Je suis resté tout le long du processus focussé sur les producteurs. On devait faire l’événement parce que les producteurs s’y étaient engagés.

Alors je suis allé en sous-terrain et le fait d’être connu dans l’industrie et à la SAQ m’a beaucoup aidé à obtenir le support de tous et chacun. Ce qui a été plus que déterminant ça été le support de la SAQ. Je  suis retourné les voir pour leur expliquer la situation et leur présenter une formule ‘’win win’’ que je croyais leur être acceptable. J’ai travaillé à la SAQ pendant 20 ans et disons que cette relation m’a beaucoup aidé.

Ce que je leur ai offert c’est la top liste des 50 meilleurs produits (les 50 meilleures notes du concours). À partir de cette liste je demandais à la SAQ de choisir 25 produits, de les mettre au catalogue web gratuitement, de les déguster et par la suite de décider s’ils voulaient les acheter ou non. Pour l’industrie c’était une reconnection avec le monopole.

Suite à nos discussions nous leur fournirons donc cette liste des meilleurs 50 vins du concours ainsi qu’une recommandation des 25 vins à mettre au catalogue web car la SAQ nous a demandé d’identifier nous-mêmes ces vins. Nous allons donc choisir parmi les vins qui sont les plus susceptibles d’être achetés et ce, avec des prix différents, provenant de zones différentes et ce afin d’avoir une bon mix de produits. Ce sera à la SAQ par la suite de déterminer s’ils veulent les acheter.

Cette approche a beaucoup plu à l’industrie et ça a redémarré le projet dans son ensemble car on voyait que le lien avec la SAQ était relancé et que la démarche était sérieuse.

(VF) Une fois la poussière retombée, quelle sera selon toi la mesure de succès?

Dans un concours il y a deux éléments cruciaux. Les rentrées d’argent provenant de la prospection qui permettent de faire l’événement et la vente des médaillons. Si le concours est fort, si la marque est forte, la présence du médaillon sur une bouteille vient témoigner avec crédibilité du succès du vin au sein de ce concours.

Il faut savoir que les producteurs qui auront gagné une médaille doivent acheter les médaillons (en rouleaux) qu’ils apposeront sur leurs bouteilles. Ceci permet aux producteurs d’utiliser la notoriété du concours. Ils paient donc un droit d’utilisation.

Les producteurs peuvent choisir parmi des ‘’packages’’ d’utilisation des médailles. Par exemple un ‘’package all included’’ permet l’utilisation sur les affiches, internet, bouteilles et autres médias. Par contre un producteur peux aussi n’acheter que des médaillons qu’il apposera sur ses bouteilles.

La présence de ces médaillons sur les bouteilles agit comme une campagne de publicité mondiale puisqu’ils se retrouvent partout dans le monde.

(VF) : C’est pour toi comme une nouvelle carrière?

(RW) : Durant ma carrière j’ai pas mal fait le tour de la business et aujourd’hui ce que j’aime c’est que j’ai une marque entre les mains, j’en suis propriétaire et j’ai, à mon avis, toute l’expérience nécessaire pour la rédévelopper et en faite un outil important dans le monde vinicole.

(VF) : Merci beaucoup Réal et félicitations pour le succès du concours.

Voici la liste de tous les gagnants Grand Or, Or et Argent du Concours Sélections Mondiales des Vins Canada 2020!

Voici la liste des gagnants des médailles Grand Or, Or et Argent. Ils représentent les meilleurs vins du Concours Sélections Mondiales des Vins Canada qui se tenait tout récemment à Québec ou 2,160 vins de 33 pays ont été dégustés à l’anonyme par 60 juges. J’ai le plaisir de faire partie du jury et je peux vous dire que ces vins ont amplement mérité les prix qui leur reviennent.

Tous les vins du concours ne sont pas disponibles à la SAQ. En fait cette liste des gagnants des médailles sera remise au partenaire du concours, la SAQ, qui fera la sélection de 25 produits auxquels elle offrira un accès gratuit à son catalogue de produits. L’équipe de commercialisation des produits de la SAQ intégrera également ces vins dans son plan d’acquisition afin qu’ils soient dégustés et, selon leur évaluation, possiblement commercialisés par la suite.

Liste des vins

Les 50 meilleurs vins du Concours Sélections Mondiales des Vins Canada

Les 50 meilleurs vins du Concours Sélections Mondiales des Vins Canada qui se tenait la semaine derrière à Québec ou 2,160 vins de 33 pays ont été dégustés à l’anonyme par 60 juges. J’ai le plaisir de faire partie du jury et je peux vous dire que ces vins ont amplement mérité les prix qui leur reviennent.

Concours Sélections Mondiales des Vins Canada à Québec – édition 2020

Cette liste souligne les vins ayant reçu les notes les plus élevées au concours, toutes catégories et tous pays confondus.

Tous les vins du concours ne sont pas disponibles à la SAQ. En fait cette liste du Top 50 des meilleures notes sera remise au partenaire du concours, la SAQ, qui fera la sélection de 25 produits auxquels elle offrira un accès gratuit à son catalogue de produits. L’équipe de commercialisation des produits de la SAQ intégrera également ces vins dans son plan d’acquisition afin qu’ils soient dégustés et, selon leur évaluation, possiblement commercialisés par la suite.

Entre temps vous trouverez la liste copmplète des 50 vins gagnants ainsi que les 15 vins (de cette liste) présentement disponibles à la SAQ. Ce sont ceux qui j’ai pu trouver à partir de la liste qui m’a été fournie.

Dans certains cas, le millésime disponible ne sera pas nécessairement celui qui a gagné le prix. De plus, certains de ces vins sont possiblement disponibles en importation privée. Aussitôt que j’obtiendrai la liste  de ces vins, je vous la communiquerai.

La liste des 50 meilleurs vins

La liste des ces vins présentement disponibles à la SAQ

Cusumano Benuara Sicilia 2017

L’Orpailleur vin de glace 2019

Domaine La Hitaire Jardin d’Hiver 2018

Tenuta Il Falchetto Solo-Pinot Nero 2017

The Foreign Affair Dream Péninsule du Niagara 2017

Terres Secrètes Mâcon La Roche Vineuse 2018

Les Jamelles Sélection Spéciale Chardonnay / Viognier 2018

Château Kefraya Les Côteaux 2016

Monasterio de Las Vinas Carinena Gran Reserva 2014

Fontanafredda Barbaresco Silver 2015

Domaine Duclaux Châteauneuf-Du-Pape 2017

Duca Thaulero Montepulciano-d’Abruzzo 2014

Masi Grandarella 2015

Château St-Thomas Vallée de la Bekaa 2013

Mas du Novi Prestigi 2016

La liste complète des gagnants

Sélections Mondiales des Vins Canada publiera, au cours des premiers jours de décembre 2020, la liste complète de tous les vins gagnants incluant les prix de jury par pays, les grandes médailles d’or, les médailles d’or et les médailles d’argent. Je vous communiquerai l’ensemble aussitôt qu’elle sera disponible.

Bonne dégustation!!

Être juge dans une compétition de vins internationale!! Le Concours Sélections Mondiales Des Vins Canada

J’ai eu l’honneur d’être invité en tant que juge pour la 27e édition du Concours Sélections Mondiales des vins Canada qui s’est tenu à Québec du 18 au 22 novembre 2020. Ce concours est reconnu comme le plus grand concours vinicole international en Amérique du Nord et fait partie des grands concours de vins du monde.

Il est organisé sous l’égide de l’Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV) et de la Fédération mondiale des Grands concours internationaux de vins et spiritueux (VINOFED), deux organismes qui encadrent les règles de conduite des grands concours internationaux de vins.

C’est Réal Wolfe, personne bien connue du monde du vin qui m’a invité à ce concours et je l’en remercie. Il a fait l’acquisition l’année dernière de ce concours qu’il avait mis sur pied en 1990 alors qu’il travaillait à la SAQ en communications et dont il était Secrétaire général. Il faut savoir que dans le processus d’acquisition il s’est associé avec la compagnie Enopassión SL Limited Company d’Espagne afin d’en assurer le succès.

Je ferai paraître sous peu une entrevue que j’ai faite avec M. Wolfe. C’est une entrevue fort intéressante qui vous permettra de rencontrer un visionnaire animé d’une passion peu commune!

Le concours

Le concours avait lieu à Québec en pleine pandémie la semaine dernière de jeudi à dimanche. Les consignes de sécurité étaient absolument strictes car il n’était pas question que quiconque ne propage ce virus ou n’en soit infecté. Non seulement le port du masque était obligatoire partout, mais les règles de distanciation étaient respectées à la lettre.

Tous les repas se prenaient seul dans notre chambre avec des boîtes à lunch pour le déjeuner et le lunch. On se faisait livrer de la bouffe le soir. Le concours a été reporté à quelques reprises avec tous ces bouleversements puis avec l’assentiment de la Santé Publique du protocole proposé au début novembre, le concours a reçu son aval.

On parle de 2160 vins inscrits , provenant de 33 pays, qui ont pris part à cette édition 2020 dont 1 221 vins rouges, 750 vins blancs, 124 vins rosés et 65 vins « autres » (sous voile, de liqueur, naturellement doux, orange). Le nombre de vins a connu une forte augmentation par rapport aux années passées ce qui témoigne des efforts de la  »nouvelle administration ».

Les juges et les dégustations

Un jury de 60 personnes provenant de l’ensemble de la filière vin du Canada (œnologues, sommeliers, agences d’importation, professeurs etc.) a effectué la dégustation sur 144 séances de dégustation étalées sur quatre jours.

Ces 60 juges étaient subdivisés en groupes de 5 personnes qui dégustaient les vins. Chaque groupe de 5 était assis à une table en forme de U avec le respect total de distanciation. Pour chacun des 4 jours nous avions 3 séries de dégustations avec approximativement de 15 à 20 vins dans chaque série. Ces vins étaient dégustés à l’aveugle. La seule chose qu’on savait c’était la couleur du vin, son millésime et la catégorie à laquelle appartenait ce vin.

Mon groupe de 5 juges représentant le Canada, la France, la Belgique et l’Argentine. Les juges internationaux avaient la double nationalité. Donc pas de voyages…Covid oblige!

Entre chaque séance de dégustation nous avions une pause de 20 minutes. Mon groupe de 5 personnes a dégusté des vins catégories suivantes : Vins rouges tranquilles, culture classique, Vins rouges tranquilles, culture biologique, biodynamique et nature, Vins blancs tranquilles, culture classique, Vins de cépage aromatiques tranquilles, culture classique, Vins rosés mousseux, culture classique, Vins blancs tranquilles, culture lutte raisonnée.

Parce qu’il y avait 2,160 vins à déguster, chaque groupe n’a pas dégusté les mêmes vins. Notre groupe de 5 personnes a dégusté un total de 180 vins comme les autres 11 équipes pour un total de 2,160 vins.

Le service des vins, tous servis à la température idéale, était effectué par une brigade de 10 sommeliers serveurs. Les vins étaient servis selon un rangement déterminé à l’avance par la direction technique du concours.

L’évaluation des vins

Afin de nous aider à évaluer chaque vin, des fiches techniques étaient mises à notre disposition. Ces fiches variaient selon la classification des vins. Celle d’un vin mousseux n’était pas exactement pareille à celle d’un vin rouge tranquille. Libre à chacun d’utiliser en tout ou en partie cette fiche d’évaluation.

L’important c’était de bien noter chaque vin et de bien signer la fiche individuelle de chaque vin. Était testée durant le concours une fiche technique à partir d’un ipad pour évaluer chaque vin. On verra si cette application sera utilisée dans les itérations ultérieures du concours.

Fiche technique

À partir de la moyenne des scores des 5 membres du groupe, on déterminait si un vin se méritait une médaille d’argent (de 85 à moins de 89 points), une médaille d’or (de 89 à moins 92 points) ou une Grande médaille d’or (de 92 à 100 points).

Évidemment les goûts de chaque personne varient. Il était fascinant de voir les variations de scores entre individus et les raisons qui motivaient ces scores. En général, ces scores étaient assez homogènes. Mais comme dans chaque groupe, il nous est arrivé d’avoir 4 personnes qui avaient tous soit un score élevé ou bas et qu’un individu dans le groupe avait un score opposé à celui du groupe. Cette personne avait à justifier son score et avait la possibilité de réviser son score pour soit se rallier au groupe ou non. Bel exercice d’évaluation.

Mes impressions

Quant à moi, en plus de cette fiche, je me suis basé sur mes impressions de l’équilibre entre les arômes perçus au nez et les saveurs perçues en bouche, est-ce que le nez va d’un côté et la bouche de l’autre? Y a-t-il une harmonie générale entre les diverses composantes du vin? Une fois le vin goûté, j’y regoûtais une deuxième fois pour une impression générale. Et aussi en me disant que si je servais ce vin à des ami, est-ce qu’ils l’aimeraient? Quelles seraient leurs impressions? J’ai aussi trouvé durant ce concours, on avait le temps de se faire une bonne impression du vin avant que l’autre vin arrive.

Personnellement j’ai trouvé que c’était un exercice de concentration essentiel. Je me suis aperçu qu’après 35 vins il fallait que je fasse attention et que je redouble d’effort pour maintenir ma concentration.

Lors de dégustation de vins rouges et blancs tranquilles de culture classique j’ai noté une plus grande homogénéité de scores entre les juges de mon groupe.

Mais lors de la dégustation de vins rouges et blancs en bio, biodynamie et nature, les scores variaient selon qu’on aime ou pas certains vins surtout les ‘’nature’’ qui peuvent présenter quelques variations et/ou déviances gustatives en raison de leur faible niveau de sulfites. Certaine aiment, d’autres pas et ça peut se réfléter sur les notes.

Les gagnants

Évidemment les producteurs qui participent le font dans l’espoir de remporter une médaille qu’ils pourront utiliser dans leurs efforts de communication et de commercialisation. Ces gagnants seront connus dans la première semaine de décembre !!

Et maintenant que j’ai fait partie de ce concours, je peux vous dire que ces médailles ont vraiment une signification importante. Ces vins qui auront gagné étaient tous présentés à l’aveugle et n’avaient que leur goût et leur qualité intrinsèque pour se distinguer des autres. Ce n’est pas la beauté de leur étiquette ou le nom de leur vin qui a pu faire une différence.

Finalement, j’ai beaucoup apprécié cette expérience humaine et faire partie de ce groupe de professionnels du vin qui ont mis leur expertise à déterminer les gagnants de ce concours. Bravo aux organisateurs et aux bénévoles qui ont su en faire un succès en une période si difficile!

Le nouveau Guide de vins Lapeyrie – Bons vins, conseils & anecdotes!

Guide Lapeyrie 2020 – Xe édition

Le guide se présente sous un tout nouveau format et propose, en plus des notes de dégustation, des anecdotes savoureuses, des conseils, des histoires et quelques péripéties.

Comme toujours il suggère une sélection des meilleures cuvées sans aucune publicité. Tous les vins sont accompagnés d’une fiche descriptive comportant une photo de la bouteille, un accords mets-vin, une température de service etc etc. Donc beaucoup d’info pour aider l’amateur de vin à optimizer son expérience de dégustation. Un incontournable!

Bons vins, conseils et anecdotes est en vente partout en kiosque au prix de $29.95 (267 pages).

Alors bravo à Philippe pour ce très bel ouvrage.

Fiche technique – Lapeyrie 2020 – Xe édition

Page 1 of 9

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén