Catégorie : $40.00 et plus Page 1 of 8

Un nectar à essayer absolument! Le vin jaune de l’appellation Château Chalon.

Château-Chalon, Marcel Cabelier, vin jaune, France, Jura, 2008

Château-Chalon, Marcel Cabelier, vin jaune, France, Jura, 2008, 62cl, 47,75$, cépage : Savagnin 100%, sucre : 2.1 g/l, alc. : 14.5%, code SAQ : 10884778.

Vins rouges, vins blancs, vins rosés…bon ça va jusqu’à date?  Vin orange? Ah ça c’est nouveau! Vin jaune…hein? Ça existe? Eh oui et c’est absolument incroyable! Mais qu’est-ce que c’est?

C’est un vin blanc au départ, qui est élaboré dans le Jura (Arbois, l’Étoile Côtes du Jura), plus particulièrement à Château Chalon, à partir du cépage Savagnin. Il faut savoir que Château Chalon est la seule AOC qui ne produit du du vin jaune.

Ce qui est particulier à ce vin c’est qu’au fil des 6 ans et 3 mois que vieillit ce vin (un vrai vin de patience) il entre en contact avec l’oxygène et de ce fait devient oxydé et change de couleur pour devenir un beau jaune doré. L’oxydation qui s’ensuit est contrôlée par un voile qui se forme sur le dessus du vin et qui le protège. On parle donc d’un vin de voile.

Pourquoi cette oxydation? Parce qu’à mesure que le vin s’évapore (la part des anges) le vin diminue de volume et permet donc un contact plus important avec l’oxygène. Dans le cas des vins blancs ‘’réguliers’’ on évite ce processus en ouillant le vin, c’est-à-dire que de temps à autre on ajoute du vin pour limiter ce contact avec l’oxygène.

Autre fait inusité, on embouteille ce vin dans un clavelin qui est une bouteille de 62cl et non pas 75cl pour une bouteille régulière. Parce ce que c’est la quantité qui reste suite à l’évaporation du vin durant ces années.

Ça donne quoi?

Ça donne un goût qu’on apprécie avec le temps, un goût qu’on acquiert. Quand on goûte pour la première fois, ça ne fait pas l’unanimité. On aime ou n’aime pas. Quant à moi j’adore!! Surtout avec un fromage Comté. Absolument délicieux.

Alors, ce vin a développé au nez de belles notes persistantes de noix, de fruits secs, d’épices douces, de sous-bois et de notes florales. En bouche, le vin est bien sec et dégage beaucoup de fraîcheur. Les flaveurs de noix, de fruits secs, de vanille ainsi qu’une minéralité ciselée persistent dans une longueur vraiment incroyable.

Mais on ne le sert pas comme on veut! Il y a un protocole à suivre! En effet, ‘’le flacon doit être ouvert un jour à l’avance et doit être servi chambré’’ et non pas frais ou froid.

Vous ferez de beaux accords avec un morceau de vieux comté, un plat à base de morilles, une volaille de Bresse, du foie gras et des mets épicés.

Agence Sélections Fréchette – échantillon

Le Jura

Le vignoble jurassien composé de 2,000 ha est situé tout juste à l’est de la Bourgogne et s’étire sur 80 kilomètres de long par 6km de large le long du Revermont. En 1936, les vins du Jura obtenaient la première Appellation d’Origine Contrôlée historique française à Arbois. Depuis, six autres AOC sont venues s’y ajouter.

Aujourd’hui, quatre AOC géographiques et trois AOC « produits » distinguent les vins du Jura soient :

Les AOC : AOC Arbois, AOC Château-Chalon, AOC L’Étoile et AOC Côtes du Jura

Les ‘’produits’’ : AOC MacVin du Jura, AOC Crémant du Jura et AOC Marc du Jura

Sources : https://www.jura-vins.com/medias/nos-vins/3-guide-vins-jura/VDJ-guide2015new-V2-Francais.pdf, Comité Interprofessionnel des vins du Jura, www.vin-de-paille.com

 Maison du Vigneron

Cette coopérative qui a vu le jour en 1986 est l’un des plus importants producteurs de vins et Crémants du Jura. Environ 100 vignerons/partenaires en font partie et assurent la viticulture sur environ 130 ha. Maison du Vigneron est aussi propriétaire du Domaine de Savagny lequel possède 45ha de vignes.

Les vins et produits élaborés couvrent l’ensemble des AOC et des produits. Ils sont aussi spécialistes en vin Jaune et en Vin de Paille. Marcel Cabelier est une des marques de Maison du Vigneron.

Les vins du Clos Jordanne. Un chef-d’œuvre signé Thomas Bachelder!

Bouteilles de Vins Le Clos Jordanne, Le Grand Clos, rouge et blanc avec vignobles en arrière-plan
Vins Le Clos Jordanne, Le Grand Clos

Le Clos Jordanne a vu le jour en 2000 grâce à un partenariat entre Vincor et la maison Bosset. Le domaine qui se trouve sur l’escarpement de la péninsule du Niagara, était sous la gouverne de Thomas Bachelder vigneron et ‘’winemaker’’ extraordinaire. Ce vin mythique, encensé par tous les critiques de vins a été produit jusqu’au millésime 2012 et il a fallu attendre jusqu’en 2017 pour retrouver ce vin. On disait l’année dernière que tout comme le Phoenix, il venait de ‘’renaître de ses cendres’’.

Photo de Thomas Bachelder
Thomas Bachelder

C’est toujours Thomas Bachelder qui est le maître d’œuvre de ce vin magique. Depuis lors, Vincor a été absorbé par Constellation qui par la suite a créé Arterra. Thomas Bachelder, originaire de Montréal, élabore des vins de style bourguignon en Bourgogne, dans la région de Niagara, dans l’Oregon ainsi qu’au Chili.

J’ai eu le bonheur de visiter sa maison il y a environ 5 ans avec les étudiants en sommellerie de l’École Hôtelière des Laurentides à Ste-Adèle ou nous avons procédé à un exercice d’assemblage de ses diverses cuvées personnelles. Quel plaisir!

Le vignoble du Domaine Le Clos Jordanne

Le vignoble du domaine Le Clos Jordanne est situé sur la meilleure parcelle du Jordan Bench, sur un plateau naturel à proximité du versant de l’escarpement. D’une superficie de 10,45 hectares, il bénéficie de sols calcaires légers créés par l’ancien bouclier de glace aux riches sédiments et produit les expressions les plus complètes du terroir.

Carte vinicole Niagara Peninsula
Carte vinicole Niagara Peninsula

Planté à la fois de chardonnay et de pinot noir entre 2000 et 2001, il est entouré sur trois côtés par des espaces naturels de forêt, de bois et d’un étang protégé de l’environnement qui ont été laissés dans leur état naturel.

Vignoble Domaine du Clos Jordanne
Vignoble Domaine du Clos Jordanne

Semblable au niveau Grand Cru en Bourgogne, ce vignoble produit un  »Grand Cru » de Niagara et de ce fait exprime pleinement le terroir de Jordan Bench. Le «Le Grand Clos» se compose des 3 parcelles de le long du côté ouest du vignoble du Clos Jordanne, dont deux de Pinot noir et une de Chardonnay.

 Vignoble Domaine du Clos Jordanne
Vignoble Domaine du Clos Jordanne

Le vignoble est cultivé de façon durable afin de préserver l’équilibre naturel des vignes et de respecter le terroir. On traite chaque lot individuellement en fonction de son terroir et tout le travail de la vigne, de la taille aux vendanges, est effectué à la main.

En matière de gestion des sols, l’objectif est d’entretenir et de maintenir un niveau naturel de vie microbiologique. On cultive un rang sur deux et on laisse une couverture végétale dans les rangs suivants, ce qui crée une concurrence dans le système racinaire et permet à la terre végétale de rester meuble et bien aérée.

Vignoble Clos Jordanne
Vignoble Clos Jordanne

Le Clos Jordanne, Le Grand Clos, Chardonnay, Ontario, Niagara, Vins Arterra, 2018 , $45.50, alc. : 13%, code SAQ : 14222851.

Bouteille de Le Clos Jordanne, Le Grand Clos, Chardonnay, Ontario, Niagara, Vins Arterra, 2018 avec vignoble en arrière-plan
Le Clos Jordanne, Le Grand Clos, Chardonnay, Ontario, Niagara, Vins Arterra, 2018

Les fruits ont été récoltés, comme toujours, entièrement dans la partie ouest du vignoble Le Clos Jordanne. Puis on procède à la fermentation en utilisant des levures indigènes. Afin de préserver le profil aromatique de chaque terroir, le pourcentage de chêne neuf ne dépasse pas 20 %, les autres fûts étant âgés d’un à quatre ans.

Après seize mois de vieillissement, on soutire les vins des fûts et on les laisse reposer en cuve pendant environ un mois pour obtenir une meilleure homogénéisation et un bouquet élégant. On filtre les vins juste avant la mise en bouteille et après quoi, on les laisse vieillir environ huit mois pour laisser le bouquet aromatique des vins et la sensation en bouche se développer davantage en bouteille.

C’est un vin délicat et élégant, avec un caractère noble qui ne peut être décrit par de simples fruits, quoi que « parfum de fleurs blanches et notes de fruits blancs à noyau » soit la meilleure description possible actuellement pour un vin encore si jeune.

Notes de dégustation

Ce vin se révèle sur des arômes assez intenses de fruits très frais et purs tels la pêche, l’abricot, des notes de vanille, de beurre, de brioche ainsi qu’un soupçon d’agrumes. La bouche est d’un fruité éclatant et d’une fraîcheur incomparable qui se conjuguent en toute harmonie avec une belle perception de minéralité.

La texture onctueuse et légèrement grasse créé un beau contraste avec l’acidité bien fraîche. C’est riche, opulent tout en étant soyeux et savoureux. Et quelle longueur incroyable!

Vous ferez de beaux accords avec plats de poulet et de viandes blanches.

Le Clos Jordanne, Le Grand Clos, Pinot Noir, Ontario, Niagara, Vins Arterra, 2018, $45.50, alc. : 12.5%, code SAQ : 14222886.

Bouteille de Le Clos Jordanne, Le Grand Clos, Pinot Noir, Ontario, Niagara, Vins Arterra, 2018 avec vignoble en arrière-plan
Le Clos Jordanne, Le Grand Clos, Pinot Noir, Ontario, Niagara, Vins Arterra, 2018

Le vin fermente avec des levures indigènes naturelles du vignoble qui donnent des vins plus complets, texturés et complexes. Après la fermentation, lorsque le vin est sec, on laisse le vin jeune sur les peaux de plusieurs jours à une semaine pour extraire pleinement tous les arômes, la finesse et la complexité possibles des peaux des raisins.

Puis il est vieilli dans des fûts de chêne français sélectionnés (dont environ le tiers sont neufs) pendant seize à vingt mois (selon les besoins de la cuvée ou du millésime). La longue période de vieillissement en fût contribue à intégrer l’acidité vive de ce millésime plus frais. Puis il poursuivra son vieillissement en bouteille de six à huit mois avant sa sortie, au cours desquels il développera son parfum, son bouquet aromatique et sa sensation en bouche.

Notes de dégustation

Quelle maîtrise Thomas Bachelder possède des vins de terroir nordique. Il réussit à créer un Pinot Noir d’une élégance et d’une très belle finesse. Comme il se plaît à le dire ce sont des vins ‘’transatlantiques’’ qui vont chercher toute son expérience de la Bourgogne alliée au terroir de Jordan Bench.

Ce très beau Pinot Noir se laisse découvrir sur des effluves de griottes, de canneberges, d’épices douces, de notes florales ainsi qu’un soupçon de notes boisées très bien intégrées. La bouche est d’une belle fraîcheur et d’une texture veloutée qui laisse s’exprimer des flaveurs de griottes, de cerises, un soupçon de fruits noirs ainsi que d’épices douces.

L’ensemble est supporté par des tannins équilibrés et fondus qui expriment bien son élégance. La finale bien fruitée est croquante, juteuse, complexe et concentrée.

Vous ferez de beaux accords avec un magret de canard, du foie de veau, un coq au vin ou un saumon au pesto.

Note: Le millésime 2017 est présentement disponible à la SAQ pour ces deux vins. Le millésime 2018 arrivera en succursale en 2021. Je vous tiendrai au courant.

Agence Arterra – échantillons

Les vins du Château de Rouillac. Du grand art de Pessac-Léognan!

Hier avait lieu, Covid oblige, une dégustation virtuelle avec master class des vins de Château de Rouillac à l’École Hôtellière des Laurentides (mon alma mater) en compagnie de M.Laurent Cisneros, vigneron et propriétaire de Château de Rouillac à Pessac-Léognan, M. Jean Beaudin, professeur de sommellerie et M. Benoît Lecavalier de l’agence Benedictus.

Nous avons eu le plaisir de nous entretenir avec M. Cisneros qui en plus d’être vigneron, est aussi vice-président responsable promotion de l’appellation Pessac-Léognan.

Classe de sommellerie – École Hôtelière des Laurentides à Ste-Adèle

Château de Rouillac

Domaine historique et très ancienne terre noble le Château de Rouillac situé dans l’appellation Pessac-Léognan est une vaste propriété de 36 hectares (dont 26 sont plantées de vignes d’un seul tenant) qui retrace l’histoire familiale de chacun des propriétaires qui se sont succédé.

Le plus illustre fut certainement Le Baron Haussmann qui acquiert le domaine en 1864 et en fait sa retraite favorite. Les siècles s’écoulent, les propriétaires se succèdent et ce n’est qu’en 2009 que Laurent Cisneros croise la propriété. Il tombe sous le charme de ce domaine et décide d’unir son destin et celui de sa famille à Rouillac.

Château de Rouillac

Situé au sud de l’agglomération de Bordeaux et dans la partie ouest de l’Appellation Pessac-Léognan, le domaine de 36 hectares présente le rare avantage d’être d’un seul tenant, se partageant aujourd’hui entre 23 hectares de rouge et 3 hectares de blanc.

Il est implanté sur un exceptionnel sol de graves du tertiaire, mélange de galets roulés et de graviers, traces providentielles de la Garonne. Le climat tempéré est influencé par la proximité de la Garonne et de l’océan, avec une douceur et une hygrométrie régulière particulièrement favorable à la vigne.

Carte vinicole

Laurent Cisneros supporté par Jean-Christophe, directeur technique, décide d’engager la conversion de l’ensemble du vignoble en Agriculture Raisonnée pour ultimement, au fil de bien des efforts, obtenir la certification Haute Valeur Environnementale 3 la plus élevée en France. Ceci implique entre autres, aucun herbicide, ni insecticide, labours avec des chevaux sur une grande partie du vignoble et suivi serré de la biodiversité dans le domaine.

Laurent Cisneros (source: essentiellevino.be)

Quant à la vinification, des foudres en bois et cuves en inox thermo-régulées sont rassemblées dans les deux cuviers de la propriété pour des vinifications contrôlées avec une durée de cuvaison d’environ 22 à 25 jours selon les millésimes.  Du matériel de dernière génération, des équipements performants adaptés assurent des vinifications et des extractions d’une grande précision.

L’œnologue conseil n’est nul autre qu’Éric Boissenot qui conseille déjà Lafitte Rotshchild, Latour, Margaux… En accord avec la philosophie de Laurent Cisneros et de son équipe, il travaille avec une grande précision la finesse et concentre la qualité des tanins avec une recherche constante du juste équilibre qui mène vers une excellence à la hauteur de son talent.

Eric Boissenot (source: magzter.com)

Notes de dégustation

Château de Rouillac, Pessac-Léognan, 2018, vin blanc, $60.25, cépages : Sauvignon blanc 90%, Sauvignon gris 10%, code SAQ : 13761781.

Il faut savoir que les grands vins de Bordeaux se retrouvent surtout à Pessac-Léognan. Il ne se fait qu’environ 4,000 bouteilles de ce vin et le Québec est choyé de se compter parmi les quelques marchés au monde qui y ont accès. De plus, le millésime 2018 est une très belle année.

Ce vin se révèle sur des arômes d’agrumes, de pêches blanches, de notes florales (acacia) avec en filigrane quelques notes herbacées. La bouche est d’une texture grasse caractéristique des blancs de la maison avec une belle rondeur. Beaucoup de fraîcheur avec une acidité assez présente et une belle sensation de minéralité. Et quelle longueur…Absolument délicieux et véritable coup de cœur!

Avec un excellent fromage de haute qualité, fruits de mers en sauce, homard.

Château de Rouillac, Le Dada de Rouillac, Pessac-Léognan, vin rouge, 2018, $35.75, cépages : Merlot 68%, Cabernet-Sauvignon 32%, sucre : 1.2 g/l, alc. :13%, code SAQ : 13479305.

Ce vin et son étiquette intègrent la passion des chevaux et la passion du vin. Il est élaboré de façon à en assurer son aspect ‘’gourmandise’’ et d’être plaisant à boire.

Au nez il dégage des effluves de fruits rouges bien mûrs, d’épices comme le girofle et la cannelle ainsi que des notes boisées bien intégrées. La bouche est d’une texture bien veloutée, l’acidité est équilibrée et les tannins presque charpentés et tissés bien serré. Belle fraîcheur et très belle longueur en bouche. C’est juteux, goûteux; en plein le genre de vin dont un verre en appelle un autre. Vous serez surpris de la rapidité avec laquelle vous sortirez une deuxième bouteille!

Vous ferez de beaux accords avec une caille aux canneberges.

Château de Rouillac, Pessac-Léognan, 2015, $55.00, cépages : Cabernet-Sauvignon 57%, Merlot 43%, sucre : moins de 1.2 g/l, alc. : 13.5%, code SAQ : 12224669.

L’étiquette de ce vin représente une rose des vents qui pendant de longues années a permi aux marins de trouver leur chemin. ‘’Il y a quelques années, j’ai pris un virage de 180 degrés et ma boussole intérieure m’a amené chez Rouillac. Cette étiquette possède une symbolique très forte (Laurent Cisneros)’’.

On parle ici tout comme le blanc, d’un grand vin élaboré de concert avec Éric Boissenot célèbre œnologue conseil.

Ce vin se révèle sur des notes d’une belle profondeur de fruits rouges bien mûrs (cerises noires), de moka, d’une légère torréfaction, de violette, de cannelle ainsi qu’un léger début d’évolution avec des notes de tabac et de cuir.

La bouche est suave, ronde, élégante avec des tannins charpentés et tissés bien serré. Les flaveurs perçues au nez se retrouvent en bouche dans un bel équilibre avec une sensation de volume et d’amplitude qui demeure élégante. Légère salinité en fin de bouche qui lui apporte beaucoup de sapidité. Du grand art!!

Vous ferez de beaux accords avec un confit de canard et une entrecôte bordelaise.

Visite de la maison E.Guigal, Côte du Rhône nord.

Vignoble E. Guigal

J’ai eu le plaisir de rencontrer Philippe et Ève Guigal fin 2018 lors d’une dégustation de leurs cuvées mythiques telles La Landonne, La Turque, La Mouline, Ex Voto Ermitage, La Doriane et bien d’autres.

Philippe Guigal

L’année suivante, lors d’un voyage vinicole de 4 semaines en France et en Italie au début 2019 avec mon comparse Luc Marier, j’ai profité de l’occasion pour aller visiter la maison Guigal à Ampuis. Malheureusement Philippe n’était pas disponible car à la dernière minute il a dû s’absenter pour une rencontre à Château Nalys leur nouvelle acquisition à Châteauneuf-du-Pape.

Nous avons donc quitté Lyons pour Ampuis et au bout d’une trentaine de minutes nous étions déjà rendus chez Guigal. À notre arrivée nous avons rencontré notre hôte Jacques Desvernois, ingénieur agronome responsable des opérations chez Guigal.

Gauche Jacques Desvernois, Mme Guigal mère, Claude Lalonde (Vinformateur)

Nous avons passé au moins 3 heures à visiter les vignobles très pentus de la Côte Brune et de la Côte Blonde situés presque de part et d’autre de la fameuse enseigne Guigal, à visiter la cave ou on vinifie tous les vins de Guigal de Côte-du-Rhône nord et enfin nous avons dégusté 17 vins dont les cuvées les plus mythiques de la maison. Quelle visite!!

Vignobles E. Guigal

Un peu d’histoire

Notre visite des vignobles a commencé par la Pommière la première parcelle dont Étienne Guigal a fait l’acquisition lorsqu’il a quitté Vidal Fleury. En fait il est arrivé à Ampuis vers l’âge de 14 ans et travaillait dans les vignes de la maison Vidal Fleury.

Au fil des années il a travaillé dans la vigne puis dans la cave et enfin est pratiquement devenu le directeur de la maison. Il a finalement décidé de prendre son indépendance en 1946 l’année ou il a fondé sa propre maison qui est maintenant Guigal suite à l’acquisition de parcelles de 10 ha de son ex-employeur.

En 1961 c’est Marcel qui prendra la relève et donnera ses lettres de noblesse aux terroirs de la Brune et de la Blonde et par la suite Philippe Guigal se joindra à l’entreprise familiale.

‘’Nous sommes négociants vinificateurs ou on achète des raisins à des vignerons voisins et nous sommes négociants éleveurs ou on achète du vin en vrac à des producteurs de Côte du Rhône. Il y a plus 200 vignerons qui travaillent pour la maison. Chaque année on va chez eux , on déguste les cuves , on choisit celles qui nous intéressent et on la ramène chez nous pour faire notre système d’élevage et d’assemblage. Et évidemment nous produisons des vins à partir de nos propres parcelles. Donc nous faisons les 3 métiers.’’

Vignobles E. Guigal

Le vignoble de Côte-Rôtie s’étend sur pas moins de 230 hectares avec entre autres La Côte Brune et la Côte Blonde.  Le domaine Guigal est propriétaire à Condrieu et à Côte-Rôtie sur des parcelles illustres donnant entre autres la Doriane à Condrieu avec son célèbre Viognier, les célèbres crus de la Côte-Rôtie la Mouline, la Turque, la Landonne avec ses pentes de près de 45 degréset de 60 degrés  et le Côte-Rôtie Château d’Ampuis.

Sur la colline de l’Hermitage, les Ex-Voto blancs et rouges, produits exclusivement dans les grands millésimes sont issus de parcelles telles Bessards, Hermite, Greffieux, Murets….Puis sur la rive droite du Rhône trônent les propriétés de l’appellation Saint-Joseph issues de l’ancien domaine de Jean-Louis Grippat.

La maison Guigal vinifie et élève dans ses caves à Ampuis les appellations septentrionales de la Vallée du Rhône (Côte-Rôtie, Condrieu, Hermitage, Saint-Joseph et Crozes-Hermitage). L’élevage des grandes appellations méridionales (Châteauneuf-du-Pape, Gigondas, Tavel et Côtes-du-Rhône) est aussi fait dans les caves d’Ampuis.

La famille Guigal a fait l’acquisition en 2017 du Domaine de Nalys lequel jouit d’une situation exceptionnelle au cœur de l’appellation Châteauneuf-du-Pape. Comme le dit Philippe Guigal : ‘’ Cet investissement, mon grand-père en avait toujours rêvé. Mon père et moi aussi. Mais les opportunités étaient rares, nous n’avions jusqu’à présent vu passer que de petites offres qui ne correspondaient pas à ce que nous voulions faire’’.

Trois parcelles sur 53 hectares (d’un seul bloc qui se touche ce qui est rare dans l’appellation) encerclent le Château, la première lui a donné son nom’ ‘’Nalys’’, les deux autres sont situées sur deux terroirs majeurs de l’appellation : ‘’Le Bois Sénéchal’’ (13 hectares) et ‘’La Crau’’ (20 hectares). Chacun de ces trois terroirs supporte la totalité des 13 cépages de l’appellation ce qui porte à 39 les expressions potentielles à intégrer.

Château de Nalys

Visite des vignes

Le paysage est époustouflant avec ces vignes si pentues et en terrasses berceaux de ces vins devenus mythiques avec le temps. La vue imprenable du haut de la Côte-Rôtie vaut le déplacement ce Rhône qui méandre avec lassitude à travers toutes ces vignes. Avec Condrieu, c’est le pays de la Syrah, du Viognier et du soleil. On ne l’appelle pas Côte-Rôtie pour rien!

D’en bas, derrière le panneau Guigal on voit La Mouline, puis la vigne qui est au-dessus est appelée la Garde (Château de la Garde) Château historique d’Ampuis. Aujourd’hui le château est tout en bas tout près du Rhône car il a été déplacé au XII siècle. Ce Château, la famille Guigal l’a repris en 1995 et sont devenus les 3e propriétaires de ce Château. Il y a eu énormément de restauration avec 11 années de travail. C’est maintenant la maison familiale de Philippe et son épouse Ève. On y fait aussi des événements tels des dégustations.

Alors il y a la Côte Blonde qui est en fait le lieux-dit Côte Blonde avec la Mouline qui est un des plus important. C’est la plus vieille vigne de la maison et de l’appellation avec plus d’une centaine d’année. Elle a une forme un peu particulière comme un amphithéâtre avec beaucoup de petites terrasses. Elle fait un hectare seulement ce qui est surprenant. La caractéristique de la Côte Blonde ce sont ses sols de gneiss qui ont une couleur un peu blanche et aussi un peu de dépôts calcaire qu’on n’a pas sur la Côte Brune. Les vins issus de ces sols sont toujours très tendres, délicats et très fins. Beaucoup plus doux que les vins de la Côte Brune sur lesquels on retrouve des sols de schiste avec beaucoup d’oxyde de fer qui donnent des vins avec des tannins assez serrés et plus de force et de densité.

De plus on retrouve beaucoup plus de vieilles vignes sur la Blonde. La plus jeune vigne sur la Brune c’est la Turque qui a été plantée en 1980 avec un 1er millésime en 1985. On y plante à environ 10,000 pieds par ha ce qui est très dense. On plante toujours un mètre par un mètre. La Mouline en a un peu moins car elle a beaucoup de terrasses. Les rendements sont approximativement 40he/ha ce qui est très bas.

Vignoble E. Guigal

On voit beaucoup de terrasses qui permettent de bien gérer l’érosion des sols. Il y a plus d’érosion sur la Côte Blonde que sur la Brune parce que les sols sont moins sensibles. Il faut beaucoup de travaux pour bien canaliser l’eau de pluie et l’évacuer complètement.

Le petit ruisseau partage la Côte Blonde à gauche de la Côte Brune à droite. En face de nous on a le vignoble de la Turque.

Une toute nouvelle parcelle qu’on appelle Fongeant (lieux-dit sur la Côte Brune) est en train de voir le jour et déjà on a en partie vendangé après 4 ans de travaux. C’est assez spectaculaire avec des murs assez profonds qui requièrent beaucoup de travail de maçonnerie. À cet endroit il y avait une forêt qui était orientée plein sud avec du soleil toute la journée. On y a arraché les bois et au fur à mesure on a planté les vignes. En commençant toujours par en haut. Ce qui a été récolté est assemblé avec la Brune et la Blonde. Chez Guigal, on verra avec le temps si on en fera une cuvée différente.

Parcelle Fongeant – Vignobles E. Guigal

Sur la partie nord autour d’Ampuis, la maison possède 75 ha avec principalement des Côte-Rôtie et des Condrieu. Il y a aussi pas mal de St-Joseph avec une dizaine d’hectares et en plus des Crozes-Hermitage et des Hermitage. La maison ne fait pas de Cornas ni de St-Peray. Château de Nalys à Châteauneuf-du-Pape c’est 60 ha qui se sont ajoutés dans les dernières années.

Les vignobles sont très pentus avec des pentes qui vont jusqu’à 60%. Un système de treuil permet les vendanges et le travail de la vigne est installé sur des camions tout au haut des parcelles. Grâce aux coteaux très pentus l’eau peut s’écouler. Le problème c’est quand on n’en a pas assez. L’été peut être très sec. N’oublions pas que ça s’appelle la Côte Rôtie et pas pour rien.

Camion treuil

Quant aux cépages une des particularités de la Côte Rôtie c’est l’utilisation du Viognier qu’on retrouve plus sur la Côte Blonde que sur la Côte Brune. Évidemment la cépage roi est la Syrah qui s’exprime de façon spectaculaire dans ces terroirs. La taille de la vigne est en gobelet avec une conduite en échalas qui est une taille courte qui donne 4 bras par pied de vigne.

Visite de la cave

Les vendanges

Les vendanges se font en général début septembre pour les vins blancs et mi-septembre pour les rouges et ça dure à peu près un mois. Il faut environ 10 jours pour faire les blancs et 3 semaines pour faire les rouges. Tout est vinifié au même endroit.

Avec toutes ces différentes parcelles, terroirs et expositions tout n’est pas mûr en même temps. Au fil des dégustations on procédera à un calendrier des vendanges. On trie à la vendange et à la réception de la cave façon manuelle. L’équipe de vendanges comprend une 50e de personnes et tout le monde est impliqué dans une sorte d’ambiance bien familiale. La mère de Philippe et son épouse Ève font même la bouffe pour les équipes de vendangeurs.

Réception des vendanges

Jacques Desvernois : ‘’Voilà l’endroit ou on passe le plus de temps pendant les vendanges. Dès que les vendanges ont commencé c’est avec M. Guigal père, Marcel, que nous procédons à la réception et au triage grâce au système que M. Guigal a développé.

Y participent aussi Philippe Guigal et le groupe d’œnologues. Dès qu’on ouvre le portail, la table de tri glisse à l’extérieur. Toute la vendange se faisant à la main, on vide les caisses de 50 kilos remplies de raisins sur la table de tri et la on enlève les feuilles, les partie de rafles, les raisins verts ou pourris et c’est M. Guigal père qui fait la première analyse pour vérifier les degrés et tout ça. Et c’est lui qui détermine la distribution de la vendange. C’est là qu’on va décider dans quelle cuve on va mettre quel raisin. Comment on procèdera au découpage des parcelles. C’est une première étape des plus qualitatives et on peut recevoir jusqu’à 50 tonnes de raisins par jour.‘’.

La vinification

Chez Guigal on utilise une cinquantaine de cuves pour s’harmoniser avec l’approche parcellaire. Celles-ci sont alimentés par des colonnes en inox situées au-dessus. On y travaille principalement les rouges car pour les blancs on a besoin des pressoirs pour récupérer les jus. On y fait des pigeages, des remontages et autres opérations.

Dans ces cuves on a souvent des ‘’pigeurs’’ mécaniques et automatiques avec des vérins qui viennent écraser la vendange. Pour les remontages on fait couler le jus dans des bassines et par ces colonnes on fait remonter le vin. La température dans les cuves est programmée afin d’optimiser la vinification. Les pressoirs pour les rouges sont sur des roulettes et sont amenés devant chaque cuve pour cette opération.

Pour les vins blancs c’est la même chose on fait des pressurages un peu particuliers à la maison parce que le Viognier est un cépage qui a une peau et une pellicule assez épaisse et il faut un pressurage qui doit être efficace mais pas brutal. C’est un pressurage qui peut prendre 8 heures.

Élevage

Souvent pour les vins blancs l’élevage durera une année. Il n’y a que l’Ermitage blanc qui est élevé 2 ans. Ce sont des vins qui ont plus de structure et de matière et aussi un potentiel de garde supérieur. Pour les Condrieu, parce qu’on vise la fraîcheur, on ne veut pas les écraser avec le bois, donc on les élève un maximum de 10 mois.

Embouteillage

Après avoir visité la réception des raisins et le système mis sur pied par Guigal il y a de ça quelques années, c’est l’étonnement de voir une ligne de robots utilisés pour l’embouteillage, l’étiquetage et la livraison. La ligne était en fonction pour le Côtes-du-Rhône et le bruit était assez assourdissant :

‘’On a neuf robots et 3 personnes et on peut faire près de 50,000 bouteilles par jour. C’est beaucoup d’efficacité. Le tout est contrôlé par la robotique et beaucoup de programmation et nous faisons la maintenance nous-même. L’étiqueteuse utilise la reconnaissance faciale. Elle en mémoire la photo de chaque étiquette et verra à s’assurer que l’étiquette apposée est bien la bonne. On y embouteille 7 millions de bouteilles par an.

Chez Guigal, on a ce côté artisan autant en viticulture qu’en viniculture et on utilise des équipements à la fine pointe de la technologie dans les endroits ou on peut gagner du temps et réduire les coûts. On y gagne aussi en réactivité dans les situations problématiques.

La dégustation

Nous avons dégusté 17 vins qui représentaient bien l’étendue de la gamme. Mes amis quelle aventure gustative.

J’ai ajouté les notes de la dégustation de novembre 2018 lesquelles sont plus complètes. Lors de la dégustation en avril 2019 au chai, j’ai eu le temps d’annoter assez brièvement mes impressions surtout dans le cas des vins de Côte-Rôtie. Pour y accéder cliquez sur le lien suivant : https://bit.ly/2SMWv1T

Côte du Rhone blanc, 2017, $20.60, cépages: Viognier 60%, Roussanne 15%, Marsanne 10%, autres cépages 15%, code SAQ: 290296.

‘’Dans la vallée du Rhône la proportion de vins blancs n’est à peine que de 7%. Ce n’est pas beaucoup. Nous on y produit beaucoup de vins blancs sans doute parce qu’on est de bons producteurs de Condrieu et du coup on produit beaucoup de Côtes du Rhône blancs ce qui représente 25% de la production de la maison. Pour le Côte-du-Rhône, le cépage principal c’est le Viognier mais on l’assemble avec du Grenache blanc à 35% et 15% de Clairette. C’est un vin qui n’a eu aucun élevage. Que des cuves inox.

On a ce côté exubérant, floral, de fruits frais, beaucoup de fraîcheur et acidité équilibrée.

Les deux vins suivants proviennent du Château de Nalys. La particularité de ce vignoble est d’avoir les 13 cépages autorisés à Châteauneuf-du-Pape. On y trouve 3 grands types sols dont chacun représente un tiers : la Crau (surtout pour les vins rouges), il y a aussi le Bois Sénéchal (quasiment un monopole), et enfin le lieux-dit appellé Grand Pierre avec des sols fabuleux.

Château de Nalys, Saintes Pierres de Nalys, Châteauneuf-du-Pape, blanc, 2017, $46.25, cépages: Clairette 36%, Bourboulenc 29%, Grenache blanc 25%, autres cépages 10%, code SAQ: 13905626.

Ce vin est principalement fait avec la Clairette qui a un côté fin un peu floral sur le muguet et qui donne une belle acidité. ‘’Nous préférons garder les Clairette pour les St-Pierre pour cette belle fraîcheur et d’immédiateté.’’

Château de Nalys, blanc, 2017, $82.50, cépages: Roussanne 43%, Grenache blanc 33%, Clairette 15%, autres cépages 9%, code SAQ: 13905677.

C’est le grand vin de la propriété. On réserve ici la majorité des vieilles Roussanne à 50% plantées sur la Crau. On l’assemble avec 30% de Grenache blanc. La partie Roussanne est élevée en pièces et le tout vieillit un an en fût. Ce 2017 est un peu jeune et on devrait l’attendre 3-4 ans voire même plus.

Il y a un éclat dans ce vin et c’est plus volumineux. On sent un côté boisé et lacté avec une texture grasse assez incroyable.

Sur un total potentiel de 200,000 bouteilles les blancs représentent 50,000 bouteilles dont 30,000 btles de St-Pierre et 20,000 de Château Nalys en blanc.

Saint-Joseph, 2017, blanc, $43.50, cépages: Marsanne 95%, Roussanne 5%, code SAQ: 13949776.

Ce vin est toujours un assemblage de Marsanne et de Roussanne qui ont été achetées chez des vignobles autour de Tain-l’Hermitage. Chez Guigal, on préfère le style sud du St-Joseph ou il y a plus d’ensoleillement qu’au style nord. St-Joseph fait 1,300 ha sur 60 km. On y retrouve des profils très variés sur des sols granitiques qui donnent de la force au vin.

La Marsanne (90% de ce vin) apporte un caractère large, mature, onctueux et volumineux. La Roussanne qui est la cousine de la Marsanne apporte un côté plus frais avec plus d’acidité un côté un peu plus floral avec des arômes de pêches, abricots et à chair plus blanche. En bouche un peu de miel, de nougat et une acidité surprenante. Ces vins sont élevés majoritairement en cuves puis élevés dans des fûts neufs.

Avec de l’évolution on s’approcherait de la confiture d’abricots, de la cire d’abeille et ça se rapprocherait d’un côté oxydatif. Avec le temps ces notes oxydatives vont s’amplifier.

Lieu-dit Saint-Joseph, 2017, vin blanc, $65.00, cépages: Marsannes 95%, Roussanne 5%, code SAQ: 14094132.

C’est un vignoble assez particulier de Tournon sur Rhône. Il appartenait à Jean-Louis Grippat et a été vendu à la famille Guigal. Depuis 2001 on y produit des vins en blanc et en rouge et le lieux-dit a donné son nom à l’appellation. Belle carte postale que ce lieux-dit. Sur des sols granitiques assez léger exposés au sud.

Ça donne des vins très charnus, très mûrs, denses et d’une belle épaisseur. On les élève pendant 10 mois moitié fût neuf et moitié en fût d’un vin.

Notes boisées, de vanille, de tarte aux pommes ainsi que cannelle. Comme une caresse, très complexe.

Condrieu, 2017, vin blanc, $80.50, cépage: Viognier 100%, code SAQ: 13260856.

Élaboré à 100% de Viognier. On arrive sur les beaux vignobles de Condrieu avec des sols granitiques avec beaucoup de variations. On fait des vins qui sont toujours généreux avec du fruit de la passion, un beau côté floral avec une bouche toujours soyeuse et ronde.

Bien aromatique sur des arômes de fruits exotiques, de pêches ainsi que de belles notes florales. La bouche est grasse (gras volumineux) mais pas lourde et le tout est d’une belle profondeur avec beaucoup de persistance et de fraîcheur. Très beau!

La Doriane, 2017, $148.00, cépage: Viognier 100%, code SAQ: 13260899.

Provenant des 5 meilleures parcelles sur 5 ha de l’appellation Condrieu. Elles sont vinifiées séparément et élevées à 100% en fûts neufs et assemblées après 10 mois d’élevage.  

On y retrouve la grande finesse de Condrieu avec beaucoup de délicatesse, des notes boisées, une texture grasse toute en dentelle et avec beaucoup d’équilibre.

Ermitage, Ex-Voto, 2013, vin blanc, $232.50, cépages: Marsanne 90%, Roussanne 10%, code SAQ: 13319512.

On monte la côte avec ce vin qui est composé à 90% de Marsanne et de 10% Roussanne! C’est comme pour les lieux-dits, ce sont des parcelles qui appartenaient au domaine Grippat. Ce vin est un assemblage de 2 parcelles sur l’Hermite et au Muret. Ces vins sont élevés pendant 2 ans dans des fûts neufs.

Assez ouvert avec comme un petit côté mystérieux ainsi qu’un caractère un peu autoritaire et froid. Avec des notes de thé et de paille avec comme un côté bourguignon qui ressemble aux vins de Corton-Charlemagne de la Bourgogne qui ont beaucoup de puissance, de chaleur et de générosité. Aussi beaucoup de finesse. Gras en bouche avec cette finale sur le silex. Grand potentiel de vieillissement.

Côtes du Rhône, vin rouge, 2015, $20.60, code SAQ 259721

Issu d’un excellent millésime, il est composé de 50% Syrah, 45% de Grenache et 5% de Mourvèdre. C’est un vin d’un style bien tendre, plus pierreux et épicé. Il a vieilli pendant 3 ans dans des fûts.

Fruits noirs un peu confiturés, épices, garrigue avec un grain sérieux et assez épais avec des tannins bien charpentés.

Château de Nalys, Saintes Pierres de Nalys, Châteauneuf-du-Pape, vin rouge, 2017, $64.00, cépages: Grenache 69%, Syrah 20%, autres cépages 6%, Cinsault 5%, code SAQ: 13905600.

Surtout élevé en cuve inox avec à peine 20% qui est élevé en foudre. Il est composé de 70% de Grenache, 10% de Syrah et 20% de Cinsault.

Bien fruité, immédiat et ouvert avec un côté bien noir très mûr et des notes de cerises kirsch. Les tannins ne sont pas aussi prononcés, presque délicats mais quand même sphériques en bouche.

Château de Nalys, Châteauneuf-du-Pape, vin rouge, 2016, $110.00, cépages: Grenache 59%, Syrah 32%, Mourvèdre 5%, autres cépages 4%, code SAQ: 13905651.

Ici la proportion de Syrah est plus importante avec 35% (élevée en petites pièces) puis de Grenache, de Counoise et de Muscardin qui apportent une certaine rusticité et équilibrent la sur-maturité du Grenache.

Puissance, tannins bien charpentés, notes d’épices bien prononcées. C’est un vin qu’il faudra attendre un peu.

Saint-Joseph, 2016, vin rouge, $40.00, cépage: Syrah 100%, code SAQ: 14296800.

Sur les fruits noirs, graphite, tannins charpentés et bien serrés.

Lieu-dit, Saint-Joseph, 2016, vin rouge

Notes de cèdre, d’épices, côté bien solaire, tabac blond avec beaucoup de volume et très sphérique.

Saint-Joseph, Vignes de l’Hospice, 2016, vin rouge, $118.00, cépage: Syrah 100%, code SAQ: 14198329.

Plus frais et assez austère avec notes d’épices, de poivre, bien floral. La bouche démontre des flaveurs de chocolat noir, d’épices avec ce côté minéral.

Les Côte-Rôtie

‘’Pour les Côte-Rôtie, qui est la seule appellation ou on peut ajouter du Viognier, le pourcentage de Viognier va dépendre du type de vin et la façon dont c’est planté. Il est en fait co-planté dans les parcelles avec la Syrah. On sait la proportion de Viognier parce qu’on a compté les pieds de vignes. Donc je peux vous dire que pour la Mouline il y a 11% de Viognier parce que c’étaient des vignes ou il y avait historiquement beaucoup de Viognier. C’est surtout la maturité de la Syrah qui va déterminer la vendange. Le Viognier est souvent plus mûr que la Syrah. ‘’

Brune et Blonde, Guigal, 2015, $96.50, vin rouge, cépages: Syrah 96%, Viognier 4%, code SAQ: 13260821.

De la Syrah avec 4% de Viognier. Le plus représentatif de l’appellation avec des notes de violettes, d’épices et des tannins bien compacts.

Château d’Ampuis, 2015, $152.25, vin rouge, cépages: Syrah 93%, Viognier 7%, code SAQ: 13319491.

Contient 7% de Viognier. Un vin qui s’ouvrira avec le temps sur des fruits noirs, des tannins charpentés et d’une belle persistance.

La Mouline, 2015, $475.50, vin rouge, cépages: Syrah 89%, Viognier 11%, code SAQ: 13319547.

Contient 11% de Viognier et provient de vignes qui ont plus de 100 ans. Sur des notes de tabac blond, pot-pourri avec ce côté bien floral. La bouche est veloutée, suave et des tannins bien charpentés et bien équilibrés. Structure sphérique en bouche.

La Turque, 2015, $475.50, vin rouge, cépages: Syrah 93%, Viognier 7%, code SAQ: 13319563.

‘’Le dernier millésime de La Turque avant le 1981 c’était en 1935. Ce lieux-dit là il a été abandonné pendant 50 ans. C’est la famille Guigal qui a décidé de replanter des vignes à cet endroit car la famille savait que c’était un très bon lieux-dit qui faisait partie de premiers crus de Côte-Rôtie à même titre que La Mouline. Donc c’est pour ça qu’on a entreprit des travaux pharaoniques en 1981.’’

Côté plus démonstratif sur des notes de chocolat noir, de tabac blond.

La Landonne, 2015, $350.00, vin rouge, cépage: Syrah 100%, code SAQ: 12098666.

Composé à 100% de Syrah il est d’une intensité très aromatique avec des tannins bien charpentés et d’une longueur interminable.

Ermitage, Ex-Voto, 2015, vin rouge, $544.50, cépage: Syrah 100%, code SAQ: 14198311.

D’un profil plus noir avec des tannins d’un grain tissé bien serré.

D’autres vignobles à visiter à Condrieu et Côte-Rôtie

Domaine François Villard

Sur rendez-vous., 330, route du Réseau-Ange, 42410 Saint-Michel-sur-Rhône,

Tél. : 04 74 56 83 60.
www.domainevillard.com

Domaine Yves Cuilleron

58 RD 1086, Verlieu, 42410 Chavanay. 

Tél. : 04 74 87 02 37.
www.cuilleron.com

Domaine Pierre Gaillard

Lieu-dit Chez Favier, 42520 Malleval. 

Tél. : 04 74 87 13 10.

www.domainespierregaillard.com

Domaine Georges Vernay

1, route nationale, 69420 Condrieu.

Tél. : 04 74 56 81 81.
www.domaine-georges-vernay.fr

Maison Vidal Fleury

48 Route de Lyon

69420, TUPIN-ET-SEMONS

Tél : 04 74 56 10 18

Fax : 04 74 56 19 19

Voici quelques suggestions pour bien célébrer l’été et notre Fête Nationale.

White Claw, Hard Seltzer, Boisson alcoolisée pétillante, Cerise Noire, 335 ml, $14.10 pour 6 canettes, sucre : 1 gr 355 ml, alc. : 5%, code SAQ : 14398961.

White Claw est fabriqué à partir d’un mélange d’eau de seltz, d’une base d’alcool sans gluten, et d’un soupçon de saveur naturelle de fruit. C’est un seltzer pétillant avec un arôme et saveur de cerises noires pas trop intense. Hyper rafraîchissant et pas trop bonbon.

Chardonnay, Lindemans, Australie, canette de 250 ml, $4.50/canette, code SAQ: 14469643.

Vin blanc aux arômes de pêches, de figues et de fruits tropicaux. La bouche est fraîche et agréable, la texture un peu ferme avec peu d’acidité sur des flaveurs d’agrumes et de fruits tropicaux. J’ai il me semble senti aussi quelques notes de boisé. C’est correct et bien fait.

J. P. Chenet, Fizzy, vin rosé pétillant, vin de France, Sud de la France, 200 ml, $3.95/canette, cépages : Grenache, Cinseault, sucre : 8 g/l, alc. : 12.5%.

Ce produit sera disponible à la SAQ dans les 2 prochaines semaines. l’ai trouvé correct sans plus. Il saura vous rafraîchir autour de la piscine.

La Gascogne d’Alain Brumont, vin blanc, France, Sud-Ouest, Côtes de Gascogne, format de 3L, $43.15, cépages : Gros Manseng 50%, Sauvignon blanc 50%, sucre : 3.9 g/l, alc. : 12.5%, code SAQ : 13950347.

Ce vin conjugue le côté très aromatique du Gros Manseng et la typicité du Sauvignon blanc. Au nez des arômes de pamplemousse, de fruits exotiques, de fruits blancs et de notes herbacées. La bouche est vibrante avec une acidité vive et des flaveurs d’agrumes. C’est bien rafraîchissant!

Agence Mark Anthony – échantillons

Page 1 of 8

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén