fbpx

Catégorie : $30.01 à $40.00 Page 1 of 27

Oh que j’ai aimé! Clos de la Perrière, Domaine Parigot Père et Fils.

Bouteille de Clos de la Perrière, Bourgogne, Hautes-Côtes de Beaune AOC, Domaine Parigot Père et Fils, 2020
Clos de la Perrière, Bourgogne, Hautes-Côtes de Beaune AOC, Domaine Parigot Père et Fils, 2020

Clos de la Perrière, Bourgogne, Hautes-Côtes de Beaune AOC, Domaine Parigot Père et Fils, 2020, 36,25$, sucre : 1.6 g/l, alc. : 13%, code SAQ : 12875841.

Comme je le mentionnais dans un article sur les Appellations Géographiques Complémentaires de Bourgogne ces dernières représentent des opportunités de découvertes assez incroyables à des prix beaucoup plus abordables que les vins qui proviennent des appellations plus prestigieuses de Bourgogne. Elles représentent approx. 15% de la production des vins de Bourgogne.

Appellations géographiques complémentaires de Bourgogne
Appellations géographiques complémentaires de Bourgogne

L’appellation Hautes-Côtes de Beaune AOC fait partie de ces 14 Appellations Régionales plus dénomination géographique complémentaire. Elle est située à une altitude plus élevée, jusqu’à 400 m. et est assujettie par des vents qui proviennent du massif Morvan ce qui apporte pas mal de fraîcheur.

Carte viticole des appellations de Bourgogne
Carte viticole des appellations de Bourgogne

Notes de dégustation

Ce vin du millésime 2020 provient de vignes âgées en moyenne de 40 ans de sols argilo-calcaires. La superficie du domaine est d’environ 20 ha répartis sur 7 communes.

Ce millésime 2020 a négativement affecté les rendements sans toutefois affecter la qualité qui demeure irréprochable. Ce sont des vins solaires qui présentent beaucoup d’énergie. Ce sont des vins prometteurs, de garde. Malgré la chaleur estivale, ils présentent de très beaux équilibres, portés par une fraîcheur toute classique.

La récolte est manuelle puis on procède à la sélection des meilleures baies sur une table de tri. Suit une macération pré-fermentaire à froid pendant 10 jours pour stabiliser la couleur et les arômes. La fermentation alcoolique effectuée avec des levures indigènes se déroule avec deux pigeages journaliers avant l’élevage de 12 mois en fûts (30% neufs) suivi de 4 mois en cuves d’assemblage

J’avais particulièrement apprécié le millésime 2018. Mais oh! Ce millésime 2020 a carrément retenu mon attention.

Ce vin se découvre sur des arômes dominants de framboises avec une légère pointe de fruits aigrelets qui lui ajoutent de la fraîcheur ainsi qu’une trame de mûres. Déjà le parfum de ce vin m’enchante!

La bouche est d’une texture suave soutenue par des tannins souples, équilibrés qui encadrent de jolies flaveurs d’une belle concentration de framboises, de fruits aigrelets ainsi qu’une pointe de notes de sous-bois. L’ensemble est bien soutenu en bouche tout au long de la dégustation. Belle finale simplement délicieuse.

Bien qu’il ne soit pas donné, j’aurais payé encore plus cher pour ce vin étant donné que son profil aromatique accote des vins qui se vendent bien plus cher.

Vous ferez de beaux accords avec un plat de lapin (rable), un filet de porc, du veau grillé ou une bavette à l’échalotte.

Agence InvinQ – échantillon

Domaine Parigot Père et Fils

Domaine Parigot Père et Fils: Famille Parigot, chai et vignobles
Domaine Parigot Père et Fils: Famille Parigot, chai et vignobles

Ce domaine familial, créé en 1950 par Georges Parigot, compte 18 hectares répartis sur les communes (7) de Meloisey, Pommard, Meursault, Volnay, Chassagne, Savigny-les-Beaune et Nuits St Georges. C’est en 1959 qu’il fait sa première acquisition d’une parcelle de Pommard suivies par d’autres telles Pommard Les Vignots en 1968, Pommard Les Charmots en 1978, Meursault Les Vireuils en 1979, Beaune 1er cru Les Grèves en 1982. 

Suivront des acquisitions additionnelles de Pommard Les Epenots en 1994, Chassagne 1 er cru Clos St Jean en 1996 et Pommard 1 er cru Clos de la Chanière en 1999.   Enfin en  2005, les appellations Meursault Le Limozin, Pommard Les Riottes viennent étoffer la gamme du domaine. 

Les vignes plantées en haute densité sont conduites en agriculture raisonnée produit environ 120 000 bouteilles par an.

Depuis 2008, le fils Alexandre a rejoint le domaine et il conjugue son talent avec celui de son père pour produire des vins dans la grande tradition bouguignonne.

Élégant et souple ce Château Lafitte-Tramier 2009!

Bouteille de Château Lafitte-Tramier, Cru Bourgeois, Médoc, 2009
Château Lafitte-Tramier, Cru Bourgeois, Médoc, 2009

Château Lafitte-Tramier, Cru Bourgeois, Médoc, 2009, 38,00$, cépages : Merlot 60 %, Cabernet-sauvignon 30 %, Cabernet franc 5 %, Petit verdot 5 %, sucre : 3 g/l, alc. : 13.5%, code SAQ : 890244.

Ce vin du Médoc provient du vignoble d’Adrien Tramier (vignoble indépendant) situé dans le Médoc. On y applique les principes de la culture raisonnée depuis plusieurs années déjà. Les sols d’où sont issus ce vin sont composés d’argilo-calcaire, argilo-siliceux et de graves.

Il s’agit d’un Cru Bourgeois dont la classification se décline en Cru Bourgeois (dont font partie 179 châteaux), en Cru Bourgeois Supérieur et en Cru Bourgeois Exceptionnel. Elle regroupe au total 249 châteaux répartis sur les 8 appellations du Médoc soient : Médoc, Haut-Médoc, Listrac, Moulis, Margaux, Saint-Julien, Pauillac et Saint-Estèphe.

Toujours surprenant de voir de tels vieux millésimes en vente comme celui-ci. Il témoigne entre autres du fait que la région de Bordeaux a un surplus de vins en inventaire dû à une surproduction qui dure depuis plusieurs années. Il devient alors plus difficile d’écouler les stocks. Et c’est nous qui en profitons!

Élaboration du produit

Vendanges tardives (fin octobre) pratiquée depuis 1976. Manuelles et à la machine avec tri de la vendange. À l’extérieur, à une température variant de 20 à 25 °C, sans soufre. Macération sur pulpes et pépins plus de 6 mois. Après écoulage, le vin s’affine sur lies légères. Élevage très long en cuves inox, puis embouteillage avec un très faible apport de sulfites, afin de permettre au vin de vieillir en gardant sa fraîcheur.

Notes de dégustation

On parle d’un vin vieux de 13 ans qui témoigne de son excellent potentiel de vieillissement.

Au nez il se révèle sur des arômes de prunes, de mûres, de torréfaction ainsi que des notes de cassis, de framboises bien mûres.

En bouche ce sont les flaveurs de prunes qui dominent avec de belles notes boisées, de mûres, de cassis d’une belle maturité. D’Une belle amplitude et élégant ce vin est particulièrement juteux et délicieux. La texture est d’un beau velouté et les tannins sont presque charpentés, souples et tissés serré.

Vous ferez de beaux accords avec un carré d’agneau aux herbes et des grillades.

Agence Fréchette – échantillon

Quel plaisir que de déguster les vins de la maison Col d’Orcia!!

BOuteilles - Les vins de la maison Col d'Orcia de Montalcino.
Les vins de la maison Col d’Orcia de Montalcino.

Cette semaine j’étais invité à déguster les vins de la réputée maison Col D’Orcia avec le comte Francesco Marone Cinzano que j’avais eu le plaisir de rencontrer pre-Covid. Un des meilleurs producteurs de la région de Montalcino qui fait partie de ceux qui ont pris la décision d’adopter une pratique biologique.

Nous avons dégusté entre autres ces merveilleux et encensés vins que sont les Brunello di Montalcino. Leur réputation est le résultat de plusieurs facteurs que le comte Francesco Marone Cinzano est à compiler pour publication ultérieure. En font partie l’influence incontestée de Giulio Gambelli qu’on appelait ‘’bicchierino’’ pour le petit verre qu’il utilisait pour déguster divers vins. Dans les années 70 de concert avec le Consorzio del vino Brunello di Montalcino il a inculqué aux vignerons de la région le désir de hausser la qualité des vins et en faire une région si réputée.

Dégustation des vins de la maison Col d'Orcia avec le comte Francesco Marone Cinzano
Dégustation des vins de la maison Col d’Orcia avec le comte Francesco Marone Cinzano

Puis avec le temps cette qualité s’est concrétisée en une façon de faire (cahier de charge) que tous ont adoptés de façon unanime ce qui fait de cette région une des plus enviée du monde.

Le comte fait aussi référence aux maires de Montalcino qui on eu une forte influence sur la reconnaissance et la délimitation du territoire de la région.

La maison Col d’Orcia

Col d'Orcia: comte Francesco Marone Cinzano, chai
Col d’Orcia: comte Francesco Marone Cinzano, chai

La maison Col dOrcia signifie littéralement la colline surplombant la rivière Orcia. Cette rivière Orcia marque la frontière sud-ouest du territoire de Brunello di Montalcino et le nom de la ferme est lié à l’emplacement où les vignes sont plantées. Ce domaine est la plus grande ferme viticole biologique de toute la Toscane et ce depuis 2010.

Le domaine est situé sur le versant sud du territoire de Montalcino et fait partie intégrante de la vallée dOrcia, le Val dOrcia.

La famille Cinzano qui vient du Piémont en est propriétaire depuis 1973. Depuis 1992 c’est le comte Francesco Marone Cinzano qui prend la reléve et continue d’augmenter les plantations jusqu’au niveau actuel de 140 ha dont 108 sont désignés Brunello. Il fera de Col d’Orcia le 3e vignoble de Brunello di Montalcino.

Les vignobles (Poggio al Vento, Bozzolino, Banditella, Olmaia, Giardino, Pian di Vitino, Nastagio, Pascena, Campone) sont situés sur le versant sud du territoire de Montalcino, sur des terres vallonnées et s’étendent sur 540 hectares, de la rivière Orcia au village de Sant’Angelo in Colle, à environ 450 mètres au-dessus du niveau de la mer. Sa position est extrêmement favorable car il fait directement face au sud, et il est également protégé par la barrière du mont Amiata (1.750 mètres) contre les événements météorologiques tels que les inondations ou la grêle, et au climat doux venant de la côte tyrrhénienne, à l’ouest, où la mer est à environ 35 kilomètres de distance.

Vignobles Col d'Orcia
Vignobles Col d’Orcia

En 2010, la décision a été prise de convertir l’ensemble du vignoble à l’agriculture biologique afin de devenir la plus grande ferme viticole biologique de toute la Toscane. Donc, depuis le 27 août 2010, l’ensemble du domaine, y compris les vignes, les oliveraies, d’autres champs et même les jardins, est cultivé selon des pratiques agricoles exclusivement biologiques.

Quant aux vins de Brunello di Montalcino le choix de continuer à utiliser les grands fûts de chêne de Slavonie a été pris il y a de nombreuses années, bien avant même que le débat entre producteurs modernistes et traditionalistes n’ait commencé.

Cette tradition implique le vieillissement du vin à travers son long passage dans le bois et le vieillissement ultérieur en bouteille. Aujourd’hui encore, au Col dOrcia, le Brunello di Montalcino est élevé pendant 3 ans dans les grands fûts avant la mise en bouteille puis repose en cave au moins 1 an avant de mettre le vin sur le marché.

Montalcino

Carte viticole Montalcino et vignobles
Carte viticole Montalcino

La région de Montalcino, est située dans le sud de la Toscane à environ 1h30 de Florence et à 40 km de Sienne. La municipalité de Montalcino représente 31,200 hectares dont 3,500 sont plantés du cépage Sangiovese dont 2,100 hectares en Brunello di Montalcino (DOCG) et 510 en Rosso di Montalcino (DOC). On y élabore aussi le Moscadello (DOC) et le Sant’Antimo (DOC).  Le point plus haut de la région se situe à 564 mètres d’altitude.

Le cépage utilisé est le Sangiovese. On l’appellait autrefois Sangiovese Grosso, mais l’utilisation de ce cépage ne fait plus partie de la production. Au 19ième siècle alors que des vignerons ont expérimenté avec le Sangiovese, on l’appelait (et on l’appelle encore) Brunello ou Brunellino.  Il existe environ 130 clones de Sangiovese.

La région a connu un développement fulgurant passant de 20 maisons dans les années 70, à 50 dans les années 80 et compte maintenant 250 maisons productrices. On y élabore environ 9 millions de bouteilles de Brunello et 4.5 millions de bouteilles de Rosso. Il est à noter qu’environ 25% de la production est organique ou biodynamique.

Consorzio del vino Brunello di Montalcino
Consorzio del vino Brunello di Montalcino

Les vins dégustés

Vins Col d’Orcia – dégustation

Quelques-uns des vins dégustés sont disponibles en importation privée auprès de l’agence Fréchette Vins d’Exception. Vous pouvez les commander en contactant l’agence

Col d’Orcia, Pinot Grigio, Sant’Antimo DOC, Italie, vin blanc bio, 2021, 25,15$/btle, caisses de 6 btles, sucre : 1.1 g/l, alc. : 13.5%, importation privée.

Bouteille de Col d’Orcia, Pinot Grigio, Sant’Antimo DOC, Italie, vin blanc bio, 2021
Col d’Orcia, Pinot Grigio, Sant’Antimo DOC, Italie, vin blanc bio, 2021

Vendanges manuelles avec une sélection rigoureuse tôt le matin afin d’éviter les grandes chaleurs du milieu de la journée. Vinification dans un premier temps à une température entre 8 ˚C et 10 ˚C suivi d’un pressurage léger pour obtenir le jus clair. Fermentation de 10 à 12 jours à une température oscillant entre 16 ˚C et 18 ˚C, pour finir par un embouteillage à la fin du mois de décembre.

Notes de dégustation

Belle concentration des arômes au nez avec des notes de pommes, de poires et de notes florales avec un soupçon d’agrumes et de fruits jaunes.

En bouche c’est l’éclat des flaveurs de poires et de fruits jaunes qui étonne le tout souligné par une texture veloutée et une acidité bien fraîche. Belle structure et énergie sur une finale bien fruitée.

Col D’Orcia, Rosso di Montalcino DOC, vin rouge bio, 2020, 24,55$, cépage: Sangiovese 100%, sucre: 2.3 g/l, alc.: 14.5%, code SAQ: 13927964.

Bouteille de Col D’Orcia, Rosso di Montalcino DOC, vin rouge bio, 2020
Col D’Orcia, Rosso di Montalcino DOC, vin rouge bio, 2020

Fermentation sur peaux de raisin pendant environ 10-12 jours à température contrôlée inférieure à 28 ° dans de larges cuves en acier peu profondes (150 hl) afin de conserver un fruit frais et de longue durée. Vieillissement 12 mois en fûts de chêne slavon suivi d’un temps en bouteille.

Notes de dégustation

Beau coup de cœur que ce Rosso! Il se révèle sur des arômes de cerises comme une crème avec de belles touches de vanille et d’épices douces. Belle profondeur.

En bouche se prolongent les arômes perçus au nez supportés par des tannins équilibrés, tissés serré et beaucoup de fraîcheur.

Col d’Orcia, Brunello di Montalcino DOCG, Italie, vin rouge bio, 2015, 53,75$, cépage : Sangiovese 100%, sucre : 1.8 g/l, alc. : 14.5%, code SAQ : 403642.

Bouteille de Col d’Orcia, Brunello di Montalcino DOCG, Italie, vin rouge bio, 2015
Col d’Orcia, Brunello di Montalcino DOCG, Italie, vin rouge bio, 2015

Vendanges manuelles avec sélection rigoureuse des meilleures grappes du vignoble dans un premier temps puis sur table de sélection en cave. Fermentation sur les peaux pendant environ 18-20 jours, à température contrôlée inférieure à 28 ° C dans des cuves inox larges et peu profondes de 150 hl, conçues et construites pour extraire les tanins et colorer efficacement mais délicatement.

Notes de dégustation

Ce très beau Brunello m’a semblé d’un caractère plus austère qu’aérien avec des dominantes épicées plus que fruitées. Il est effectivement de style plus traditionnel.

Il se révèle donc au nez sur des notes de tabac, de prunes, d’épices, de cèdre, de cuir (animal), de notes terreuses et à l’agitation quelques effluves de cerises bien mûres et de griottes.

En bouche la texture est veloutée, l’acidité bien présente ce qui lui ajoute de la fraîcheur et les tannins sont bien charpentés, presque tanniques et tissés très serré. S’y conjuguent des flaveurs de mûres, de terre, d’épices, d’herbes séchées, de notes balsamiques et des notes boisées bien intégrées.

Belle amplitude et longueur qui perdure…Somme toute, tout un vin!!

Col d’Orcia, Nastagio, Brunello di Montalcino DOCG, Italie, vin rouge bio, 2015, 75,50$, cépage : Sangiovese 100%, alc. : 14.5%, code SAQ : 13501171.

Bouteille de Col d’Orcia, Nastagio, Brunello di Montalcino DOCG, Italie, vin rouge bio, 2015
Col d’Orcia, Nastagio, Brunello di Montalcino DOCG, Italie, vin rouge bio, 2015

Fermentation sur les peaux pendant de 18-20 jours à température contrôlée dans des cuves inox larges et peu profondes de 100 hl. Élevage en tonneaux 5hl pour la 1ère année puis en grands fûts de chêne puis en bouteilles pendant 12 mois.

Notes de dégustation

Ce Brunello vient d’une parcelle (cru) spécifique avec de faibles rendements. Il dégage une personnalité qui lui est bien propre. Au nez des arômes élégants de cerises, de griottes et d’épices douces.

En bouche c’est l’élégance qui prime avec de belles notes boisées et beaucoup d’éclat des notes fruitées. Tannins bien charpentés et tissés bien serré avec une belle acidité. Beaucoup d’amplitude et longueur plus qu’appréciable.

Col d’Orcia, Poggio al Vento, Brunello di Montalcino, Riserva DOCG, vin rouge bio, 2013, 145,75$, cépage : Sangiovese 100%, alc. : 14.5%, code SAQ : 13568501.

Ce vin est aussi disponible en format magnum. Code SAQ : 13568519  327,50$ 

Bouteille de Col d’Orcia, Poggio al Vento, Brunello di Montalcino, Riserva DOCG, vin rouge bio, 2013
Col d’Orcia, Poggio al Vento, Brunello di Montalcino, Riserva DOCG, vin rouge bio, 2013

Ce vin provient du fameux vignoble Poggio al Vento de vignes âgées de 40 à 46 ans. Vendanges manuelles avec sélection rigoureuse, à la vigne et sur la table de tri. Fermentation en cuves inox. Pendant la macération (20-25 jours) ont lieu des remontages quotidiens et de longs délestages. Conversion malolactique dans le béton. De là, le vin est directement mis en barriques au printemps. 3 ans en fût de chêne suivi de 24 mois en bouteille.

Notes de dégustation

D’emblée de jolies notes de torréfaction au nez ainsi que des notes de moka et de griottes.

En bouche belle amplitude et structure impressionnante avec des tannins charpentés et assez puissants. Peu de notes d’évolution ce qui témoigne de son fort potentiel de vieillissement.

Col d’Orcia, Nearco, Sant’Antimo DOC, 2017, vin rouge, 36,00$/btle, caisse de 6 bouteilles, cépages :  Merlot 50 %, Cabernet Sauvignon 30 %, Syrah 15 %, Petit Verdot 5 %, importation privée.

Bouteille de Col d’Orcia, Nearco, Sant’Antimo DOC, 2017
Col d’Orcia, Nearco, Sant’Antimo DOC, 2017

Ce vin provient de Montalcino de la colline de Sant’Angelo surplombant la rivière Orcia. Les cépages sont fermentés séparément dans des cuves d’inox. 20 jours de macération à température contrôlée. La fermentation malolactique a lieu dans des cuves en béton. L’élevage débute en barriques et fûts. Élevage séparé des lots pendant 12 mois en fûts de chêne français. Pas de soutirage tant que le vin n’a pas été assemblé.

Notes de dégustation

Ce vin se révèle sur des notes intenses et concentrées de prunes, de cerises, de cassis, ainsi que de notes boisées

La bouche est d’une belle amplitude avec de belles notes boisées, des notes de fruits noirs et beaucoup d’amplitude et de fraîcheur. Solide structure avec des tannins bien charpentés. Longueur hallucinante!

Col d’Orcia, Olmaia, Sant’Antimo DOC, 2015, vin rouge, 57,50$/btle, caisse de 6 bouteilles, importation privée.

Bouteille de Col d’Orcia, Olmaia, Sant’Antimo DOC, 2015
Col d’Orcia, Olmaia, Sant’Antimo DOC, 2015

Ce vin provient de la zone de production de Montalcino dont l’âge des vignes est de 15 ans.

Vendange exclusivement manuelle car elle permet une sélection rigoureuse des meilleures grappes dans les vignes et sur la table de sélection. Fermentation en cuves inox de 50 hl. Environ 20 jours de macération à température contrôlée de 25-28°C. 2 remontages quotidiens et 3 longs délestages les 3ème, 5ème et 7ème jours de fermentation. Conversion malolactique dans des cuves en acier inoxydable. De là, le vin est mis directement en barriques.

Notes de dégustation

Ce vin dégage des arômes de fruits rouges et noirs soulignés par des notes d’épices douces et de notes boisées.

La bouche est dotée d’une très belle structure assurée par des tannins bien charpentés. De belles flaveurs de prunes et de fruits noirs ainsi qu’une trame boisée lui donnent ce côté élégant et équilibré.

Restaurant Graziella

Restaurant Graziella
Restaurant Graziella

Cette dégustation a eue lieu au Restaurant Graziella, haut lieu gastronomique de Montréal.

514 876-0116
116, RUE MCGILL, VIEUX-MONTRÉAL

On ne passe pas à côté de ce Cahors, Clos Triguedina 2017!

Bouteille de Clos Triguedina, Jean-Luc Baldès, France, Sud-Ouest, Cahors, vin rouge, 2017
Clos Triguedina, Jean-Luc Baldès, France, Sud-Ouest, Cahors, vin rouge, 2017

Clos Triguedina, Jean-Luc Baldès, France, Sud-Ouest, Cahors, vin rouge, 2017, 30,25$, cépages :Malbec 80 %, Merlot 15 %, Tannat 5 %, sucre : 1.9 g/l, alc. : 14%, code SAQ : 746412.

Ce vin de l’appellation Cahors est élaboré principalement du cépage Malbec. Il faut savoir que ce cépage était considéré comme un des cépages les plus qualitatifs à l’époque. Il était le principal cépage du Premier Grand Cru 1855 classé à Bordeaux.

Mais ce cépage s’est perdu dans l’ombre vers 1865 avec la venue de cette terrible maladie de la vigne qu’est le phylloxéra qui a détruit presque l’entièreté des vignes.

Ce n’est qu’avec les efforts conjugués de quelques irréductibles et visionnaires tels Jean-Luc Baldès qui ont fait que le vignoble de Cahors a repris ses lettres de noblesse.

De nos jours, les vignes couvrent 4,400 hectares de vignes (comparativement à 400 hectares en 1971) sur 72 km de long et 24 km de large avec environ 300 producteurs. L’incroyable essor du Malbec en Argentine a eu aussi un effet plus qu’appréciable sur la notoriété du Malbec et sur le succès des vins de Cahors.

Carte viticole de l'appellation Cahors et sols
Carte viticole de l’appellation Cahors et sols

Élaboration du vin

Clos Triguedina est tiré de l’Occitan « Me trigo de dina » et signifie « Il me tarde de diner » en référence aux pèlerins de Saint Jacques de Compostelle qui avaient pour coutume de se restaurer au domaine. Élaborée depuis 1830, cette cuvée est le reflet du savoir-faire familial transmis depuis sept générations.

Culture traditionnelle, labours, lutte raisonnée/HVE, taille sévère, épamprage, vendanges vertes et effeuillages. Vendange manuelle, table de tri. Vinification traditionnelle avec remontage à l’air 10-15 jours afin d’obtenir une couleur rouge vif très soutenue. Élevage 12 mois en fûts de chêne.

Notes de dégustation

Ce Clos Triguedina se révèle au nez sur des arômes bien typés de fruits noirs bien mûrs, de prunes, de légère torréfaction soulignés par des accents de réglisse et d’épices douces.

En bouche c’est l’équilibre du vin qui étonne ainsi que se texture veloutée et bien juteuse. Des flaveurs bien concentrées de fruits noirs avec un soupçon de fruits rouges très mûrs s’harmonisent avec des notes d’épices douces qui perdurent longuement. L’ensemble est supporté par des tannins charpentés et souples à la fois. Vraiment un très beau vin de Cahors!

Vous ferez de beaux accords avec un cassoulet, un confit de canard, des viandes rouges grillées ou des viandes de gibier.

Agence Fréchette – échantillon

Famille Baldès

Famille Baldès: Jean-Luc et Sabine Baldès, chai et vignobles
Famille Baldès: Jean-Luc et Sabine Baldès, chai et vignobles

Inspiré par ses études en Bourgogne et par les origines bourguignonnes de son épouse Sabine née à Beaune au cœur des crus de la Côte d’Or, le vigneron Jean-Luc Baldès (7ième génération du domaine familial) privilégie l’approche parcellaire et cherche en permanence à exprimer toutes les palettes de ses terroirs situés dans le Vignoble de Cahors à côté de Puy l’Evêque au sud-ouest de Cahors. Le domaine se trouve entre les méandres de la rivière Lot et s’étend sur 70 hectares sur quatre communes : Puy l’Evêque (capitale du vignoble de Cahors), Vire sur Lot, Floressas et Touzac.

Comme le dit Jean-Luc Baldès : « la magie du Clos Triguedina, c’est la richesse de ses terroirs qui me permet de donner libre cours à mon imagination de vigneron ». Et d’ajouter : « Notre meilleur outil de travail, ce sont nos terroirs ! Pas de bons vins sans bons raisins et pas de bons raisins sans bons soins à la vigne et au sol ».

Jean-Luc Baldès assure avec sa femme Sabine la continuité familiale à la tête du domaine. Aujourd’hui, il compte 30 ans de vinification sur cette propriété qu’il a amené aux plus grands honneurs ayant été acclamé maintes fois par les critiques du monde entier pour la qualité de ses vins. Jean-Luc Baldès s’est forgé une réputation de « maître du Malbec ». Il a été un des pionniers qui ont donné au Malbec ses lettres de noblesse.

Coup de Coeur à ne pas manquer! Jean-Paul Brun, Beaujolais, Morgon, Côte du Py/Javernières 2020.

Bouteille de Jean-Paul Brun, Morgon, Côte du Py, Javernières, Beaujolais, Domaine des Terres Dorées, vin rouge, 2020
Jean-Paul Brun, Morgon, Côte du Py, Javernières, Beaujolais, Domaine des Terres Dorées, vin rouge, 2020

Jean-Paul Brun, Morgon, Côte du Py, Javernières, Beaujolais, Domaine des Terres Dorées, vin rouge, 2020, 31,25$, cépage : Gamay 100%, sucre : 2 g/l, alc. : 13.5%, code SAQ : 14724536.

J’ai eu le plaisir de rencontrer Jean-Paul Brun chez lui en avril dernier lors de ma visite du Beaujolais. L’un des producteurs iconiques de cette appellation et très bien connu au Québec, son domaine est situé à Charnay dans le sud du Beaujolais parmi des sols composés de pierres dorées qui façonnent non seulement les vins de la région mais aussi l’ensemble des habitations qui sont toutes bâties avec ces pierres. Quel coup d’œil lorsque le soleil se couche avec ses éclats d’or et d’ocre!!

Dégustation avec Jean-Paul Brun: Jean-Paul Brun, Domaine des Terres Dorées, chai, cuves et bouteilles
Dégustation avec Jean-Paul Brun: Jean-Paul Brun, Domaine des Terres Dorées, chai, cuves et bouteilles

D’ailleurs, fait à noter, depuis 2020, l’ODG Beaujolais Pierres Dorées (Organisme de Défense et de Gestion des Beaujolais et Beaujolais Villages) œuvre à la reconnaissance du Beaujolais Pierres Dorées en tant qu’appellation supérieure. J’ai eu le plaisir de rencontrer cette ODG et quelques vignerons qui la composent.

Carte viticole Pierres Dorées, sols
Carte viticole Pierres Dorées, sols

Quant à ce Morgon Côtes du Py Javernières il provient de Morgon l’un des 10 crus du Beaujolais et plus particulièrement d’un des 10 lieux-dits soit Côte du Py ‘’Javernières’’. C’est à partir d’une parcelle d’un hectare au pied de la Côte du Py à Javernières que Jean-Paul Brun élabore ce vin.

Il fait partie de l’orientation qualitative qu’il s’est donné avec le développement de vins provenant de climats et de lieux-dits.

Carte viticole Morgon, Javernières
Carte viticole Morgon, Javernières

Les pratiques viticoles et vinicoles qu’il met de l’avant sont dans un respect de l’environnement et il intègre plusieurs des pratiques bio. Les sols sont par exemple labourés à la charrue, et le cuivre ainsi que le soufre sont préférés aux produits phytosanitaires pour préserver les vignes. Les vendanges sont manuelles et ne se font qu’à pleine maturité. Dans la cave, le raisin fermente avec ses propres levures, issues du terroir et des macérations particulièrement longues de 4 semaines. Il pratique une intervention minimaliste dans la vigne ainsi que dans le chai.

Carte viticole appellations Beaujolais
Carte viticole appellations Beaujolais

Notes de dégustation

Un des meilleurs vins du Beaujolais que j’ai dégusté à date, ce Morgon Côte du Py Javernières est succulent, suave, élégant, d’une fraîcheur et d’un équilibre étonnants. Il se révèle au nez sur des notes d’épices (romarin, poivre, pain d’épices) de cerises et de mûres d’une belle concentration complétées par des effluves florales particulièrement aromatiques.

En bouche les flaveurs aériennes d’épices, de framboises, de fruits rouges aigrelets et de notes florales créent un univers aromatique unique, élégant et époustouflant de fraîcheur.  Quel bel équilibre entre le côté épicée et fruité de ce vin. Et que dire de sa texture suave et veloutée qui se conjugue à une acidité bien fraîche et des tannins équilibrés et tissés serré.

Superbe finale sur des notes de framboises, d’épices et de notes florales!! Un vin qui amène le Beaujolais dans la stratosphère!

Vous ferez de beaux accords avec des saucisses, des filets de porc, du boudin noir, du bœuf bouilli ou mijoté longtemps.

Agence BMT – échantillon

Jean-Paul Brun – Domaine des Terres Dorées

Domaine des Terres Dorées: Jean-Paul Brun, chai, vignobles
Domaine des Terres Dorées: Jean-Paul Brun, chai, vignobles

Entrevue avec Jean-Paul Brun lors de notre visite chez lui en avril 2022.

‘’Au départ le domaine était une exploitation de polyculture incluant 4 ha de vignes. On a commencé à vinifier en 1977 et en 1979 j’ai pris la suite de mon père. J’ai arrêté la polyculture pour me concentrer sur le vin.

Il y a deux vins qui m’ont fait connaître qui sont le Beaujolais blanc et le Beaujolais l’Ancien. Je suis monté sur Paris, j’ai fait goûter et j’ai eu la grande chance de rencontrer des gens influents dans le domaine dont Jean-Christophe Esteffe et à vendre mes premières bouteilles.  Puis petit à petit j’ai élargi ma gamme à laquelle on a ajouté une méthode ancestrale en Crémant.

Dans les années 1995 à 2000 nous avons la chance de pouvoir acheter des vignes dans les crus avec Côtes de Brouilly, Moulin-à-Vent et j’ai continué sur Morgon et Fleurie. Ce sont les 4 crus que je travaille le plus. Dans les 5 dernières années en fait avec la gamme de Beaujolais des Pierres Dorées et des crus j’ai commencé à faire des climats avec des lieux très précis de grande qualité dont Le Bussy avec des vignes ente 60 et 100 ans, Côtes de Py Javernières, Moulin-à-Vent La Rochelle et autres.

Le but c’est démontrer qu’on a des crus et des climats exceptionnels sur lesquels le Beaujolais peut s’exprimer. Maintenant c’est à plus de 50 ha et ça fait un peu grand. On produit environ de 450,000 à 500,000 bouteilles par an.

J’ai la grande prétention de travailler comme dans les 10 premières années de ma carrière quand j’avais entre 4 et 10 ha maintenant je travaille toujours pareil de la même façon. Il y a selon moi une façon très précise de travailler le vin. C’est un ajout de mille petits détails qui font le vin.

Maintenant je n’agrandis plus et je me concentre sur la qualité des vins. Quant à la vinification on a essayé plusieurs choses. Maintenant c’est bien cadré. On égrappe à 100% avec les rouges avec table de tri, égrappage, encuvage et on procède à 4 semaines de macération. Nous n’utilisons pas la semi-carbonique ni la carbonique.

Ces semaines de macération avec des pigeages à la main c’est comme en Bourgogne. On utilise des cuves en ciment. Le but des ces semaines de macération c’est vraiment qu’il y ait une osmose et que toutes les informations du terroir passent au vin. Ces 4 semaines représentent un cycle lunaire selon la biodynamie. Quant à moi les macérations sont beaucoup trop courtes pour que le terroir s’exprime dans le vin. C’est ce qui nous permet d’aller chercher le goût unique du terroir.

Je travaille avec les levures naturelles. Pour les blancs on laisse démarrer spontanément les moûts et pour les rouges on fait un levain. Mon père mettait de la vendange dans la cuve une semaine avant ce qui commençait à fermenter et le jour même des vendanges on remplissait la cuve. Ceci comportait certains risques. Nous on travaille avec un levain en liquide. Il a l’avantage d’être homogène. Et ce levain on en met un peu dans chaque cuve et ça démarre la fermentation.

On utilise donc les levures du terroir. Chaque année c’est la même famille de levures mais elles ne sont jamais parfaitement pareilles. Les levures de chaque millésime nous donnent donc un vin unique. Les levures naturelles sont logiques pour un vigneron engagé et passionné.

…L’élevage c’est important et moi je ne veux pas marquer le bois. Le Gamay ce n’est pas comme le Pinot. Le Pinot prend bien le bois alors que le Gamay ça le referme et il faut du temps pour qu’il s’ouvre à nouveau. Il faut utiliser de grands contenants lors du vieillissement.’’

Page 1 of 27

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén