Du Liban, le Massaya blanc 2020.

Massaya, Liban, Vallée de la Béqaa, vin blanc, 2020 bouteille
Massaya, Liban, Vallée de la Béqaa, vin blanc, 2020

Massaya, Liban, Vallée de la Béqaa, vin blanc, 2020, 20,50$, cépages : Sauvignon blanc 70 %, Obeidi 30 %, sucre : moins de 1.2 g/l, alc. : 13%, code SAQ : 13925002.

Ce vin du Liban est élaboré avec un assemblage de Sauvignon blanc et d’Obeidi un cépage autochtone libanais qui est surtout utilisé pour l’arak un breuvage alcoolisé à saveur d’anis. Il ajoute de belles notes florales à l’assemblage.

Ce vin a été conçu dans les chais de la maison à Faqra. Suite à des vendanges manuelles en cageots on procède à un pressurage direct en pressoir pneumatique puis au débourbage statique et à la fermentation en foudres de 30 hectolitres et demi-muids. Puis c’est l’élevage sur lie durant 8 mois environ, en foudres et demi-muids. Mise en bouteilles après 8 mois.

Fait à noter les raisins poussent à une altitude allant de 1 200 à 1 600 mètres ce qui est particulièrement élevé mais permet d’aller de belles maturités tout en apportant beaucoup de fraîcheur.

Carte viticole Liban
Carte viticole Liban

Notes de dégustation

Peu aromatique au nez il présente des arômes de poires, de notes florales, d’amandes ainsi qu’un soupçon d’agrumes et de cailloux mouillés qui se prolongent de façon équilibrée en bouche.

Belle texture veloutée soulignée par une acidité plutôt équilibrée. On perçoit des jolies notes d’amandes, florales et fruitées qui s’épanouissent en une amplitude quelque peu retenue ainsi qu’une belle sensation de minéralité.

Vous ferez de beaux accords avec des viandes blanches, poissons ou en apéritif.

Agence Sélections Oeno – échantillon

Massaya

Massaya: chai et vignobles
Massaya: chai et vignobles

L’histoire de Massaya commence au cœur de la vallée de la Béqaa à Tanaïl, où, au début des années 1970, Michel Ghosn a acheté un domaine à la campagne où sa famille pouvait passer du bon temps les fins de semaines.

Puis en 1975 éclate la guerre civile qui va ravager le pays et ils doivent quitter le domaine à la hâte pour ne revenir qu’en 1990.

C’est ici en 1992 que Sami et Ramzi Ghosn ont récupéré le domaine familial alors en ruines, occupé par des squatteurs et les vignes abandonnées. De ces cendres ils ont créé Massaya : un vignoble et une distillerie traditionnelle.

Après avoir produit un arak qui fait leur renommée ce n’est qu’en 1998, avec l’aide de partenaires et conseillers Dominique Hebrard de Bordeaux et la famille Brunier de Châteauneuf-du-Pape ils élaborent leur premier vin. Et maintenant l’histoire de Massaya est intimement liée au renouveau du vin au Liban avec 45 vignobles alors qu’en qu’en 1998 il n’y en avait que 4.

Et ça n’a pas été facile car il faut savoir que les conditions arides du Liban ainsi que l’absence d’homogénéité au niveau des terroirs implique qu’il faut savoir sélectionner les meilleurs endroits comme dans la partie nord de la vallée de la Béqaa. On s’est aperçu que pour optimiser les résultats, il fallait planter à plus de 1,100 m ce qui n’est pas une mince affaire.

Puis en juillet 2014, les frères Ghosn fêtent le lancement de leur nouvelle cave située à Faqra, en altitude, et qui leur permet de cultiver des raisins blancs en hauteur et de faire vieillir les vins rouges à des températures plus fraîches que dans la Vallée de la Beqaa. L’ambition de Sami Ghosn a porté ses fruits et le Domaine Massaya, très réputé au Liban, a aujourd’hui acquis une renommée internationale.

Massaya veut dire ‘’Crépuscule’’ en libanais.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

juin 2024
L M M J V S D
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930